Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents Mis en ligne le 9 Octobre 2009
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


17 Octobre à 14 h Tous à la Bastille !

Pour l’égalité et les droits des femmes
 

 

En France, en 2009, les femmes perçoivent des salaires inférieurs de 21 % à ceux des hommes, elles représentent 80 % des travailleurs pauvres, assurent l’essentiel du travail ménager et de l’éducation des enfants. 85 % des emplois à temps partiel sont occupés par des femmes et leurs retraites sont en moyenne inférieures de 600 € par mois.

Une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son conjoint. Une femme est violée toutes les 10 minutes…

Notre pays connaît une crise sans précédent. Personne n’est épargné… Dans cette situation d’une violence inouïe, les femmes sont une fois de plus en première ligne des mauvais coups : précarité, inégalité salariale, travail à temps partiel imposé, chômage…

D’autant plus qu’aujourd’hui, pour les retraites, le gouvernement prévoit de s’attaquer aux «bonifications » accordées aux mères de famille salariées.

Femmes et hommes, dans l’unité, nous imposerons d’autres choix au gouvernement et à l’ordre mondial pour faire reculer la casse de tous les acquis obtenus par nos luttes au XXe siècle.

Toutes et tous ensemble le 17 octobre pour :

  • La liberté de disposer de son corps au travers notamment d’un véritable accès à l’avortement et la contraception,

  • L’autonomie financière au travers de vrais em-plois, de vrais statuts, des salaires décents et du temps pour vivre,

  • La dignité avec le vote et l’application de la loi-cadre contre les violences faites aux femmes

  • La solidarité dans la lutte pour les droits des femmes du monde entier et égalité pour les femmes migrantes venues en France qui subissent des violences.

  • L’égalité : Alors que les inégalités sont si fortes entre les femmes et les hommes, les services publics cons-tituent également un élément déterminant pour les femmes dans l’accès aux soins, à l’école et aux ser-vices de la petite enfance.

  • Les retraites : Pour son calcul, le maintien de la boni-fication des 2 ans accordée aux mères de famille.

 

A la Mairie de Paris des droits encore à conquérir …

 

La Mairie ouvre ses portes à un colloque sur l’Egalité entre les femmes et les hommes ce 9 octobre. En cette époque où le gouvernement remet en cause les droits pour les femmes, ce type d’initiative doit être soutenue.

Mais, la CGT souhaite souligner que pour avancer concrètement sur le plan de l’égalité à la Ville de Paris, la Mairie devrait répondre positivement aux mobilisations des salariés dans ce domaine :

  • Pour garantir un égal accès au travail, la question de la garde des enfants est un vrai enjeu. Aujourd’hui ce sont les salarié/es qui bougent pour plus d’effectifs et la considération de leur métier.

  • La CGT exige le développement d’un service public petite enfance de qualité à la hauteur des besoins des parisien/e et des agents de la Ville.

    Elle attend aussi le refus par le Mairie de toutes les mesures gouvernemen-tales récentes concernant les modes d’accueil et l’école maternelle(jardin d’éveil…)

 

  • Plus de 80 % des agents non titulaires et précaires de la Ville de Paris sont des femmes, souvent sur des métiers toujours pas reconnus (Assistantes familiales et maternelles).

    La mobilisation, par exemple des « dames de cantine », des contractuelles dans les écoles (ATE, ASEM) en mars dernier a permis de révéler au grand jour, ce que le Parisien appelait « les petites mains de la ville de Paris ».

    Souvent invisibles, avec des problèmes de santé liés à la pénibilité de leur travail, elles ont de la peine à se défendre, notamment en cas de mise au chômage car la Ville ne réunit toujours pas les Commissions Consultatives Paritaires.

 

La CGT se bat pour :

  • Un plan de résorption de l’emploi précaire et l’arrêt des mises au chômage, à l’image de la ville de Mont-pellier qui s’engage à la titularisation de 500 précaires !

  • L’intégration des 3000 femmes précaires des caisses des écoles au sein de la ville de Paris.

  • Les temps partiels, prises très majoritairement par les femmes, ne sont pas compensés. Avec une charge de travail équivalent à un temps plein mais avec un salaire et un temps de travail inférieur, les conditions de travail de toutes ces femmes sont plus pénibles.

  • La CGT renouvelle sa demande de création de poste pour compenser ces temps partiels. Concernant les temps partiels imposés, la CGT souhaite l’élargissement à d’autres secteurs de l’expérimentation réalisée auprès des femmes de ménages du temps partiel à temps com-plet, avec le respect de la volonté des salarié/Es.

  • A quelques exceptions près, le régime indemnitaire des métiers à « prédominances féminines » est inférieur à celui des métiers à dominant masculine.

  • La CGT demande une reconnaissance notamment salariale des métiers à prédominances féminines.

  • Quant aux femmes enceintes : Elles ne sont presque jamais remplacées ; l’heure due à partir du troisième mois pour partir plus tôt est souvent non respectée, sans parler des pressions exercées pour qu’elles s’arrêtent le moins possible !

 

La CGT Ville de Paris s’engage quant à elle à conti-nuer ces combats pour l’égalité au sein de la Ville. Elle invite le personnel de la Ville de Paris à participer MASSIVEMENT :

 


Le Samedi 17 Octobre 2009

Manifestation nationale

Pour les droits des femmes

A l’appel du Collectif National

Droits des Femmes et de Femmes Solidaires…
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page