Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 21 Décembre 2013
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


Déclaration CGT sur le budget

au CTP central du 11 décembre 2013
 

 

DAC :

Lors du dernier CTP de la DAC, l’administration elle-même a reconnu qu’il manquait 40 postes dans les bibliothèques.

Interpellé directement sur ce sujet, l’adjoint à la culture a reconnu que la politique d’ouverture de nouveaux équipements à périmètre budgétaire constant « avait probablement atteint ses limites » et qu’elle ne serait plus tenable après les élections de mars.

Va-t-on vers des fermetures de bibliothèques ?

 

DJS :

Selon les dires de la Directrice de la DJS, il manque 10 postes d’EAPS aquatiques.

Ce calcul ne tient pas compte des nouvelles missions des agents (renforcement scolaire, chefs de bassin, ….

La lecture de votre budget signe la disparition des corps spécifiques tels les agents de maîtrise et votre volonté de créer une haute fonction publique. (Suppression massive d’adjoints administratifs et d’adjoints techniques).


DASES :

La fermeture du laboratoire Saint Marcel, la suppression de la mesure du chlore dans les piscines au LHVP, le non remplacement des départs à la retraite, la grève des agents du LHVP pour que la DASES accepte d’inscrire la réorganisation du LHVP à l’ordre du jour du CTP de la DASES, interrogent la CGT sur la politique de la Ville de Paris en matière de santé environnementale.

 

La première Ville de France possède des moyens connus et reconnus internationalement, capables d’intervenir sur tous les aspects santé environnementale. A l’heure où la prévention dans ces domaines est une exigence des Parisiens, les efforts doivent aller vers le développement du service public.

Pourquoi toujours aller dans le sens de la privatisation pour réaliser ces missions au détriment de la qualité ?

Pourquoi privilégier une économie à court terme qui se retournera tôt ou tard contre les usagers ?

Pourtant le Maire vante la remunicipalisation de l’eau à Paris.

La CGT considère que ces attaques menées au coup par coup sous forme de délégation de service public justifiant des réorganisations de service visent à chaque fois l’objectif de supprimer des postes.

Pour la CGT vos redéploiements méritent le nom de suppressions de postes.

Une fois de plus, aucune lisibilité sur le budget d’investissement de la Ville n’est portée à la connaissance des organisations syndicales.

S’agissant de l’ARE, la CGT regrette que l’exécutif n’ait pas fourni en annexe le budget consacré à cette mise en place dès le mois de septembre.

Les fonds consacrés aux activités périscolaires et extra scolaires sont abondés par les caisses d’allocation familiales et un budget de l’état.

La CGT demande l’assurance que les créations de postes liés à l’ARE seront des véritables créations et pas des redéploiements.

La lisibilité du document remis à ce CTP ne nous permet pas de dissocier clairement les créations et les redéploiements.

L’action combative menée par la CGT a permis de nombreuses victoires en faveur des personnels :

Avancement minimum dans l’échelon, création des TSO, création des postes de coordinatrices pour les ASEM, luttes des animateurs pour leur filière, autant de mobilisations qui ont porté leurs fruits.

Malgré tout, la CGT dénonce la politique de redéploiement à budget constant qui génère une souffrance au travail chez de nombreux agents.

D’ailleurs, depuis 2008, on observe une baisse des recrutements de 23%. Dans le même temps, la souffrance au travail s’est aggravée : stress, risques psycho sociaux, harcèlement, encadrement violent, cadences et productivités accrues, systèmes de notations, de contrôles individualisés, chantage à l’emploi pour les précaires de la Ville de Paris, maladies professionnelles, TMS et AVC, mise à bas des droits collectifs conventionnels, des carrières et grilles de salaires, détricotage des statuts spécifiques.

Toutes ces raisons nous obligent à défendre l’ensemble des personnels de la collectivité parisienne que visiblement l’exécutif a décidé de diviser.

Non, la CGT ne donnera aucune priorité mais restera attachée à la défense collective.

Dans ce cadre là, vous comprendrez, Madame le Maire, que notre organisation syndicale votera contre votre budget.

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page