Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents Mis en ligne le 2 Septembre 2008
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


AVIS DE TEMPETE

SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D’ACHAT

LA RENTREE SOCIALE DOIT ETRE À HAUTEUR DU MECONTENTEMENT

MEETING DE RENTREE AU ZENITH

LE JEUDI 25 SEPTEMBRE 2008 à 14h00
 

 

Tout augmente : les loyers, l’essence, le prix du gaz et de l’électricité, l’eau, la rentrée scolaire…. mais les salaires, eux, font du sur place !

Nicolas Sarkozy, lorsqu’il était candidat, avait fait des promesses que le Président de la République qu’il est devenu, ne respecte pas.

Près de 3 millions de salariés sont au SMIC dont 20 % d’entre eux, sont des femmes. Dans le commerce, où la précarité du travail et le temps partiel imposé devient la norme, les salariés ont une paie à trois chiffres !

Le nombre de salariés et de retraités pauvres augmente et grossit les rangs de celles et ceux qui dorment dehors dans les tentes. Une personne sur 10 bénéficiant de l’aide alimentaire est salariée et 16 % sont des retraités !

 

Cette situation est scandaleuse !

C’est le résultat d’une politique délibérée !

 

La revalorisation du SMIC à 1500 euros brut et celle des salaires, tout de suite par l’augmentation de la valeur du point indiciaire, par la reconnaissance des qualifications, de l’expérience professionnelle, des diplômes, ainsi que de vrais déroulements de carrière, est essentielle.

 

CAP 2008

 

ET SI TOUT DEVENAIT POSSIBLE…

 

Dans la Fonction Publique, après les luttes importantes menées par les fonctionnaires ou les personnels de la Ville de Paris ont pris toute leur place, les évolutions salariales de l’année 2008 ont fait l’objet d’un relevé de conclusions qui vise à organiser les futures négociations salariales pour la période 2009/2011.

L’objectif avoué est d’atteindre le non remplacement d’un départ sur deux en retraite. La mise en place de la garantie individuelle de maintien du pouvoir d’achat du traitement indiciaire, n’est pas suffisante.

Il faut augmenter le point d’indice de 1% avec rattrapage au 1er juillet 2008, avancer au 1er septembre les 0.3% proposés au 1er octobre en les portants à 0.5%, proposer une nouvelle mesure pour novembre prochain en lien avec l’inflation. La CGT est prête à discuter de la compensation des années antérieures, de la revalorisation de l’indemnité kilométrique, du remboursement des titres de transports et du supplément familial.

Plus de salaire c’est plus de consommation et donc plus de croissance ! C’est efficace pour réduire le chômage et créer des emplois. C’est bon pour l’économie.

Il est urgent de stopper les exonérations de cotisations sociales, si elles ne sont pas au service de la création d’emplois et ne servent qu’à comprimer les salaires, elles alimentent le déficit de la Sécurité Sociale et handicapent lourdement le financement des retraites et pensions.

Revaloriser le SMIC et les salaires c’est revaloriser le travail. C’est aussi une question de justice sociale et d’un partage équitable des richesses créées.

 

 

LA RETRAITE

 

POURQUOI L’AVENIR DES RETRAITES CONCERNE LES SALARIES DU PUBLIC COMME DU PRIVE ?

Comme, vous pouvez le constater, dans plusieurs professions, des salariés se mobilisent pour défendre leur retraite.

Ainsi, dès le 13 novembre, les cheminots, les agents de la RATP, les électriciens et gaziers appellent à faire grève.

La CGT ne défend pas des « privilégiés » ! La CGT est favorable à une réforme qui traite l’ensemble des salariés à égalité. Levons toutes les ambiguïtés. La CGT milite pour le droit à la retraite pour tous et à taux plein à 60 ans !

Le gouvernement, en remettant en cause les régimes spéciaux, a mis en marche une troisième réforme des retraites. Son objectif, en allongeant la durée de cotisations pour tous, est de rendre impossible leur départ en retraite à 60 ans.

Le gouvernement conduit le système des retraites dans le mur !

La CGT, quant à elle, revendique une réforme de progrès portant sur un socle commun de droit à la retraite, pour tous les salariés du public comme du privé, quel que soit le régime.

La CGT veut débattre de ces choix d’avenir et propose des garanties de haut niveau pour tous :

  • Un vrai droit au départ à la retraite à 60 ans et une possibilité réelle de choix pour les salariés.

  • Un système de départ anticipé en retraite pour travaux pénibles ou pour répondre à des contraintes de service public ou aux tâches astreignantes.

  • Un montant de retraite permettant de partir à la retraite avec un taux de
    remplacement de 75 % avec un minimum équivalent au SMIC.

  • L’indexation des pensions sur les salaires.

 

C’est possible de le financer en créant une nouvelle cotisation employeur comprenant l’intéressement, la participation, les stocks-options….

C’est possible, aussi, en réformant la cotisation employeur qui intègrerait les revenus financiers de l’entreprise par exemple.

