Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 17 Mai 2013
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


Déclaration de la CGT

au CTP central

du 16 Mai 2013
 

 

La gauche ce n’est pas le Père Noël dixit le porte parole du PS. C’est sans doute pour cette raison que les Ministres qui ont une part d’ombre continuent à percevoir un salaire de plus de 9000 euros après leur départ, mais que les contrats aidés émargeant à moins de 1000 euros ne perçoivent toujours pas leurs indemnités chômage après plusieurs mois.
Il serait temps que M. Bricolage réapprovisionne sa boîte à outils et détourne son regard de ses ANI du MEDEF.

Mais il est vrai que les membres de ce gouvernement qui paient pour la plupart l’impôt sur la fortune ignorent qu’après le 15 mars, l’heure des expulsions a sonné et que le nombre de bidonvilles le long du périphérique pullule.

Le décret de M. Peillon relatif à l’ARE signe le transfert de la gestion de l’Ecole et de ses personnels aux collectivités territoriales.

L’école publique laïque dans la République une et indivisible va céder le pas à la territorialisation de l’école.

C’est un abandon du principe d’égalité Républicaine.

A l’heure de la récession, les territoires pauvres vont s’enfoncer de plus en plus dans la crise et nos enfants en feront les frais !

Si c’était cela le changement annoncé, on aurait pu s’en passer !

D’ailleurs, le Conseil Supérieur de l’Education, qui regroupe syndicats d’enseignants, fédérations de parents d’élèves et collectivités locales, a massivement rejeté le projet de décret des rythmes scolaires avec 5 voix pour ; 23 contre ; 30 abstentions et 14 refus de vote.

La CGT refuse qu’une partie des missions de l’Education nationale soit externalisée et décentralisée aux collectivités locales en remettant en cause le caractère national de d’Education nationale.

L’égalité de traitement des élèves dans les Activités Pédagogiques Complémentaires ne sera pas respectée car les collectivités territoriales ne seront pas en mesure d’offrir des activités artistiques, culturelles ou sportives de qualité faute de moyens.

On peut se demander si ce n’est pas le premier pas vers un MEDEF choisissant les programmes scolaires des enfants en fonction de ses besoins locaux.

Le Maire de Paris, lorgnant peut-être sur un poste de Ministre, a décidé d’un passage en force et appliquera cette réforme dès la rentrée du 4 septembre 2013.

Même les bonnes villes socialistes de Lille et de Lyon ont décidé de reporter l’application de ce texte en 2014.

Les 4 réunions publiques organisées en janvier et février 2013 ont été un véritable camouflet infligé au Maire de Paris qui confond concertation avec décision unilatérale.

A chaque fois la salle a hué avec une grande véhémence et certains élus, n’ont pas été en capacité de d’exposer leurs arguments en raison de l’agitation qui régnait dans la salle.

Que ce soient les enseignants ou les organisations de parents d’élèves, ce projet de territorialisation de l’éducation Nationale ne trouve grâce aux yeux de personne.

Le premier règne du Maire de Paris avait commencé sous le signe de la démocratie participative. Aujourd’hui le Maire feint de croire que des réunions d’information sont des preuves de dialogue social.

Pour la CGT, ce pseudo dialogue social s’apparente à une parodie, pour preuve l’ARE impacte également la DFPE puisque les jardins d’enfants Paris Habitat sont impactés. Pour autant, à ce jour aucune concertation avec les OS n’a eu lieu malgré les interpellations de la CGT.

La création de la filière animation avait été demandée par la CGT dès les discussions du CSAP consacré à la réforme de la catégorie B. La CGT est satisfaite de constater qu’en un an la Mairie de Paris se range enfin à l’avis de la CGT.

Les 1000 déprécarisations que vous envisagez auraient pu être décidées dans le cadre de la loi du 12 mars 2012.

Vous avez décidé de continuer à recruter des CDI à temps incomplets, avec des bas salaires, pour éviter d’avoir à les titulariser ultérieurement.

Vous préférez utiliser des vacataires à temps complet profitant de la crise de manière peu socialiste.

A l’emploi public, vous préférez le recours aux associations.

La CGT rappelle que la Ville de Paris avait fait le choix de réintégrer dans son giron les conservatoires et les ateliers beaux arts qui étaient gérés par des associations.

Ce choix résultait d’une prise de conscience que les associations dans ce cadre ne répondaient pas aux demandes des usagers. Gestion humaine et financière selon les sites. Il serait curieux de voir revenir par la fenêtre ceux que la Ville a fait sortir par la porte.

Mais la CGT développera ce point dans ses amendements.

Pour conclure, le choix du vendredi après-midi favorisera le départ en week-end des familles aisées. On peut même imaginer que certaines dispenseront leur enfant de la malheureuse heure de cours de l’après-midi, histoire d’éviter les embouteillages. (pour ceux dont la voiture n’a pas brûlée Place du Trocadéro).

  • Parce que votre projet est contraire à l’intérêt de l’enfant et à celui des personnels,

  • Parce que votre projet aggrave les inégalités territoriales et sociales,

  • Parce que votre projet signe la fin de l’Education Nationale

 

La CGT votera contre le texte qui est proposé car l’égalité Républicaine n’est plus au rendez-vous.

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page