Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 10 Juillet 2012
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


Déclaration CGT au

CTP Central du 27 juin 2012

sur l'Inégalités Femmes / Hommes

 

Madame la Présidente,

 

Le rapport sur les indicateurs du plan égalité femmes – hommes souligne qu'il reste de nombreux écarts à réduire à la Ville de Paris..

La CGT souhaite apporter plusieurs propositions afin que le plan d'égalité professionnelle puisse prendre en compte l'ensemble des problématiques vécues par les femmes travaillant dans votre administration.

La lecture des indicateurs d'évaluation du plan de 2005 et l'actualité de la mise en œuvre de la loi sur la précarité, nous amène à demander d'intégrer l'indicateur de réduction de précarité.

En effet, la précarité de l'emploi ne doit pas passer à la trappe d'une politique d'égalité, comme le titrait un de vos colloques d'il y a 2 ans. La mise en œuvre de la loi du 12 mars 2012, doit être l'occasion d'y intégrer des indicateurs sur le plan femmes/hommes :

Il s'agit d'établir un état des lieux des non titulaires fin avec la ventilation femmes/hommes. Il s'agit aussi de travailler au passage des temps incomplets imposés au temps complets.

Or, Madame Errecart notait que cela supposerait créer des emplois et que ce qui ne semble pas être la volonté de l'exécutif. Nous reposons alors la question de la volonté politique de réduire les inégalités femmes hommes dans ces conditions.

Enfin, il s'agit aussi d'étudier l'impact de l'application de la loi sur la réduction des inégalités femmes hommes car aujourd'hui + de 70 % des non titulaires sont de femmes....

Enfin, la situation des femmes étrangères non européennes, doit attirer notre attention car elles subissent le plus sévèrement ces inégalités. S'engager dans une politique d'égalité salariale, notamment les concernant serait une nécessité.

Au vu de l'actualité sur les questions violences faites aux femmes au travail, et notamment du harcèlement sexuel au travail, nous pensons qu'il serait pertinent d'intégrer la problématique de la lutte contre les violences faites aux femmes dans ce plan. .

La Ville de Paris est un microcosme de la vie sociale française. Certains de vos amis ont pu dire récemment de Madame Guigou candidate au perchoir : ’on lui a trouvé un reposoir en Seine Saint Denis, qu’elle s’y repose’ !

Nous n’oublions pas non plus la célèbre phrase de M. Fabius s’adressant à la candidate à la présidence de la République de Madame Ségolène Royal : ‘ Mais qui va garder les enfants ?’

Ces propos méprisants traduisent la longueur du chemin qu’il reste à faire pour changer les mentalités.

La CGT n’est pas demandeuse de mixité mais d’égalité : égalité de traitement, égalité salariale, égalité de promotions.

  • Dans le domaine dit de prédilection des femmes, à savoir les ressources humaines, on s’aperçoit que depuis + de 30 ans le Directeur du Personnel est un homme blanc. Pourtant le vivier de recrutement existe. Mais les femmes sont reléguées à des postes subalternes.

  • Le 10 juin 2011, l’ensemble des organisations syndicales ont boycotté le CTP central face. En effet les ‘sociaux’, métier féminin par excellence, étaient en grève. Nous attendons toujours le soutien du Maire de Paris pour leur revendication de reconnaissance à Bac + 3.

  • De même que la CGT attend encore que l’indice 499 soit accordé à tous les agents de catégorie C. Là encore, ce sont les femmes qui pâtissent de votre retard à tenir votre engagement pris le 7 mars 2012 lors du CSAP. Les personnels pouvant bénéficier de cette nouvelle mesure sont les adjoints administratifs, ATE, ASEM, auxiliaires de puériculture, soit des agents majoritairement féminins.

 

La Mairie de Paris explique son échec à féminiser le corps des éboueurs par une pénibilité du métier.

La CGT vous rappelle que ce sont les femmes qui sont aides soignantes en EPHAD et qu’elles travaillent le samedi, le dimanche, les jours fériés, la nuit et le jour. Elles font les soins de nursing des personnes âgées grabataires. Nous devons justement mieux reconnaitre dans les CHS la pénibilité du travail féminin qui est souvent minorée.

La Ville de Paris devrait plutôt s’interroger sur l’accueil fait à ces femmes par certains responsables, au plus haut niveau.

Aujourd’hui encore ce sont les femmes qui assument la vie familiale et prennent des temps partiels pour élever des enfants. Il est donc impératif de renforcer le Bureau des Pensions afin d’informer les femmes des conséquences de ces temps partiels sur leur carrière professionnelle et sur leur retraite.

La Cgt ne saurait conclure sans renouveler sa demande d’un véritable service public de la Petite enfance.

Aujourd’hui votre majorité dispose de tous les pouvoirs. Utilisez les à bon escient. Nous sommes plus que jamais disposés à faire que l'égalité femmes -hommes soit de plus en plus une réalité et vite.

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page