Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents Mis en ligne le 8 Avril 2009
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


LE MAIRE DE PARIS est il atteint de surdité ?

EMPLOIS, CARRIERES, SALAIRES, …

… Il faut ouvrir les négociations… VITE !
 

 

Les agents de la propreté excédés et en colère ont occupé l’usine de traitement des ordures ménagères d’Ivry.

Que faut-il attendre du Maire de Paris pour qu’il sorte enfin de son mutisme ! …

Le temps compte et les temps changent …

 

LA MAIRIE DE PARIS N’ENTEND OUVRIR DES NEGOCIATIONS

QUE SUR LES RATIOS PROMU/PROMOUVABLES !

Depuis plusieurs mois la Ville de Paris ne répond pas aux nombreuses sollicitations des organisations syndicales préférant jouer à cache-cache, lors de réunions statutaires, groupes de travail et de réflexions, audiences.

Nos élus évitent soigneusement de s’engager en formulant des propositions concrètes en lien avec les questions revendicatives pourtant elles, clairement identifiées.

 

Les salariés de la ville de Paris ne sont pas responsables de la crise…

Ils n’ont pas à en subir les conséquences

 

Les agents du service de la propreté de Paris ont occupé les 1 et 2 Avril la TIRU d’IVRY.

Le Maire de Paris entendra t’il enfin ses personnels ?

 

Vous étiez nombreux dans l’action les 29 Janvier et 19 Mars,

dans la rue encore le 31 Mars,nous serons encore plus demain…

tous ensemble, pour un 1er Mai historique.

 

L’Union Syndicale CGT de la VILLE de PARIS appelait à faire de la journée du 31 Mars, une journée de grève et à un rassemblement, place de l’hôtel de ville.

Le Maire de Paris devait recevoir la délégation porteuse des revendications du personnel !

Malheureusement aucun élu n’a daigné nous recevoir.

 

 

UN BUDGET D’ECONOMIE LOIN DES BESOINS
DES SERVICES MUNICIPAUX

 

La politique municipale se traduit par une volonté de ne pas accorder pour 2009, les moyens financiers nécessaires aux recrutements, titularisations et déroulements de carrières.

Le maire de Paris s’engouffre dans la voie ouverte par d’autres, au nom de la crise et des économies de gestion.

Pour l’essentiel, à la ville de Paris, ces économies visent l’emploi : non remplacement des départs en retraite, fermetures et regroupements de services, suppressions d’effec de postes, etc.

Ces mesures autoritaires et drastiques ne peuvent être sans conséquences, pour la collectivité parisienne, les usagers, les personnels.

D’effectifs, transferts de compétences au privé. Ainsi, on externalise des missions que le personnel titulaire pourrait assumer.

Pour la CGT on peut faire autrement, en associant en amont les personnels aux décisions pour l’amélioration des services.

La politique indemnitaire et salariale de la Ville de Paris est au point mort, une refonte globale doit être menée afin de rendre plus attractive les carrières.

 

Les personnels de la DASCO et Animateurs mobilisés sur leurs revendications

Assemblées, rassemblements, ils ne désarment pas.

Convaincus du bon sens de leurs revendications, ils agissent au quotidien pour gagner sur un dossier revendicatif et explosif :

  • IAT 2 : 30 € par mois à l’échelle 4

  • : 44 € par mois à l’échelle 3
    (Enveloppe globale de 2.9 millions)

- Photos de la manifestation du 31 Mars 2009 -

 

Les Conseillers Sociaux Educatifs de la Ville et du Département, du CASVP dans l’action.

Le jeudi 2 Avril, ils manifestaient en intersyndicale à leur tour, place de l’hôtel de ville, pour demander l’ouverture de négociations sur leurs revendications.

Depuis plusieurs mois, ils demandent une revalorisation du taux de l’IFRTS pour tous au coefficient 5. Insuffisamment reconnus, ils exigent des équivalences avec leurs collègues de la territoriale et la transposition de grilles indiciaires avec leurs collègues de l’hospitalière.

Au centre des priorités demeurent la prime encadrement à 76€, la prime communale et départementale à l’identique des cadres A administratifs, une indemnité compensatoire dans l’attente de la revalorisation de la grille indiciaire.

 

Les agents de la propreté de Paris en colère, ont occupé la TIRU d’Ivry les 1 et 2 Avril

ils exigeaient l’ouverture de négociations sur leur dossier, ils ont obtenus: Des promotions internes de chefs d’équipes du nettoiement et éboueurs.

  • 2009 en juin : 20 éboueurs principaux, 3 CEN, 25 AEN.

  • 2010 en janvier : 20 chefs d’équipes et 25 AEN.

  • 2010 en juin : 25 AEN.

Ouverture de promotions au choix, intégrant les postes vacants, les agents de maîtrise retournant en subdivision. Les promotions pour les éboueurs au principalat seront portées à 150 au lieu de 125 actuellement et l’ouverture de négociations sur les primes PPE, IAT, PR, NBI.

Photos de l'AG du 31 mars et de l'occupation de la mairie du 10 ème

ainsi que l'occupation de la TIRU d’Ivry les 1 et 2 Avril 2009

 

 

TOUS ENSEMBLE EXIGEONS DANS NOS SERVICES

 

  • L’ouverture immédiate de négociations salariales devant déboucher sur un salaire minimum à 1 600 euros, avec une application à tous les niveaux de la grille indiciaire; L’augmentation du point d’indice ; L’intégration des primes dans le salaire ; Une refonte ambitieuse de la grille ; La reconnaissance des qualifications, de véritables déroulements carrières sans ratios promu/pronouvable.

  • Un niveau de pension au moins égal à 75 % de son salaire (Régime indemnitaire intégré) avec un minimum garanti au moins égal au SMIC et le retour à l’indexation des pensions sur les salaires.

  • Une loi de résorption de la précarité, pour tous les agents travaillant dans nos services; La revalorisation de l’APS à 500€.

  • L’arrêt de l’aggravation des conditions de travail et la prise en compte des lois de santé et sécurité au travail.

  • Une réforme profonde de la fiscalité locale permettant aux communes de continuer à investir.

  • Un dialogue social véritablement rénové, accompagné des moyens correspondants.

 


La lutte doit se poursuivre,

le budget supplémentaire 2009 qui sera voté en Juin prochain

doit pleinement intégrer les moyens financiers

de satisfaire ces revendications, nous y serons vigilant.
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page