Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 10 Juillet 2011
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


NOUVELLE OFFENSIVE DU MAIRE DE PARIS

Contre le centre de sécurité sociale 602,

Ses correspondants en font les frais !
 

 

Les jours se succèdent et se ressemblent malheureusement à la Ville de Paris.
Jamais les coups portés aux acquis sociaux, aux revendications des personnels n’auront été aussi vils. Bertrand Delanoë, Maire de Paris, tombe le masque et emboîte le pas au gouvernement, quand il ne le précède pas.

Alors que des négociations se déroulaient depuis maintenant plusieurs années afin de trouver des solutions juridiques au maintien du temps de décharge des correspondants sociaux, le Maire de Paris en a décidé unilatéralement autrement.

Le Maire de Paris entend mettre fin à 67 ans d’histoire comme il l’a fait dernièrement en reprenant à la mutuelle complémentaire la gestion des accidents du travail de la Ville de Paris pour la donner à DEXIA assurances.

 

LA NOUVELLE PROVOCATION DU MAIRE DE PARIS

Par un courrier daté du 22 juin, Mme ERRECART nous informe que le Maire de Paris a demandé à Mme BEDAGUE-HAMILIUS de mettre fin définitivement, le 1er septembre 2011 au système des correspondants sociaux du centre de sécurité sociale de la Ville de Paris, de l’Assistance Publique et des Administrations annexes, le Centre 602.

Les arguments retenus pour expliquer cette remise en cause sans précédent, s’appuient sur l’équité entre l’ensemble des mutuelles et la grande performance de la carte Sésam vitale !

Des arguments qui ne tiennent pas. Seule la mutuelle complémentaire gère depuis la libération le régime obligatoire de sécurité sociale pour les fonctionnaires territoriaux des administrations parisiennes, le Centre 602, la carte Sésam vitale et ses applications ne représentent qu’une partie des tâches qu’accomplissent les correspondants sociaux.

 

PARALLELEMENT LES ATTAQUES FUSENT

CONTRE LES CENTRES DE SECURITE SOCIALE

L’initiative du Maire de Paris s’inscrit bien dans la même logique de fermetures et de suppressions de postes qui s’accélèrent à la caisse primaire d’assurance maladie. Depuis 2005, 21 centres ont été fermés et 300 emplois ont disparu depuis 2009.

Après la suppression des correspondants de sécurité sociale du centre 602, c’est le centre professionnel de la Ville de Paris qui lui-même entre dans l’œil du cyclone. Le statut particulier est aujourd’hui menacé !

Le Maire de Paris engagé dans une politique offensive d’accompagnement de la RGPP entend récupérer quelques agents dans les services et tant pis si c’est au détriment des besoins sociaux des personnels les plus en difficulté.

 

LES CORRESPONDANTS SOCIAUX JOUENT POURTANT

UN ROLE ESSENTIEL ET IRREMPLAÇABLE

DANS LES SERVICES

La couverture des domaines de leurs interventions est immense et trop peu connue.
Ils effectuent, pour les assurés sociaux affiliés au Centre 602, une relation permanente.

Ils délivrent les prises en charge, règlent les différents dossiers, agissent en véritables interfaces avec les professionnels de santé, les demandes de cure ou de nouvelles affiliations, du choix du médecin traitant ou bien encore contribuent aux règlements de dossiers compliqués.

Dans le domaine de la prévention, ils montent des dossiers et mettent en rapport les assurés avec le conseil social du centre de sécurité sociale 602, informent sur tous les problèmes sociaux rencontrés et ceci en toute confidentialité, participent à la mise en place de plans de préventions (alcool, tabac, addictions, troubles musculo squelettiques, info SIDA, optique et acoustique).

 

LA DERNIERE TROUVAILLE DU MAIRE DE PARIS,

LES REMPLACER PAR DES RELAIS

D’ACTION SOCIALE PLACES AUPRES DES DRH !

On imagine aisément la relation de proximité annoncée qui sera apporté par ces relais, au plus prés des responsables hiérarchiques, dans le domaine social et de la santé ! Le tout serait intégré au dispositif mis en place pour servir l’APS.

On reste stupéfait devant tant d’hypocrisie.

On s’apprête à tordre le coup à la confidentialité et à placer les agents face à leurs UGD déjà bien en difficulté pour accomplir leurs tâches qui n’ont de cesse d’augmenter, sans que cela ne soit accompagné d’effectifs supplémentaires.

Tout est prêt, dans l’attente de la loi à paraître cet été concernant l’employeur public sur la santé et la prévoyance qui permettra de passer un nouveau marché santé et prévoyance.

DEXIA, n’en doutons, pas sera certainement sur les rangs, affaire à suivre…

 

NOUS EXIGEONS LE RETOUR A DES NEGOCIATIONS RESPECTUEUSES

Des fiches de postes précises ont été remises à la DRH en relation avec une répartition éclairée des agents concernés, élus au sein de leurs sections mutualistes. Alors que la plus grande transparence était de mise, après des discussions qui nous semblaient ouvertes et respectueuses du dialogue social, la porte vient d’être claquée.

Pour la CGT, cette nouvelle atteinte aux droits sociaux au sein de la Ville de Paris, ne peut laisser personne indifférent.

Ce n’est pas un hasard si la période des vacances a été choisie par le Maire de Paris pour faire ce mauvais coup aux salariés de nos Administrations.

 

NOUS APPELONS LES PERSONNELS A REAGIR ET PARTICIPER

DES MAINTENANT AUX INITIATIVES D’ARRETS DE TRAVAIL,

AUX RASSEMBLEMENTS ET REMISES DE PETITIONS

QUI VOUS SERONT PROPOSEES

 


Le Maire de Paris ne doit pas réussir ce mauvais coup

choisi en pleine période estivale espérant que ses personnels

auront la tête ailleurs !

ENSEMBLE FAISONS LE RECULER
 

 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page