Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents Mis en ligne le 3 Octobre 2009
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


LE 7 OCTOBRE CONTRE LA PRECARITE :

DES SALAIRES, DES CONDITIONS DE TRAVAIL, DES PENSIONS

MOBILISONS NOUS !!!
 

 

A Paris, comme partout en France, en Europe et dans le monde,

le 7 octobre les salariés sont appelés à agir pour le travail décent

à l’appel de la Confédération Syndicale Internationale

 

Selon un sondage publié le 24 septembre par le Secours Populaire Français en partenariat avec l’institut IPSOS, 78 millions d’européens sont pauvres. Un sur deux redoute de se retrouver dans une situation de précarité.

En France, le ressenti est le plus inquiétant. L’angoisse du déclassement est vive et 85 % des personnes interrogées estiment que le risque de pauvreté est plus élevé pour leurs enfants que pour leur propre génération. Ici, la politique outra libérale du gouvernement se poursuit sur tous les fronts. Les discours « pseudo socialisant » du Président de la République sont inversement proportionnels à ses actes. Il prétend en finir avec les privilèges, mais c’est le modèle social français qu’il achève !

Six organisations syndicales décident de se joindre à l’appel du 7 octobre pour faire reculer le rouleau compresseur qui lamine méthodiquement les acquis sociaux des salariés de notre pays. Dans ce contexte d’inégalité sociales et de difficultés pour la majorité d’entre nous, le mal être au travail atteint des sommets.

En 18 mois, 24 salariés de France Télécom se sont suicidés. Cette grande entreprise, aujourd’hui privatisée, n’est pas la seule concernée par la souffrance au travail. La grande solitude des hommes et des femmes au sein même de vastes « open space » ou de « plateaux clientèle » accuse un management inhumain, voire sadique, au service des réorganisations/suppressions d’emplois aux méthodes destructrices : évaluation individuelle, isolement, culpabilisation…..

LA LOI DU PROFIT EST Á CE PRIX !

REFUSONS LA !

 

A L’APPEL DES SYNDICATS
CGT, CFDT, CGC, FSU, SOLIDAIRES ET UNSA

 

DENONCER, RESISTER, AGIR, IL N’Y A PAS D’AUTRES CHOIX


MERCREDI 7 OCTOBRE

De 15 HEURES 30 à 17 HEURES 30

RASSEMBLEMENT UNITAIRE A PARIS

DEVANT le MEDEF
55, avenue BOSQUET (métro ECOLE MILITAIRE)

 


 

LES RECULS DE CES DERNIERS MOIS

 

  • La loi du 10 août 2009 permet de nouvelles dérogations au repos dominical. Seront concernés les salariés du commerce qui travaillent dans les zones qui seront déclarées touristiques ou thermales où dans les grandes zones urbaines.

    Certains auront des compensations, d’autres pas, d’autres encore seront obligé d’accepter cette contrainte, d’autres sont cernés pouvoir la refuser. A l’occasion d’une rencontre avec des représentants de la Mairie de Paris, la CGT a réaffirmé sa ferme opposition à une extension des zones toursitiques dans la Capitale.


  • Un projet de loi adopté le 29 juillet en Conseil des Ministres prévoit la transformation de la Poste en Société Anonyme. A la clef : la privatisation de l’entreprise et une gestion orientée vers la satisfaction des intérêts privés.

    France Télécoms et EDF/GDF sont d’illustres exemples du devenir d’une entreprise publique changée en Société Anonyme !


  • Nouvelle cure d’austérité pour les assurés sociaux avec la perspective d’une augmentation du forfait hospitalier de 16 à 18 euros, d’un nouveau déremboursement de médicaments et la fiscalisation des indemnités journalières des accidentés du travail.

 

 

DANS TOUTE LA FRANCE, DES SALARIES RESISTENT ET LUTTENT

 

A titre d’exemples :

Au cœur de la crise financière, des salariés défendent leur emploi et multiplient les actions pour dénoncer un système qui les exclut du monde du travail et les prive, eux et leur famille, de leurs moyens d’existence. Ils sont salariés de Molex, Continental, Caterpillar, et de bien d’autres entreprises.

Le 17 septembre, 6 000 salariés de la filière automobile, très touchés par les suppressions d’emplois, le chômage partiel, le blocage des salaires et de dures conditions de travail, manifestaient à Paris.

Le 23 septembre, 40 % des postiers faisaient grève pour s’opposer à la privatisation de l’entreprise. La veille, les guichetiers des bureaux de poste parisiens agissaient pour dénoncer, hémorragie des emplois et suppressions de guichets, flexibilité des horaires et remise en cause des droits, au fil des réorganisations/désorganisations.

Depuis les 11 et 20 septembre, respectivement, les salariés des bureaux de poste de Paris Château Rouge et Enseigne Paris sont en grève pour le maintien des effectifs et du droit au congé contre toute augmentation des rythmes de travail.

Dans la semaine du 28 au 3 octobre, une consultation nationale s’adressant aux usagers d’organise à l’initiative de plusieurs syndicats, associations et partis politiques, sur l’avenir de la Poste et pour dénoncer sa privatisation. Cette consultation est un acte de résistance contre le « Tout marchand » qui, demain, risque de s’étendre à l’ensemble des services publics, ceux de la santé comme ceux de l’éducation !

 

LA CGT DES SERVICES PUBLICS LUTTE CONTRE LA PRECARITE ET REVENDIQUE :

 

  • Une augmentation immédiate de la valeur du point d’indice portant le salaire minimum de départ en catégorie C à 1 600 euros. le rattrapage des pertes de salaire cumulées depuis 2000, l’intégration des primes dans le traitement, une réforme complète des grilles indiciaires, la reconnaissance des qualifications.

  • Une retraite équivalente au moins à 75 % du dernier traitement (primes comprises), avec un minimum garanti au moins au niveau du SMIC et le retour à l’indexation des pensons sur les salaires.

  • Le rattachement des majorations de durée d’assurance à l’accouchement et à la maternité étendu aux femmes ayant adopté ou pris en charge des enfants.

  • Une bonification d’un an par enfant né avant le 1er janvier 2004.

  • Une véritable loi de titularisation accompagnée de mesures ne permettant pas aux collectivités locales de reconstituer un volant de contractuels.

  • Une réforme ambitieuse de la fiscalité publique, notamment locale, avec entre autres la transformation de la taxe professionnelle en un impôt pour l’emploi et le développement solidaire des territoires, impôt auquel seraient assujetties les entreprises et qui permettrait de conserver le lien fiscal indispensable entre celles-ci et les territoires.

  • Des mesures permettant à tous les niveaux l’amélioration des conditions de travail et de la santé au travail.

 


Le 7 OCTOBRE, sera un carrefour de ces luttes,

un temps fort de la mobilisation pour modifier le rapport des forces.

Rendez-vous devant le MEDEF
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page