Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 27 janvier 2011
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


QUAND LA COM

DE LA VILLE

PLAGIE LA C.G.T.
 

 

On en oublierait presque que le métier d’éboueur n’est pas une sinécure.

 

Alors que nous sortons d’une période climatique difficile, il est très mal venu de faire parler les agents du nettoiement, des femmes en l’occurrence, dire qu’à Paris et à toute la France qu’il fait bon d’être éboueur à Paris, ça fait prendre l’air ; enfin, pour citer le texte de la com de la ville : « ce métier offre l’avantage de travailler à l’air libre. ».

Le plagiat est bien sur la forme, puisque la com fait parler des femmes. Mais, entendons-nous bien, si certaines femmes ont occupé le centre de retraitement des déchets de la « Tiru » d’Ivry pendant 21 jours avec les camarades « hommes », c’était bien pour faire comprendre à la population que le métier d’éboueur n’est pas une sinécure. Il faut bien comprendre que ce n’est pas l’air frais qui attire les femmes vers ce métier, mais bien le fait que c’est un vrai métier.

Enfin, si ces femmes ont fait 27 jours de grève dont 21 jours de blocage, c’est bien pour se battre sur des revendications salariales et leurs conditions de travail et pas pour des raisons de changement d’air….

Rappelons que les bloqueurs du syndicat C.G.T. du Nettoiement ont obtenu, au bout de 27 jours de grève, 400 promotions sur 2011 et 2012 sur un nouveau grade

d’Eboueur Principal de Classe Supérieure, ainsi une augmentation de 106, 49 €, c’est bon pour la retraite. Pour les autres Eboueurs, 40 promotions en 2011 et 20 promotions en 2012 qui s’ajoutent au 160 par an pour passer Principal.

Que, par ailleurs, ils ont obtenu la même augmentation pour les non-titulaires en fin de carrière et leur lutte a permis d’ouvrir des négociations à la ville pour l’ensemble des bas salaires qui ont débouchés sur certaines avancées par suffisantes mais le combat continu.

Pour finir, le jour où le salaire d’un éboueur débutant pourra être doublé à sa retraite, la direction pourra peut être attiré les jeunes sur le seul argument de prendre l’air, et encore….
Preuve en est que du point de vue du patron, encore et toujours, ça se confirme, les agents éboueurs ont une grande chance d’avoir un métier, et en plus, ils ont le privilège de travailler en plein air.

Mais, Monsieur le Maire, les agents de la Ville et du Département ne sont pas dupes, ce n’est certainement pas pour le salaire que les éboueurs choisissent leur métier, mais bien pour un savoir-faire.

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page