Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 17 janvier 2011
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


2011

A la santé de nos luttes

Et de nos revendications !
 

 

A quoi va donc servir le trésor de 920 millions d’euros

amassé et tiré des recettes perçues des transactions immobilières

en fortes hausses ces derniers mois.

 

Les fameux droits de mutation, mis en cause ces dernières années, dans la diminution sensible des revenus attendus par la Ville de Paris, semble aujourd’hui un mauvais souvenir.

 

La crise financière n’a, semble-t-il,

pas touché tout le monde en 2010 !

 

Pour autant, le Maire de Paris avait prévu de « maintenir le pouvoir d’achat des personnels les plus en difficulté», c'est-à-dire en dessous de l’indice 323, afin de les aider à s’assurer socialement dans le domaine de la santé et de la prévoyance (APS).

Depuis, sur prés de 12 000 agents pourtant concernés, 3 500 ont répondu présent, beaucoup sont assurés par leur conjoint dans les accords groupes, d’autres n’ont toujours pas les moyens de se couvrir.

 

Quid ? Des moyens financiers pourtant prévus

pour couvrir l’ensemble de la population concernée.

Qu’a-t-on fait de cet argent qui était disponible pour améliorer la situation des personnels ? La refonte de la catégorie B, (son application prend du retard), autant de moyens financiers encore économisés et qui serviront à autre chose !

 

Trop c’est trop, La CGT demande au Maire de Paris

de mettre en adéquation ses propos avec ses actes.

Dans son courrier nous invitant à ses vœux aujourd’hui à Bercy, le Maire de Paris ne manque pas d’éloge pour féliciter les personnels pour leur implication et leur manière de servir.

En nous demandant toujours plus d’efforts au nom de l’intérêt de la Ville et des Parisiens, il en oubli les conditions dans lesquelles nous exerçons nos métiers.

Il faut faire davantage avec toujours, trop peu de personnels, beaucoup sous qualifiés et précaires, sous rémunérés et souvent dans l’inconnu face aux évolutions des services et des perspectives de carrière, de retraite.

Face au gouvernement qui entend geler les salaires pour plusieurs années et pénaliser une nouvelle fois les fonctionnaires comme en Grèce ou en Irlande, le Maire de Paris se propose d’améliorer les conditions de travail, de soutenir le pouvoir d’achat et les rémunérations des agents. Cette entreprise est louable et ne peut que rencontrer l’avis favorable de la CGT.

Bien évidement cela ne peut être suffisant, la CGT ne demande pas l’aumône, elle revendique avec les personnels les moyens de vivre dignement. Un 13ème mois pour tous et un départ de carrière avec 1600 € minimum demeurent une exigence réaliste et nécessaire.
Lors d’une nouvelle négociation qui s’est tenue jeudi 13 janvier avec le Maire de Paris,

 

la CGT a rappelé ses exigences :

  • L’ouverture de l’APS pour tous les personnels de la catégorie C jusqu’à l’indice 499 brut. En tenant compte de la rémunération et de la composition des familles. Elle doit être portée à 35 € mensuelle et 500€ annuelle.

  • Une revalorisation significative de l’IAT 1 pour tous au plafond de 476 € (coefficient 8) soit 3808 € par an.

  • Nous n’avons jamais été adepte des primes servies à la tête du client. Nous n’acceptons pas que l’IAT 2 soit versée au mérite et de manière aléatoire.

  • L’harmonisation et la transparence des primes dans notre administration.

  • Les agents relevant du titre IV de l’hospitalière doivent être alignés sur le montant des indemnités statutaires perçu par les personnels territoriaux.

  • La refonte de la catégorie B dans les délais les plus rapides afin de permettre sans tarder les avancées attendues par l’ouverture de véritables négociations.

  • L’intégration en catégorie B des adjoints administratifs et techniques placés sur des postes d’encadrement ou d’expertise ainsi que l’ouverture à la catégorie B pour certains corps comme les auxiliaires de puériculture ou les ASEM.

  • Un avancement accéléré par un temps minimum passé dans chaque échelon.

  • Le passage aux échelles supérieures avec des ratios à 100%.

  • Les embauches statutaires nécessaires dans tous les services en difficultés et la poursuite de la résorption de l’emploi précaire.

 

Les dernières propositions qui nous ont été faites ne sont pas à la hauteur, jugez en par vous même :

L’IAT 1 rehaussée de 16 €/mois, jusqu’à l’indice B 388 et de 8 € jusqu’à l’indice 413. Celle-ci serait étendue aux personnels de ménages qui intégreraient un corps de titulaires.

L’IAT 2 attribution ou réévaluation selon les cas de 8 €/mois pour 7610 agents en Echelle 3 ou 4 (ATEP, ATC, ATE, ASEM, Animateurs).

L’APS mensuelle réévaluée de 2 € par mois jusqu’à l’indice 323 et de 20 € maximum pour l’APS annuelle.

Enfin le reste est renvoyé à plus tard comme l’avancement d’échelon selon la durée minimum, en février sur les conditions de travail, idem sur la complémentarité à réaliser pour les agents des caisses des écoles avec la Ville de Paris, la négociation sur la réforme de la catégorie B, les négociations pour les personnels du CAS avec leurs responsables.

 

En conséquence de quoi et plus que jamais :

La CGT vous appelle à poursuivre les actions nécessaires et faire entendre votre voix.

Avec la CGT se faire entendre et agir, c’est à tous les coups s’assurer de donner du sens à vos revendications et obtenir les moyens pour vivre mieux,

 


En 2011, mutualisons nos luttes et gagnons nos revendications.

CA Y EST, C’EST DECIDE, JE ME SYNDIQUE
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page