Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 5 Décembre 2012
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


CTP CENTRAL :

CARREAU du TEMPLE à Paris 3è

la C.G.T. VOTE CONTRE
 

 

 

Avant propos / contexte :

Le Carreau du Temple est un lieu historiquement dédié au commerce de fripes, cuir et peau. Les commerçants y disposaient de cabanons pour abriter les pièces à vendre dont ils étaient producteurs dans des ateliers de proximité où le travail en famille était de tradition.

Ce temple de la mode a aussi connu des moments tragiques. Situé au cœur du 3è arrondissement ses murs résonnent encore de la douleur des familles déportées, des victimes de la Shoah. Alors aborder ce dossier sans se souvenir ne serait pas digne de notre assemblée.

 

Le dossier que vous nous présentez mérite aussi quelques observations.

Prélevés sur les deniers publics des Parisiens, un tel investissement laisse espérer un retour en faveur des usagers et en particulier ceux du 3è arrondissement. Or on observe que le contenu en est fort éloigné.

D’abord vous répartissez ce grand espace en 3 dimensions :

  1. Espace dédié aux activités sportives qui n’est en réalité que la reprise de l’existant auquel s’ajoute une partie de type fitness ; là on voit déjà apparaître que l’utilité publique fait place au business des salles de sports.

    D’ailleurs dans les négociations que nous menons actuellement à la DJS, le Maire de Paris a sorti le fitness du service public.


  2. Espace culturel dont on ne voit plus de lien avec la politique culturelle municipale puisqu’y seront accueillis des expositions organisés par des agences privées.

    Mais y a –t-il encore une politique culturelle municipale ? privatisation des musées, espaces chauds/espaces froids dans les bibliothèques ?


  3. Un espace dédié à l’évènementiel qui finalement sera l’axe majeur de la vitalité de ce Temple car les évènements organisés seront censés rapporter les fonds utiles à l’autofinancement de ce lieu.

 

La DJS semble garder la main pour les créneaux sportifs mais on sait que ceux-ci ne tiennent pas face à l’organisation d’un évènement.

Il apparaît donc d’emblée que la transformation du Carreau du Temple signe la fin de vie d’un équipement de proximité qui avait la tradition avec lui et savait déjà faire vivre le sport des enfants des quartiers, savait déjà organiser des évènements de type défilés de mode, accueillait des meetings, des conférences, des expositions, des représentations artistiques etc….

Curieusement les critères de destination de ce nouvel équipement ne seraient-ils pas ressemblant à ceux qui ont préfiguré le 104 rue Aubervilliers dans le 19è arrdt, et de la maison des métallos dans le 11è arrdt.

Cela nous inquiète car rien aujourd’hui encore ne prouvent la réussite de ces projets ni leur équilibre financier. Rappelons qu’il s’agit de 60 millions d’euros.

La coordination en serait confiée à un homme d’expérience non personnel de la ville.

Un conseil d’administration présidé par le maire du 3è arrdt et composé de 7 personnes servira d’écran à la fuite des 60 millions d’euros et chacun sera invité à saluer les efforts, le bilan dont on présume la ressemblance avec les le 104 et les Métallos.

 

La question des emplois est aussi posée.

Actuellement un fonctionnaire de la DJS a été nommé Préfigurateur. Que deviendra t-il ? Sera t-il maintenu à un poste d’encadrement ? Qui le paiera : la ville ? Quel mode de contrat lui sera proposé : mise à disposition ? Jusqu’à quand ?

Ces questions sont importantes car on voit là encore partir vers le privé un bien public, son financement, son personnel.

On en a fait la bien triste expérience à la DAC lors de la création de l’Etablissement Public des Musées.

Les besoins en personnel correspondent à des métiers qui ne figurent pas au répertoire classique de la ville ; la belle « occas » pour vous que de laisser filer ces emplois au privé.

Pourquoi ne pas avoir recherché parmi les agents de la ville ceux qui ont des formations de régisseurs par exemple ou ceux qui aurait utilisé leur DIF pour acquérir des formations qui se révèleraient utiles au fonctionnement du Carreau du Temple ?

Il faut cesser d’ignorer les talents cachés des agents dont l’expertise est là encore bafouée.

Pour conclure il n’est pas acceptable que ce lieu de mémoire, de vitalité économique, soit cédé à une ASPL (Association Publique Locale) qui fait s’associer Paris département et Paris Ville. Associer Paris à Paris c’est rendre Paris comptable.

Des agents ont travaillé à construire un projet soutenu par des hommes de l’ombre qui ont poussé au choix au détriment des finances de la commune, au détriment des emplois municipaux.

 

Paris mérite meilleure gestion,

meilleure appréciation des emplois.

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page