Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 30 Novembre 2011
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


CSAP du 24 novembre 2011

La CGT claque la porte …

TROP C’EST TROP …

« La coupe est pleine »
 

 

L’ouverture de la séance du CSAP du jeudi 24 novembre 2011 aura donc été légèrement perturbée par la sortie d’une organisation syndicale qui représente majoritairement les salariés… n’en déplaise à certains.

Hé bien oui, la CGT n’est plus exclusivement figée à son « image de marque ouvriériste », ou à celle que l’on voudrait encore lui prêter. La CGT est aussi partie prenante de la réforme de la catégorie B.

 

TROP DE MENSONGES …

Le maire nous ment ! Lors de « l’audience » du 14 octobre … Il nous annonce que 800 agents vont bénéficier de la réforme … Il oubli de nous dire que ce chiffre est donné pour les 4 ans à venir.

La DRH lors de la séance confirme notre désaccord en annonçant 822 postes sur les 4 ans à venir…

La CGT se positionne. Partout, dans chaque secteur, Petite Enfance, DASCO, secteur ouvrier, Administratif … La réforme doit apporter un plus.

Le passage de C en B ne doit pas être négocié au rabais. C’est bien ce qui se passe aujourd’hui.

Le maire de Paris a choisi l’affrontement, certaines organisations syndicales en sont presque rendues aux remerciements alors que même dans les secteurs les plus virulents de notre organisation, le bras de fer continue.

Monsieur Le Goff et madame Errecart suite à notre déclaration évoque le décret de 94, ce fameux décret auquel Bertrand Delanoë lui-même revendique son attachement.

Mme Errecart reconnaît elle-même qu’au travers de ce décret, la Ville veut préserver certaines choses, mais que par contre elle compte le toiletter…

 

De quoi parle-t-on ?

La clarté, la transparence est nécessaire, mais une fois de plus l’administration compte mettre les organisations devant le fait accompli et cautionner au travers d’une pseudo concertation un dossier déjà plié d’avance …

La CGT revendique un plus large passage de C en B. Pour toutes les catégories :

  • Le refus de la casse des statuts spécifiques.

  • La reconnaissance et le maintien des filières professionnelles.

  • Le respect des catégories reconnues actives ou insalubres.

  • L’avancement minimum.

 

La CGT estime que beaucoup de salariés sont exclus de la réforme, tels que les adjoints techniques, les adjoints administratifs, les adjoints techniques de l’eau et de l’assainissement et bien d’autres.

C’était là l’occasion pour la mairie de Paris de reconnaître et de valoriser les déroulements de carrière dans la catégorie B.

Le maire a décidé d’en faire autrement.

C’est par ailleurs dans ces catégories professionnelles que le maire a choisi de tailler dans les effectifs. C’est clairement affiché dans le vote proposé au budget dédié au financement des ressources humaines qui sera voté au Conseil de Paris des 12, 13 et 14 décembre 2011

La CGT dit non à la création de corps « Fourre-tout » où personne ne s’y reconnaîtra.

La CGT dit non à la polyvalence et à la mobilité subie.

La CGT dit non aux délégations de services publics qui se profilent à plus ou moins court terme.

Pour toutes ces raisons, la CGT a décidé de quitter la séance du Conseil Supérieur des Administrations Parisiennes du 24 novembre 2011 et de ne pas cautionner ce dialogue de sourd.

 

Lire la déclaration que la CGT a faite au CSAP du 24 novembre 2011

 


ENSEMBLE

RESISTONS
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page