Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 23 Février 2013
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


NON A UNE LOI QUI FACILITE

LES LICENCIEMENTS ET LA FLEXIBILITE

Tous dans l’action le 5 mars 2013
 

 

A l’heure où des plans importants de licenciements sont annoncés dans le Grand Paris, 1 000 chômeurs supplémentaires chaque jour, viennent allonger la longue liste de demandeurs d’emplois.

Malgré tout le Medef veut encore plus de facilités pour licencier et s’attaque au code du travail grâce à l’Accord National Interprofessionnel signé le 11 janvier 2013.
Un pas de plus est franchi contre les salariés.

Le gouvernement, lors du Conseil des Ministres du 6 mars veut le transposer dans la loi.
Cet accord a été rejeté par deux organisations syndicales confédérales sur trois.

Il organise un patronat plus fort avec la flexibilité pour les salariés et un recul fondamental de leurs droits individuels et collectifs. Tout ceci au bénéfice des employeurs.

 

Cet accord ne doit pas se transformer en loi.

Le 5 mars ensemble agissons !

 

Mobile ou viré (article 15) :

Les salariés pourront être licenciés pour motif personnel en cas de refus de mobilité.

N’oublions pas le grand Paris arrive à grand pas…

 

Généralisation du chantage à l’emploi (article 18) :

Les salariés qui refusent l’application d’un accord collectif de baisse des salaires ou d’augmentation de temps de travail seront licenciés pour motif économique individuel.

Le motif de licenciement sera inattaquable.

Travailler plus pour gagner moins et perdre tout.

 

Faciliter les licenciements (article 20) :

Le patronat pourra décider de la procédure de licenciements ou le contenu du plan social par simple accord d’entreprise. Il pourra licencier plus facilement.

Et pour les précaires Stop ou Encore Titularisés, CDIsés ou Virés…

 

Les patrons à l’abri des juges (titre V) :

Les possibilités de recours juridiques des salariés sont limitées dans le montant et dans la durée. Pour la contestation des licenciements au Conseil des Prud’hommes, la durée du recours juridique est réduite de 5 ans à 24 à 36 mois.

C’est une mesure injuste qui favorise l’impunité patronale.

Monsieur le Maire n’a plus de soucis à se faire…

 

Cette journée doit être un temps fort de mobilisations sans précédent pour dire Non à la ratification de cet accord en loi inébranlable. Exigeons l’augmentation des traitements et des pensions Le dicton ne veut pas dire la même chose suivant qui le dit.

Pour nous le changement c’est maintenant et c’est des embauches et des augmentations de traitements et pensions pour tous.

 


Agissons par la grève et manifestons notre colère

RENDEZ VOUS MARDI 5 MARS 2013 A 14H00

PLACE DU CHATELET VERS L’ASSEMBLEE NATIONALE

A L’APPEL DE LA CGT - FO - FSU - SOLIDAIRES
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page