Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 13 Juillet 2013
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


Sauvez les enfants !

Déclaration CGT

au CTP central du 4 juillet 2013
 

 

Madame la Présidente,

Le devoir du Maire de Paris et de ses adjoints est d’assurer un service public de qualité aux Parisiens et de protéger ses personnels.

Pourtant, lors de son arrivée à la Présidence de la République, Monsieur Hollande s’est vu offrir un cadeau de taille par le Maire de Paris : 1 milliard 300 millions d’euros.

Ce choix politique va à l’encontre de ses obligations.

En effet, dans une période où l’aggravation de la pauvreté et de la précarité des familles place des enfants et des jeunes toujours plus nombreux en situation de danger, et où l’action publique en matière de Protection de l’Enfance et de la jeunesse est requise à un niveau jamais atteint, le gouvernement opère un transfert de charges.

Il laisse tout le poids de la Protection de l’Enfance aux départements, ceci sans aucune compensation financière alors que leurs ressources sont en régression (taxe professionnelle, droits de mutation, etc) et que les autres transferts de charge subis (routes, collèges, personnes âgées/personnes handicapées, etc.) conduisent à une explosion de leurs dépenses.

Compte tenu du nombre d’enfants confiés et du coût croissant des prestations à réaliser, les départements sont mis en difficulté pour financer le budget de l’ASE à la hauteur des besoins.

Il en résulte de plus en plus fréquemment des choix de pénurie, aussi bien au détriment des crédits d’accueil et d’hébergement, d’aides aux familles qu’au détriment de l’emploi : gel des créations de poste, augmentation des charges de travail individuelles, ralentissement du recrutement sur les postes vacants, priorité donnée aux recrutements de contractuels à moindre coût et plus exposés à l’arbitraire.

Le résultat pratique de la pénurie de moyens, c’est la précarisation accrue d’une population d’enfants et de jeunes parmi les plus exposés et les plus vulnérables.

Aujourd’hui 25% des SDF sont des jeunes issus de l’ASE, et cette proportion augmente chaque année !

Alors que la misère sociale explose, à la DASES le nombre d’AS, de SMS, de CSE et d’infirmières du Département de Paris diminue sensiblement. (-10%)
Alors que le personnel médical et social est en baisse, le nombre de cadres de haut niveau explose. (64%).

Inadmissible pour une Direction sensée faire de l’action sociale de l’enfance et de la santé sa priorité.

Pourtant le nombre de mineurs isolés est évalué à 700 en région parisienne, et leur situation est tellement préoccupante que le Défenseur des Droits s’est saisi du dossier.

Pour déterminer l’âge des enfants on a recours à des tests osseux ou dentaires ! Ces tests sont approximatifs, ce qui n’empêche de reconduire brutalement à la frontière un enfant déclaré majeur !

Il ne suffit pas de signer les textes européens et internationaux Les enfants ont besoin d’être protégés contre une politique de maltraitance institutionnelle.

La CGT vous demande d’y veiller car vous avez tous les pouvoirs !

Les fonctionnaires ne sont pas des nantis !

S’agissant des personnels, la CGT prend acte que vous avez satisfait à une de ses plus anciennes revendications : l’avancement minimum dans l’échelon et l’attribution de l’indice 499 sans ratio.

La CGT vous demande maintenant de vous pencher sur la situation de vos personnels les moins bien lotis, notamment les agents de catégorie C qui perdent leurs primes lorsqu’ils sont en arrêt de maladie ! Ces agents mal payés, maltraités, subissent une double peine.

La CGT vous demande de faire en sorte que tous les agents de catégorie C déroulent une véritable carrière pour atteindre l’échelle 6 et notamment l’indice 499.

Conformément au vœu du Maire de Paris qui a rencontré la CGT le 17 mai dernier, la CGT demande que chaque agent puisse dérouler une carrière de C en A.

Cette revendication est prioritaire pour la CGT.

S’agissant des retraites, la CGT refuse catégoriquement l’allongement des durées de cotisations et la baisse du montant des pensions.

 

La CGT dit :

  • Non à la baisse des effectifs.

  • Non Au gel du point d’indice.

  • Non à l’allongement des durées de cotisation.

  • Non à la baisse du montant des pensions.

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page