Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 4 Avril 2012
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


Grève des agents de la propreté du Grand Lyon

Reprise du travail après l’obtention de réelles avancées

sur la prise en compte de la pénibilité
 

 

Au bout de trois semaines d’une des plus longues grèves des agents de la collecte des ordures ménagères du Grand Lyon, son président Monsieur Gérard Collomb, n’aura pas brillé par son sens de l’écoute. La désinformation et l’autoritarisme auront ainsi prévalus et pesés lourd dans la décision de reprise du travail décidé majoritairement le jeudi 29 Mars par les personnels concernés sur Gerland et Villeurbanne.

La reprise progressive du travail, bien comprise par les agents, se fera progressivement jusqu’à lundi. La situation reste difficile à digérer, tant les élus auront été absents et incapables de répondre intelligemment aux revendications légitimes des personnels.

L’intersyndicale CGT FNACT/CFTC CFDT FO FA/FPT UNSA UGICT/CGT l’avait dit aux agents dès le début : « nous partons unis, nous rentrerons unis pour mettre en œuvre les avancées que nous auront obtenues ».

Des avancées qui bien qu’importantes ne sont pas totalement à la hauteur des espérances, pour autant ces avancées laissent entrevoir d’autres combats à soutenir.

Sur la revendication du maintien en régie sur Lyon et Villeurbanne qui reste légitime: Le Président c’est engagé sur le retour en régie directe à Lyon et Villeurbanne en 2017.

Il reste aux Élus communautaires et aux Maires de prendre toutes leurs responsabilités sur la privatisation de la collecte sur Lyon et Villeurbanne qui sera présentée au Conseil de la communauté Urbaine de Lyon le 16 avril 2012 et nous les appelons à voter contre le marché de privatisation.

Sur la revendication de l’amélioration des conditions de travail avec la prise en compte de la pénibilité, une réelle avancée est obtenue :

  • Au début du conflit, il n’était question que d’appliquer un samedi sur deux (déjà obtenu dans un accord signé en 2003 jamais appliqué par le Grand Lyon),

  • La porte est ouverte pour aller au-delà afin d’aboutir à un week end complet de repos pour les éboueurs (4 samedis non travaillés) à partir d’études techniques et d’un dialogue constructif avec les Maires concernés par la suppression de la collecte le samedi, des solutions techniques existent si la volonté politique est réelle,

  • L’étalement du prélèvement des jours de grève pour les agents.

 

Ces avancées sont dues à la détermination, la combativité et la dignité des agents de la collecte qui ont conduit un mouvement formidable de 17 jours de grève pour la défense du service public (aucune revendication salariale n’était présente dans ce conflit).

C’est le Président Gérard Collomb, qui, par son refus de recevoir depuis le 12 mars et de négocier, porte la responsabilité de ce conflit.

Quand aux propositions de Gérard Collomb faites dans le cadre du premier préavis pour tenter d’empêcher la grève, elles portent sur :

  • La création d’une équipe volante d’éboueurs de 26 agents dont 10 postes créés avec la réduction du recours aux intérimaires,

  • Un samedi sur deux de repos,

  • La collecte en régie directe des silos enterrés des ordures ménagères et de la collecte sélective (hors les silos pour le verre) sur les 56 communes hors Lyon et Villeurbanne.

 

L’intersyndicale veillera à ce que les engagements du

président Collomb soient, cette fois, réellement tenus et au plus vite.

 

Malgré tous les désagréments subis, le soutien de la population ne s’est jamais démenti jusqu’à ce jour, par des signatures massives de la pétition de l’intersyndicale et des manifestations de leur solidarité envers les grévistes.

L’intersyndicale remercie tous les agents de la collecte pour leur responsabilité et leur dignité dans ce noble conflit.

Elle remercie également tous ceux qui leur ont apporté leur soutien dans ce conflit social pour la défense et l’amélioration du service public, contre la privatisation au profit des grands groupes privés : syndicats locaux, départementaux et nationaux, associations d’usagers, groupes politiques du Grand Lyon, Élus et partis politiques, journalistes,….

 

Le service public appartient aux citoyens / contribuables,

à leurs représentants élus au

suffrage universel direct de leurs communes.

 

L’UNION SYNDICALE CGT de la Ville et du Département de Paris, tient à apporter toute sa solidarité au juste combat que viennent de mener les agents de la propreté du grand Lyon. Ses militants, ses syndicats connaissent bien les épreuves auxquelles les agents ont dû faire face et notamment l’indifférence volontairement exprimée par les élus concernés. Ce succès de la lutte unie des personnels vient une nouvelle fois confirmer que sans combat, il n’y a pas d’avancées sociales significatives possibles.

A Paris comme à Lyon, la question du devenir des services publics reste posée. Les volontés exprimées par des élus portant trop souvent le double langage conduisent à assurer des privatisations de pans entiers de services pourtant si essentiels. L’eau, la propreté, les collectes, l’assainissement, les crèches, … portent les stigmates de la saignée opérée sur les services publics.

Ensemble, nous pouvons les faire reculer sur leurs volontés de privatisations. Alors oui sans aucun doute, les personnels du grand Lyon viennent d’obtenir une grande victoire qui en appelle d’autres. Le service public reste vraiment un choix d’avenir, utile, citoyen, économique, essentiel pour une société de justice et de fraternité. Notre union syndicale entend verser son obole, à cette solidarité si essentielle en ces moments si durs.

Un chèque de 500 euros a été reversé aux salariés en lutte.

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page