Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents Mis en ligne le 21 Janvier 2009
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


Ça suffit !

Le 29 janvier 2009

Toutes et tous En Grève

manif 14h à Bastille
 

 

Les salariés de la ville de Paris ne sont pas responsables de la crise…

Ils n’ont pas à en subir les conséquence

 

L’Union Syndicale CGT de la VILLE de PARIS appelle à faire de la journée du 29 janvier prochain une grande journée de grève et de manifestations.

Le Maire de Paris doit recevoir la délégation porteuse des revendications du personnel !

Tous les syndicats qui la composent appellent les salariés, titulaires et non titulaires, à s’unir sur des propositions et des revendications communes et favoriser ainsi une mobilisation la plus forte possible lors de cette grande journée d’action.

 

LA CASSE DES SERVICES PUBLICS :

ÇA SUFFIT !

 

La politique du gouvernement se traduit par la baisse des budgets à l’Etat, à l’Hospitalière, la Fonction Publique territoriale. Le maire de Paris s’engouffre dans cette voie au nom de la crise et annonce lors de ces vœux à BERCY des économies draconiennes.

Pour l’essentiel, à la ville de Paris, ces baisses financières visent l’emploi : non remplacement des départs en retraite, fermetures et regroupements de services, suppressions de postes, etc.

Ces mesures autoritaires et drastiques ne peuvent être sans conséquences, pour la collectivité parisienne, les usagers, les personnels.

Moins d’agents à la Fonction Publique de l’Etat et l’Hospitalière, c’est forcément plus de missions par transfert, à la Fonction publique territoriale qui devra en assumer les conséquences.

Parallèlement, on externalise des missions que le personnel titulaire pourrait assumer. Privatiser ne peut en aucun cas être une réponse ni d’un point de vue financier car bien souvent cela coûte plus cher de payer une entreprise, ni d’un point de vue qualité puisque le
but essentiel des entreprises est de faire des bénéfices qui passent nécessairement par des dépenses les plus réduites possibles.

 


 

LA CHUTE LIBRE DU POUVOIR D’ACHAT
DES RETRAITES ET DES FONCTIONNAIRES :

ÇA SUFFIT !

 

Depuis janvier 2000, le pouvoir d’achat de la valeur du point d’indice servant au calcul de la rémunération a chuté de plus de 9,10 % par rapport à l’indice des prix Insee. Aujourd’hui, le salaire minimum de la Fonction Publique court après le SMIC, alors que les prix de consommation courante explosent.

Le gouvernement dit ne pas avoir les moyens d’augmenter les fonctionnaires, mais il fait cadeau au patronat en 2006 de 23,7 milliards d’euros d’exonération de cotisations sociales et remet le couvert en 2007 avec le fameux paquet fiscal, soit 15 milliards d’euros qui profitent encore et toujours aux quelques 20 % des foyers les plus riches.

Vous en voulez encore ? 100 millions d’euros ont pu être trouvés pour tripler le budget de l’Elysée et plus que doubler le salaire du chef de l’Etat. Des dizaines de milliards sont dégagés dans le cadre du « plan de relance » pour faire de nouveaux cadeaux aux entreprises et renflouer les banques.

 


 

Malgré une forte abstention,

la CGT remporte les élections CAP/CCP,

nous vous en remercions..


Avec 36,5 %, la CGT représente bien la force qui compte à la ville et au département de Paris.

Pour autant, on ne peut être satisfait que plus d’un salarié sur deux ne se soit exprimé !
Alors même que les mauvais coups s’abattent sur le monde du travail, déremboursement des franchises à la sécurité sociale, allongement de fait de l’âge de la retraite, diminution sensible du pouvoir d’achat, mise en place du dimanche travaillé, nouvelles taxes imposées aux mutuelles.

A la ville de Paris, réforme de la catégorie C et mise en place de promotion (promu/promouvable), freinant les carrières. Non respect des lois santé et sécurité au travail, détérioration des conditions de travail généralisant le stress, …

Ce score acquis par la CGT est un camouflet pour tous ceux qui espéraient un affaiblissement du syndicalisme de lutte et d’action.

C’est un encouragement pour mener les luttes nécessaires au niveau des enjeux de notre époque.

La crise n’est pas une fatalité, elle rapporte beaucoup d’argent à de nombreux spéculateurs.

Les victimes de la mise à la diète imposée par le gouvernement et le Maire de Paris sont identifiées d’une part les populations, pour lesquelles la cure d’austérité ne peut signifier que moins de services publics entraîne moins de développement économique, et d’autres part pour les agents territoriaux.

 


 

L’ANGOISSE DU LENDEMAIN :

ÇA SUFFIT !

Surmonter la crise implique des mesures urgentes de relance économique en faveur de l’emploi, des rémunérations et du pouvoir d’achat.

 

ENSEMBLE EXIGEONS

  • L’ouverture immédiate de négociations salariales devant déboucher sur un salaire minimum à 1 600 euros, avec une application à tous les niveaux de la grille indiciaire ; l’augmentation du point d’indice ; l’intégration des primes dans le salaire ; une refonte ambitieuse de la grille, la reconnaissance des qualifications, de véritables déroulements carrières sans ratios promu/pronouvable.

  • Un niveau de pension au moins égal à 75 % de son salaire (Régime indemnitaire intégré) avec un minimum garanti au moins égal au SMIC et le retour à l’indexation des pensions sur les salaires

  • Une loi de résorption de la précarité, pour tous les agents travaillant dans nos services ;

  • L’arrêt de l’aggravation des conditions de travail et la prise en compte des lois de santé et sécurité au travail

  • Une réforme profonde de la fiscalité locale permettant aux communes de continuer à investir

  • Un dialogue social véritablement rénové, accompagné des moyens correspondants

 

PARTICIPONS AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES

  • Pour discuter des revendications non seulement Nationales, mais aussi Parisienne en les listant et en les soumettant au Maire de Paris dès le 29 Janvier 2009 ;

  • Pour organiser la journée du 29 janvier et envisager les suites.

 


LE 29 JANVIER MASSIVEMENT

PARTICIPONS

A L’ASSEMBLEE GENERALE

A 9H00 Salle Ambroise Croizat

3,rue du Château d’Eau
à la Bourse du Travail - République

ENSEMBLE, DISONS : ÇA SUFFIT !
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page