Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 9 Novembre 2013
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


CATEGORIE C :

L’urgence c’est maintenant de l’indécence !
 

 

A son arrivée, le gouvernement avait annoncé des mesures d’urgence pour les agents de catégorie C de la Fonction Publique. Plus d’un an après, où en est-on ?

En Juillet 2013, après un an de longues discussions, ayant pour but essentiel de gagner du temps, la ministre a présenté des propositions totalement indécentes !

Propositions unanimement rejetées par les organisations syndicales !

Après avoir fait miroiter des gains indiciaires intéressants, coup de théâtre, le gouvernement proposait de déclasser de nombreux agents ! Comment aurions-nous pu accepter qu’un agent se soit retrouvé dans une situation où il perdrait des échelons pour gagner quelques points !

En faisant cette proposition, le gouvernement donnait la preuve qu’il ne connait rien à la carrière d’un agent dans la fonction publique : Seule une sanction disciplinaire peut conduire à un abaissement d’échelon… mesures proposées par le gouvernement.

 

Ce n’est plus de l’indécence c’est carrément de l’obscénité !!!!

Ainsi, le 20 septembre 2013, le dernier épisode du feuilleton du gouvernement est joué. Alors que le gouvernement venait de découvrir (un an après) qu’aucun accord ne serait possible.

Ainsi, il décide de créer une nouvelle grille (temporaire) pour octroyer 7 ou 8 point d’indice aux échelles 3 et 4, 1 seul point à l’échelle 6 et de 1 à 6 points à l’échelle 5.

Le reclassement se fera au même échelon, en conservant sa situation : par exemple, on passera de deux ans d’ancienneté, dans un échelon de quatre ans, à un an et demi d’ancienneté dans un échelon de trois ans.

Un 12ème échelon sera rajouté à l’échelle 4 (+ 7 points) et à l’échelle 5 (+ 9 points). Un 9ème échelon complètera l’échelle 6 (+ 16 points). Mais, personne ne pourra y accéder avant 2016 au mieux…

Le gouvernement avait annoncé de réelles mesures

pour le pouvoir d’achat des agents de catégorie C.

 

L’exemple est affligeant pour le gouvernement :

Un agent recruté à l’échelle 3, au bout de 10 ans et jusqu’à 12 ans d’ancienneté, ne progresse que de 25 euros nets mensuels !

 

Le Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale du 23 octobre 2013, la CGT et les autres organisations syndicales ont voté contre les mesures proposées par le gouvernement.
Mais, la Mairie de Paris considère que c’est toujours la crise, et décide de suivre la ligne du gouvernement.

Elle va donc appliquer ces nouvelles grilles mais refuse (pour l’instant) le moindre effort supplémentaire. Elle refuse de revisiter les ratios de promotions.

La CGT estime que deux ans supplémentaires par grille est une supercherie alors même que

la CGT vient de gagner l’avancement minimum.

La CGT vous communique ce tableau de reclassement sur la nouvelle grille de la catégorie C (applicable dés la parution des décrets très bientôt).

 

ECHELLE 3

ECHELLE 3

 

ECHELLE 4

ECHELLE 4

 

ECHELLE 5

ECHELLE 5

 

ECHELLE 6

ECHELLE 6

 

 

En conclusion, cette nouvelle grille n’a que deux objectifs :

  1. Ne plus obliger le ministre de la fonction publique à relever le minimum de la grille quand le SMIC est relevé au 1 er janvier de chaque année.

  2. Diminuer le nombre d’agents de la catégorie C bénéficiant de la GIPA puisqu’ils auront eu une progression d’échelon ; alors qu’aujourd’hui, le gel du point d’indice augmente considérablement le nombre d’agents relevant de la GIPA.

    Pour rappel :

    La GIPA est une prime mise en place en même temps que le gel du point d’indice, qui compense la perte de pouvoir d’achat pour les agents qui n’ont pas changé d’indice dans les 4 dernières années (au niveau de l’inflation).

Les gains en réalité de ces mesures ne se retrouvent qu’aux 5 premiers échelons des échelles 4 et 5 alors que de fait, ils sont habituellement relevés doucement avec l’augmentation du SMIC.

Ces gains sont limités à 4 ou 5 points d’indice.

Une broutille !!!

Toutes ces mesures sont grandement insuffisantes et les agents le comprennent bien.

Ce d’autant que depuis le 1er janvier 2000, le point d’indice a perdu 14 % par rapport à l’inflation et 5 % depuis le 1 er juillet 2010, date du début du gel du point d’indice.

Alors même que l’INSEE, en Août 2013, démontre que les fonctionnaires ont perdu du pouvoir d’achat et ne sont pas les privilégiés que l’on veut bien dire, comment peut-on oser ne proposer qu’une vingtaine d’euros bruts par mois d’augmentation en moyenne ?

A la mairie de Paris, ces mesures concernent 70 % des agents. Ceux-ci vont comprendre pendant que ce gouvernement fait des cadeaux aux patrons, il continue sa politique de gel du point d’indice. La honte !

Ceci n’est pas une politique de gauche.

Oui, le changement, on le voit. Pendant qu’on nous annonce que les caisses sont vides pour augmenter les salaires, alors toutes les dépenses de la vie courante augmentent.

Seule la revalorisation du point d’indice permettra de garantir et d’améliorer le pouvoir d’achat des agents.

Le gouvernement a le pouvoir de l’augmenter mais pas la volonté politique.

 

Seule l’augmentation des ratios de promotions pourront revaloriser la carrière des agents à la ville de Paris.

Le Maire de Paris a le pouvoir de les augmenter mais pas la volonté politique.

 

Un gouvernement qui fait la sourde oreille.

Un Maire qui se fait la vitrine de celui-ci.

 

La CGT revendique au niveau national :

  • Une hausse du point d’indice : C’est une priorité.

  • Une mesure de rattrapage des pertes accumulées depuis plus de dix ans (14 % depuis le 1er Janvier 2000).

  • Salaire minimum à 1700 euros bruts mensuels.

  • Que chaque agent puisse effectuer une carrière complète ce qui lui permettrait de doubler son salaire en fin de carrière.

  • Que les primes représentative de compléments de traitement soient intégrées dans les grilles et soient donc prises en compte pour la retraite.

 

La CGT Ville de Paris revendique :

  • Des ratios à 100 %.

  • Une prime de fin d’année équivalente à un 13ème mois.

  • La prise en charge complète de la mutuelle.

  • Le remboursement intégral des transports.

  • Des chèques déjeuners pour les agents ne pouvant se rendre à la cantine.

 


Avec la CGT, c’est tous ensemble

qu’on doit lutter
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page