Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 5 Octobre 2011
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


ARRÊTONS DE SUBIR

VITE, REAGIR
 

 

A la Ville de Paris, les salariés titulaires et non-titulaires

indignés, en colère contre les classes dirigeantes

et leurs incompétences

La dette devrait être payée par nos soins...

NON, il faut dire :

STOP !!! CONTESTONS !!!

LE MARDI 11 OCTOBRE

TOUS ENSEMBLE EN GREVE,

DANS LA RUE, MANIFESTONS NOTRE COLERE

Non à l’humiliation que subissent les salariés, les retraités et une grande majorité de la population.

 

UNE DETTE INJUSTE ET GRAVEMENT INEQUITABLE
POUR TOUS LES SALARIES.

La France paye 46 milliards d’euros d’intérêts aux banques par an alors que les impôts sur le revenu ne rapportent que 50 milliards d’euros.

Aujourd’hui, il faut trouver de l’argent alors les dirigeants européens suppriment l’aide alimentaire aux plus démunis qui s’élève à un peu moins de 500 millions d’euros alors que ces mêmes dirigeants projettent de verser 440 milliards d’euros pour venir au secours des banques.

Il faut trouver de l’argent alors, dans le même temps, une nouvelle vague de suppressions de postes dans les trois fonctions publiques s’engage aujourd’hui jusqu’à 2013 ; 100 000 suppressions de postes supplémentaires.

Il faut trouver de l’argent, alors après avoir passé l’âge de la retraite de 60 à 62 ans, bientôt, il faudra « s’aligner » sur d’autres pays européens, comme disent nos gouvernants, et ce sera 67 ans l’âge légal de la retraite. NON

Il faut trouver de l’argent, alors le gouvernement crée une nouvelle taxe sur les mutuelles santés dites “solidaires“ », il s’agit en fait d’une nouvelle franchise médicale déguisée.

 

LES AFFAIRES RATTRAPENT LES DIRIGEANTS
ET NOUS C’EST LA MISERE QUI NOUS RATTRAPE STOP !!!

IL FAUT QUE L’ON ARRÊTE DE NOUS PRENDRE POUR DES IMBECILES
SI NOS GOUVERNANTS NE SAVENT PAS COMPTER,
NOUS ON SAIT LE PRIX D’UNE BAGUETTE


Alors que dans les services, en particulier à la Ville de Paris, les agents sont de plus en plus en souffrance : souffrance de trop de tâches supplémentaires, souffrance de nouvelles tâches sans formation, souffrance d’être employé à des tâches et d’être salariés à minima comme les non titulaires, et surtout souffrance de ne plus trouver sa place véritablement au sein du service public pour un vrai service rendu à la population.

Et puis aussi, le gel de nos salaires programmé pour 2012, pour une deuxième année consécutive, alors que des déclarations calomnieuses dans le camp des gouvernants essayent de faire croire aux français que les fonctionnaires ont vu leur pouvoir d’achat augmenté de 10 % en 10 ans.

 

Mensonge !!!

Le Maire de Paris a une marge de manœuvre pour ne pas appliquer ce gel des salaires mais il a fait d’autres choix. En effet, il a engrangé pour la seule année 2011, 270 millions d’euros au titre de la taxation immobilière, mais il semble qu’il faut aussi rembourser la dette de la Ville. Double peine.

Défendons notre statut spécifique à la Ville et au Département de Paris. C’est crucial.
Et enfin, alors que le Maire de Paris a revalorisé l’APS mensuelle et annuelle : augmentation gracieuse qui équivaut à l’achat de 2 à 20 baguettes de pain par mois au mois de Janvier 2011, alors qu’aujourd’hui la farine a fait un bon de 20 % d’augmentation, la revalorisation se ressent encore plus comme une misère.

Plus grave encore, le système de protection social est en danger en France mais aussi à la Ville. En effet, avec la décision de supprimer les correspondants de notre centre de sécurité sociale 602 (créé avant même que le Conseil National de Libération l’ait réaffirmé dans son programme) le Maire s’engage à continuer à mener sa politique réactionnaire.

 

NON IL FAUT DIRE NON
ARRÊTONS DE PAYER LEUR DETTE

Il faut replacer la responsabilité de la dette au bon endroit. Les salariés, les retraités, et toute la population : « NON » nous ne sommes pas responsables de la mauvaise gestion de notre pays.

TOUS ENSEMBLE DANS LA RUE

RENDEZ-VOUS

MARDI 11 OCTOBRE 2011 13h30

AVENUE DE LA REPUBLIQUE

AU NIVEAU DE LA RUE CHARLOT

 


TOUS EN GREVE

PLUS FORTS QU’HIER ET TOUJOURS EN AVANT
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page