Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 3 Mai 2011
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


Adjoints Techniques

Salaires de misère

Manque d’effectifs
 

 

Ça ne peut plus continuer

 

Un adjoint technique commence sa carrière avec un salaire budgétaire à peine supérieur au SMIC. Il lui faudra entre 14 et 18 ans pour atteindre un salaire budgétaire de 1 500 euros. Avec des augmentations du point d’indice inférieures à la hausse des prix, nos salaires diminuent au fil des années.

Depuis 2011 les salaires sont bloqués alors que les cotisations retraites augmentent, ce qui amplifie considérablement la baisse de nos salaires. Le gouvernement vient d’annoncer qu’il reconduisait cette décision inique pour 2012.

Pour la plupart des adjoints techniques, vivre au quotidien est un véritable casse-tête : difficultés pour se loger, pour se soigner et même pour se nourrir. Et ce sera encore pire quand ils partiront à la retraite. Pour la majorité des adjoints techniques la pension de retraite ne dépasse pas 1 100 euros. Comment vivre avec cela ?

À cela s’ajoute des conditions de travail de plus en plus difficiles : le nombre de postes budgétaires d’AT diminue d’année en année alors que les besoins augmentent. En plus de cela, de nombreux postes sont maintenus vacants.

La mairie organise la pénurie en effectifs pour faire des économies sur le dos des agents. Les agents trinquent : misère, conditions de travail dégradées, polyvalence, stress et souffrance au travail, accidents de service en augmentation…

 

À la Mairie il y a des moyens…

Il faut aller les chercher !

 

Assemblée Générale de tous les AT

de 9h00 à 12h00

le jeudi 26 mai 2011… ou (au choix)

de 14h00 à 17h00

à la Bourse du Travail - Salle Grande Croizat

3, rue du Château d’Eau – Paris 10ème – Métro : République

Cette réunion est autorisée par l’administration et se déroule sur le temps de travail

 

Pourtant des solutions existent et notamment la hausse générale des salaires. La CGT revendique un salaire minimum (hors prime) de 1 600 €. Ceci est du ressort de l’Etat.

Mais la Mairie de Paris peut aussi agir sur les salaires à plusieurs niveaux. Et notamment en instituant la carrière linéaire, c'est-à-dire la promotion de chaque agent dès qu’il devient promouvable (ratio à 100 %), en appliquant la durée minimum dans l’échelon, en attribuant le 13ème mois…

À la Mairie, la carrière linéaire pour l’ensemble des agents aurait un coût de 75 millions d’euros sur 10 ans (soit 7,5 millions d’euros par an).

Cette somme est à rapporter aux 920 millions d’euros de recette supplémentaire dans les caisses de la mairie en 2010 et aux 5 % d’augmentation de recettes prévues pour 2011. La Mairie de Paris peut donc sans aucun problème financer la carrière linéaire pour tous ses agents.

La CGT exige pour une revalorisation des salaires et de meilleures conditions de travail :

  • L’augmentation des effectifs titulaires pour un service public de qualité.

  • Un déroulement de carrière avec un ratio de promotion à 100 %.

  • La durée minimum dans l’échelon.

  • L’indice terminal à 576.

  • L’attribution d’un 13ème mois et revalorisation du régime indemnitaire.

 

Le Maire de Paris peut améliorer nos salaires et nos conditions de travail.

Les moyens financiers existent…

Il y manque tout simplement la volonté politique.

 


La mobilisation du 7 avril a poussé la Mairie à ouvrir des négociations.

Il faut aller plus loin et amplifier la mobilisation pour gagner.
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page