Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 4 Décembre 2012
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


DECLARATION DE LA CGT

AU CSAP

DU 29 FEVRIER 2012
 

 

Madame la Présidente

 

La CGT assume ses responsabilités quant aux derniers événements. Elle réaffirme la volonté de l’exécutif parisien à passer en force sur un pseudo dialogue social. Les méthodes que vous employez sont scandaleuses ! C’est la première fois que le Maire de Paris décide de reconduire des syndicalistes exprimant les revendications des salariés par les forces de l’ordre et les contraint à reprendre le métro.

Est-ce là la forme la plus intelligente et la plus appropriée de faire appliquer les règles démocratiques d’un véritable dialogue social ?

Le Maire de Paris a-t-il choisi de ne pas salir son image de marque au détriment des revendications des personnels ?

En effet ce jour-là, il recevait l’association des Maires de France. Ceci justifie-t-il cela ?

La CGT pour sa part condamne cette attitude !

Nous actons que l’avancement minimum dans l’échelon se traduit par un gain pour les agents. La CGT y a très largement pris sa place. Nous sommes convaincus que cette avancée n’aurait pu être obtenue sans rapport de force.

Toutefois la CGT revendique le droit pour chaque agent de catégorie C d’atteindre au minimum l’indice 499. Pour cela, il faut des ratios portés à 100%, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

Le 24 septembre 2012, le Maire de Paris a publié la première lettre d’information des encadrants de la Ville de Paris, baptisée ‘DECRYPTAGE’. Cette lettre est sensée aider les encadrants à répondre aux ‘interrogations de leurs collaborateurs’.

La CGT, n’ayant jamais collaborée et n’ayant pas l’intention de commencer à collaborer maintenant, voit donc ses questions sans réponse.

S’agissant du CSAP de recours : lors du CSAP du 28 mars 2012, vous aviez pris l’engagement, Madame la Présidente, de déterminer le quorum en début de séance en votant l’amendement de la CGT à l’unanimité.

Or, vous n’avez pas respecté vos engagements puisque vous avez modifié les règles démocratiques de la représentativité lors de l’étude chaque dossier. Ce qui vous donne maintenant gain de cause sur les sanctions appliquées en faisant ce que bon vous semble ! Vous avez transformé le CSAP de recours en parodie de justice ! Vous avez, de fait, la main mise sur tous les dossiers !

 

A quand la cour d’assises

pour les représentants syndicaux ?

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page