Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 3 Mars 2010
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


Pour nos retraites

Jeudi 23 Mars 2010

Tous dans la grève et les manifestations
 

 

A l’issue de la rencontre avec le Président de la République du 15 février, 5 organisations syndicales au plan inter-professionnel - la CGT, la CFDT, la FSU, SOLIDAIRES et l’UNSA - ont appelé à « une mobilisation inter-professionnelle unitaire ».

Elles ont décidé « ensemble d’une journée qui donne lieu à des grèves et des manifestations dans tout le pays le 23 mars ».


En effet, Nicolas SARKOZY a confirmé, lors de ce « sommet social », qu’il n’entendait pas revenir sur les principales orientations d’une politique dont on constate chaque jour les méfaits : montée du chômage, précarisation exacerbée, crise du capitalisme payée par les salariés, cadeaux aux plus fortunés, etc.

Sur l’enjeu fondamental des retraites, nul besoin d’être prophète pour comprendre que, loin de revenir sur les profonds reculs successifs intervenus depuis plus de 15 ans, ce qui est en préparation, ce sont bien de nouvelles détériorations pour tous, titulaires et non-titulaires, privé comme public.

Par exemple, rompre avec le principe des 6 derniers mois de traitement pour le calcul de la retraite, c’est programmer une baisse vertigineuse des pensions des fonctionnaires.
Diviser pour mieux régner, la stratégie n’est pas nouvelle.
Remettre en cause la retraite des fonctionnaires n’apporterait rien aux salariés de droit privé.

La CGT propose au contraire de solidariser les salariés du privé et les fonctionnaires en garantissant à tous l’ouverture du droit à la retraite à 60 ans, avec pour une carrière complète qui intégrerait les années d’études et de précarité subies, un taux de remplacement d’au moins 75 % du revenu net d’activité.

Dans la Fonction Publique : Les nouvelles dispositions, au nom de l’équité entre les régimes, conduiraient à ne plus prendre en compte dans le calcul de la retraite les 6 derniers mois, mais les 25 dernières années, creusant davantage l’écart des pensions de retraites entre les salariés du privé et les Fonctionnaires, en moyenne moins bien rémunérés.
Nous sommes déjà passés depuis 2003 de 37,5 à 40 annuités pour pouvoir bénéficier d’un droit à retraite à taux plein.

Il fallait 152 trimestres pour pouvoir prendre sa retraite en 2004, il en faudra 162 en 2010, 164 en 2011 et 168 en 2019, soit 42 annuités de cotisations.

 

Exemples de liquidation de pension CNRACL
pour un indice terminal et 6 mois dans l’échelon
(valeur de calcul actuel)

Incidences prévisibles si la réforme actait un mode de calcul sur les 25 dernières années pour 41 annuités et donc 75 % du traitement de base + l’indemnité de résidence, soit :

  • Pour l’échelle 6, aujourd’hui 1 350 € net mensuels, demain 1 186 € Perte de 164 € mensuels

  • Pour l’échelle 5, aujourd’hui 1 212 € net mensuels, demain 1 122 € Perte de 90 € mensuels

  • Pour l’échelle 4, aujourd’hui 1 185 € net mensuels, demain 1 053 € Perte de 132 € mensuels

  • Pour l’échelle 3, aujourd’hui 1 112 € net mensuels, demain 1 009 € Perte de 103 € mensuels

 

Dans nos services : 70 % des personnels de la Ville sont de catégorie C et évoluent donc dans les échelles nommées ci-dessus.

Les incidences seraient de même pour les catégories A et B sachant que la réforme de la catégorie B sera finalisée au cours de l’année 2010. Avec quelles conséquences ? ……

La CGT revendique :

  • Une forte augmentation des salaires et des traitements, assise sur la valeur du point et le rattrapage des pertes antérieures.

  • Une reconstruction de la grille indiciaire.

  • Une meilleure prise en compte des qualifications et la garantie d’au moins le doublement du salaire de tous pour une carrière complète.

  • Le maintien et l’amélioration du régime des retraites de tous les agents de la fonction publique.

  • La fin immédiate des suppressions d’emplois et des créations partout où c’est nécessaire.

  • Le respect des missions publiques, ce qui passe obligatoirement par le retrait et l’abrogation de nombreux dispositifs législatifs et réglementaires régressifs et une véritable politique de réappropriation publique et de développement des services publics.

  • Un plan de titularisation.

  • Résorption de l’emploi précaire.

  • De meilleures garanties pour les contractuels.

 

Pour la CGT, le 23 mars doit être l’occasion de la riposte unitaire la plus large et la plus forte possible, renforçant ainsi un processus de mobilisations qui devra se poursuivre. C’est pourquoi, dans la Fonction Publique, nous continuons à tout mettre en œuvre pour que toutes les organisations syndicales participent à cette action.

 

La CGT appelle les personnels et les usagers à :

  • Amplifier les mouvements revendicatifs en cours.

  • Se retrouver nombreux, privé/public, actifs/retraités le 23 mars dans la grève et les manifestations.

  • Peser durablement par toutes les formes d’actions qu’ils décident pour gagner.

 

A la Mairie de Paris, avec les collègues

de toute la Fonction Publique et les salariés du privé,

mobilisons nous massivement

le 23 mars prochain à 14h00

de République à Nation

(Un préavis de grève a été déposé)

 


AVEC LA CGT, SE BATTRE,

C’EST SE FAIRE ENTENDRE ET GAGNER
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page