 

 

LES SALAIRES

 

POURQUOI FAUT-IL AUGMENTER LE SMIC À 1500 EUROS ET L’ENSEMBLE DES SALAIRES ?

  • Parce que les dépenses des ménages augmentent à cause des hausses vertigineuses du prix du gaz, de l’électricité, du fioul, des loyers, de l’essence, de la rentrée scolaire, des transports… Et que les produits alimentaires coûtent de plus en plus cher.

  • Parce que près de 15 millions de salariés sont smicards et que les inégalités se creusent.

  • Parce que la précarité du travail s’étend à toutes les couches de salariés qui se croyaient à l’abri de la pauvreté (7 millions de pauvres).

 

L’augmentation du SMIC, c’est bon pour tout le monde.

  • C’est bon pour les pensions et les retraites, les revenus des privés d’emploi et les minima sociaux.

  • C’est bon pour revaloriser le seuil des salaires et des grilles de qualification.

  • Plus de salaire, c’est plus d’argent : plus de rentrées de cotisations pour la Sécurité sociale, les retraites et l’indemnisation des chômeurs.

 

POURQUOI LES BATAILLES SUR LES SALAIRES ET LA RETRAITE SONT INDISSOCIABLES ?

  • Parce que, pour obtenir de meilleurs salaires, il faut que tout au long de la carrière professionnelle, les salaires prennent en compte la reconnaissance des qualifications et des diplômes, l’expérience professionnelle et la pénibilité du travail. Ainsi, plus les salariés auront de meilleures retraites plus il y aura d’argent pour les financer.

  • Parce que cet objectif permettrait de revaloriser en partie les basses pensions. En effet, de plus en plus de retraités n’atteignent pas les 563,40 € que représente ce minimum de la retraite de base malgré leurs 160 trimestres !

  • Parce que toutes les inégalités de traitement pendant la vie active se répercutent sur le montant de la retraite, notamment pour les femmes.

 

Tout ce qui sera gagné sur les salaires apportera un bol d’air, tout de suite, aux salariés et à leur future retraite !

 

POURQUOI FAUT-IL AUGMENTER LES SALAIRES POUR TROUVER DES RESSOURCES POUR LA SECURITE SOCIALE ?

  • Parce que le gouvernement et le patronat n’ont de cesse de marteler que la Sécurité Sociale est malade à cause de l’allongement de la durée de la vie, des fraudeurs, des arrêts de travail, des médecins trop généreux…

  • Parce que, une nouvelle fois, leur réponse consiste à créer « les franchises médicales » qui vont nous coûter chères, à dérembourser de plus en plus de médicaments, à baisser les prestations médicales, à réduire le nombre des personnels dans les hôpitaux, … Alors que nous payons déjà une mutuelle !

    Pourtant le remboursement des dents et des lunettes reste anormalement faible !


  • Parce que les exonérations de cotisations sociales -la part socialisée du salaire- sont une trappe à bas salaires qui pèsent sur la Sécurité Sociale et sur les retraites.

  • Parce que ce discours et ces mesures sont des impasses et que cela n’a jamais résolu le financement de la Sécurité Sociale.

  • Parce que la ressource principale des recettes de la Sécurité Sociale est constituée par les salaires. Plus les salaires sont bas moins il y a d’argent pour la Sécurité Sociale et plus on fait le lit des assurances privées !

 

C’est pourquoi, la CGT propose une réforme ambitieuse du financement, fondée sur une modulation des cotisations patronales qui favorisent les entreprises, dont les politiques salariales et d’emploi différentes en faveur de la justice et du progrès social.

 

 

Et vous ?

 

QUE POUVEZ-VOUS FAIRE POUR CHANGER LES CHOSES ?

 

Vous pourriez, peut-être, si la CGT n’est pas présente dans votre service, réfléchir seul ou avec vos collègues à vous doter d’une section syndicale.

En effet, la CGT pense que les salariés qui ne s’organisent pas collectivement sont plus vulnérables, leurs droits sont moins respectés et leur dignité souvent mise à l’épreuve.

La CGT vous propose de réfléchir à franchir le pas ! Pourquoi ne pas vous syndiquer et construire l’outil utile à vous défendre et à conquérir de nouveaux droits et plus de protection pour vous et votre famille ?

 

Pour mes revendications, pour mes droits,
Avec la CGT gagner, c’est possible

 

Afin de débattre de toutes ces questions, la CGT vous invite à participer au ZENITH à son grand meeting de rentrée, aucune liberté n’est prévue par l’employeur

 


Le Jeudi 25 Septembre avec B. THIBAULT
 

 

Dés à présent afin d’organiser la riposte la plus grande contre tous les mauvais coups du gouvernements et ceux du Maire de Paris tels que les privatisations, les abandons de services, pour la reconnaissance de nos qualifications et de nos carrières…

 

Ensemble faisons nous entendre.

 


Vous avez la parole !

Les 13 et 14 Novembre 2008

Faites parler les urnes !

votez CGT
 

CAP CCP CGT 2008
 
 
 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page