Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 16 Décembre 2011
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


Déclaration de la CGT au

CTP Central du 8 Décembre

sur la politique du handicap

à la Mairie de Paris
 

 

Le nombre de Bénéficiaires de l’Obligation d’Emploi hors recrutement va augmenter de 100 agents par an. Ceci est la preuve de l’inefficacité de la politique de prévention en matière de SST menée par la Ville de Paris.

Dans le même temps, la Ville se débarrassera de 120 BOE* par an : agents licenciés ou qui partiront de leur plein gré face à une administration qui les écrase et les lamine.

L’accord cadre en négociation mené avec zéro moyen est caduque avant la signature éventuelle d’une quelconque organisation syndicale.

A la Ville de Paris, le travail détruit la santé des agents. La Ville le sait mais ne met aucun moyen pour préserver la santé de ses personnels.

Pire, la Ville de Paris veut utiliser la médecine préventive, au service des agents, en médecine de sélection à l’embauche. Hors, le rôle de la médecine préventive est de permettre à chacun de travailler, quel que soit son état de santé.

Une des priorités affichée par le Maire de Paris est la garde d’enfants. Que les professionnelles chargées des bébés parisiens continuent à se casser le dos ne le dérange pas.

Pour témoigner de son attachement à la santé de ses agents, le Maire pourrait décider d’embaucher des professionnelles en nombre suffisant.

Tel n’est pas le cas.

Dans un pays où il y a 5 millions de chômeurs, le Maire sait qu’il trouvera toujours à recruter des agents aux bas salaires, prêts à mettre leur santé en jeu pour gagner de quoi, à peine reconstituer leur force de travail.

Sans état d’âme, le Maire de Paris, recrutera des contrats aidés pour palier les insuffisances d’effectifs, y compris des contrats aidés en situation de handicap quitte à s’en débarrasser au bout de 5 ans sans état d’âme.

En 2010, la Ville de Paris a recruté 36 travailleurs handicapés contre 49 en 2009, soit une baisse de recrutement de 25%.

La Ville de Paris n’a plus besoin de recruter des travailleurs handicapés, puisqu’elle les ‘fabrique’ elle-même. 57% des agents en reconversion médicale ont moins de 45 ans contre 45% en 2009, soit une augmentation de 12%.

On notera qu’en cas de reconversion médicale des agents, les tâches les plus pénibles sont réparties sur les collègues : les collègues apprécieront. Est-ce pour cela que les absences au travail augmentent ?

En 2010, la Ville a passé un marché avec l’UNIRH pour 75 stagiaires et en 2011 ?

La CGT demande si dans les jurys de recrutement siègent des travailleurs handicapés.

La Ville de Paris avait confié à l’INED une enquête sur les discriminations.

Cette enquête a-t-elle évalué si les travailleurs handicapés avaient droit à un vrai déroulement de carrière ou si ces agents devaient juste s’estimer heureux d’avoir été recrutés ?

  1. La CGT demande des effectifs titulaires en nombre suffisants pour préserver la santé des agents dont le métier risque de générer des inaptitudes.

  2. La CGT demande la généralisation du 3PS, dès leur recrutement, pour tous ces agents.

  3. La CGT exige l’arrêt des mises au chômage déguisées de ces agents.

 

La Ville de Paris consacre à peine 0,0027% de son budget aux travailleurs handicapés. C’est pourquoi la CGT votera pour la reconduction du contrat avec le FIPHP, car tous les aménagements de poste, formations notamment à la langue des signes, forums, sensibilisations au handicap sont financés par le FIPHFP. La Ville ferme son porte monnaie.

*BOE = Bénéficiaires obligation d’emploi

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page