Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 22 Octobre 2012
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


Ratios pour tous

à 100 %
 

 

Depuis des années, les fonctionnaires voient leur pouvoir d’achat dégringoler, plus de 11 % de 2000 à 2011. La valeur du point est gelée pour la 3ème année consécutive !

  • Pendant ce temps, les prix flambent : transport, énergie, loyers et même produits alimentaires.

  • Pendant ce temps, les taxations, cotisations et autres impositions ne cessent d’augmenter.

  • Combien d’entre nous ne partent plus en vacances ou très peu ?

  • Combien sont à découverts avant le 15 du mois ?

  • Combien renoncent à des soins dentaires ou à changer leurs lunettes ?

 

Et depuis des années, les effectifs diminuent.

Le maire de Paris se félicite d’utiliser le redéploiement : déshabiller Pierre pour habiller Paul, c’est ce que nous subissons en permanence.

Pour les agents, c’est un surcroît de travail, des problèmes pour obtenir leurs congés ou un temps partiel, c’est une dégradation de leurs conditions de travail qui conduit parfois à des accidents de travail et des maladies.

Le maire de Paris n’a pas le pouvoir d’augmenter la valeur du point d’indice, mais il a le pouvoir d’augmenter notre pouvoir d’achat !

Le maire de Paris peut décider de recruter en échelle 4 mini et non en échelle 3, il peut permettre un déroulement de carrière plus rapide et faire passer tous les agents promouvables à l’échelle supérieure.

Il peut agir aussi sur un autre plan en remboursant l’intégralité des transports, prendre en charge les cotisations mutuelles, attribuer des chèques déjeuners, contribuer plus largement aux vacances en augmentant sa contribution à l’AGOSPAP ou en mettant en place des chèques vacances.

Il peut aussi titulariser tous les précaires qui travaillent dans nos services : ils sont environ 16 000.

Il peut décider d’embaucher plus pour maintenir des conditions de travail décentes et un service public de qualité. Pour l’instant, cela ne dépend que de lui ; mais si le pacte budgétaire est voté, il lui faudra bientôt avoir l’autorisation de la commission européenne !

 

Et si on gardait le budget constant de la ville de Paris

mais en le redéployant autrement ?

Plus pour des embauches, des augmentations… et moins pour le tape à l’œil et la communication : moins d’audits, de « Quali Paris », de « Paris et moi »…

En ce moment, des négociations ont lieu entre la ville et les représentants du personnel pour fixer les ratios d’avancement des agents sur les 3 prochaines années. C’est-à-dire pour fixer le nombre d’agents qui pourront être promus au grade supérieur.

Ils sont des milliers à remplir les conditions et à attendre leur tour. Combien passeront : 10, 15, 20 % ?

 

La CGT revendique le passage à 100 %.

Combien d’agents arrivent à la retraite sans avoir pu passer au grade supérieur ? C’est inadmissible. La mairie fait des économies sur notre dos.

Tous ensemble, nous devons faire pression pour obtenir le 100 % Négociations à hauteur du rapport de force !

La CGT a obtenu par la lutte l’avancement minimum qui sera mis en place après la modification du décret de 94.

Mais là encore, il va falloir faire pression pour que cela soit la règle pour tous et non « une possibilité en fonction de la manière de servir ».

La durée minimum permet à un agent d’aller du 1er au 11ème échelon de son échelle en 21 ans au lieu de 31 ans : ce n’est pas négligeable !

 

QUE L’ON TRAVAILLE DANS UNE CRÈCHE,

UNE ÉCOLE, UN JARDIN OU UN GYMNASE…

DANS UN BUREAU OU DANS LA RUE :

ON EST TOUS DANS LA MÊME GALÈRE.

 


Tous ensemble mobilisons-nous le 20 novembre prochain

Prenons notre avenir en main.

Avec la CGT, imposons d’autres choix
 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page