Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 19 Novembre 2012
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


Salariés de la ville de Paris en grève.

Nous ne sommes pas des privilégiés !
 

 

Beaucoup de fonctionnaires sont des smicards. La plupart de nos métiers débutent au SMIC (ouvriers, agents administratifs, agents des crèches…) et y stagnent pendant des années. Au bout de 10 ans, un agent aura vu son salaire augmenter de 23 €.

Le salaire d’un fonctionnaire est fixé par rapport à la valeur du point d’indice. Il ne suit plus l’inflation depuis 1983. Après avoir augmenté de 0,5 % deux années de suite, il est gelé depuis juillet 2010.

De 2000 à 2011, nous avons ainsi perdu plus de 11 % de pouvoir d’achat.

Public, privé on cherche toujours à nous opposer. Petits salaires…mais sécurité de l’emploi ! C’est de moins en moins vrai, hélas. De nombreux secteurs du service public sont donnés au privé (avec les conséquences que l’on supporte) : la poste, EDF, etc…c’est aussi le cas au sein des collectivités territoriales.

Alors que de nouveaux besoins et des nouvelles envies sont exprimés par les usagers, la Mairie de Paris choisit de déléguer une partie de plus en plus grande au privé.

Elle emploie 15 000 agents non fonctionnaires : des contrats aidés et d’insertion mais aussi des agents en CDD, des saisonniers qui enchainent parfois les contrats en restant toujours dans la précarité.

 

Tout augmente

sauf les salaires !

 

Le maire de Paris ne peut pas directement augmenter nos salaires, mais il peut augmenter notre pouvoir d’achat !

  • En augmentant le nombre de promotions d’un grade à l’autre, il accélèrerait notre déroulement de carrière.


  • En prenant en charge la journée de carence imposée par Sarkozy, comme le font beaucoup d’employeurs et comme certaines mairies ont décidé de le faire (dont celle de Nantes, ville du 1er ministre).

    Il éviterait ainsi de nouvelles coupes de salaire, les malades n’ont pas à être sanctionnés !


  • En prenant en charge la totalité des cotisations mutuelles, comme la loi l’y autorise, il redonnerait un peu de pouvoir d’achat aux agents qui pourraient ainsi tous accéder aux soins.


  • En embauchant réellement tous les agents précaires qui travaillent pour la ville : CDD, saisonniers, contrats aidés. En appliquant la loi de déprécarisation de mars 2012 le plus largement possible.

 

Paris est la ville la plus riche de France.

 

Elle a engrangé plus d’un milliard d’euros en droits de mutations immobilières, presque 200 millions de plus qu’en 2010. Elle a décidé d’effacer la dette que l’Etat avait envers elle : 1 milliard 300 millions d’euros, pour l’aider à rétablir ses finances. Que fait-elle pour rétablir les finances de ses salariés ?

 

Si les salariés de la ville de Paris font grève

(et perdent une journée de salaire),

ce n’est pas pour le plaisir.

 


Monsieur le Maire,

arrêtez de toujours nous répéter « pas de budget » !

Ce n’est pas l’argent qui manque

c’est la volonté.
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page