Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents Mis en ligne le 4 Janvier 2010
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 

 

CFDT - -CFTC - CGT - FO - SUPAP/FSU - UCP - UNSA

 


COMMUNIQUÉ

DE L’INTERSYNDICALE

A TOUS les PERSONNELS
 

 

Des avancées à l’arraché en 2009

Poursuivons ensemble en 2010 !

 

Deux jours de grève les 23 novembre et 14 décembre, une manifestation intersyndicale de plusieurs milliers d’agents lundi 14 décembre de la place de la République au parvis de l’Hôtel de Ville et le boycott des instances paritaires nous ont permis d’obtenir finalement quelques résultats, même si ceux-ci restent inférieurs à nos objectifs (ce qui explique que l’Intersyndicale n’ait pas signé le relevé de négociations proposé par la Municipalité).

 

En ce qui concerne les ratios promus/promouvables :

Le nombre de promotions a augmenté de plus de 1000 pour la catégorie C et de plus de 70 pour la catégorie A. Mais nous sommes encore loin du taux de 25% annuel pour chaque corps que nous considérons comme une étape vers les 100%. Des inégalités inacceptables demeurent, dont sont d’abord victimes notamment les adjoints techniques, les auxiliaires de puériculture, les adjoints administratifs et les agents techniques des écoles.

Faire remonter au taux de 25% tous les corps qui n’y sont pas est l’objectif prioritaire que se fixe l’intersyndicale.

 

En ce qui concerne l’APS :

Alors qu’au début l’administration ne voulait entendre parler d’aucune revalorisation de l’APS annuelle, nous avons obtenu des résultats, qui sans être satisfaisants, ne sont pas à négliger :

  • 240 € pour les agents dont l’indice brut est inférieur ou égal à 499

  • 215 € pour ceux dont l’indice brut est compris entre 500 et 638

  • 100 € pour ceux dont l’indice est compris entre 639 et 801

 

Dès 2010, nous demanderons à nouveau que la protection sociale de tous les agents soit mieux assurée qu’elle ne l’est aujourd’hui. Cela passe par l’augmentation à 500€ de l’APS annuelle pour tous les agents dont l’indice est inférieur ou égal à 1015. Cela passe aussi par l’amélioration de l’APS mensuelle qui doit au moins être attribuée à tous les agents dont l’indice brut est égal ou inférieur à 499 et atteindre pour chacun d’eux 25 €

 

 

NON A L’AUSTERITE MUNICIPALE !

 

Face à nos revendications, la municipalité a sorti sa règle à calcul : nous allons lui coûter environ 4 millions d’euros de plus. Pour elle c’est énorme, même si en fait cela ne représente que 0,2% de la masse salariale de la collectivité parisienne.

Pour elle c’est énorme, même si chaque année elle économise environ 10 millions d’euros (soit plus du double de ce qu’elle vient de nous accorder), du fait que les dépenses de personnels ne sont au mieux exécutées qu’à 98,5% et non à 100% !

Nous refusons que la crise soit un alibi dont les personnels feraient les frais. Les salariés ne sont en rien responsables de cette crise. Ils n’ont pas à en payer les conséquences.

 

 

POUR CONTINUER…

 

Au delà des deux revendications que nous avons priorisées en décembre, notre plate-forme en contient d’autres. Dans son relevé de décision, la Municipalité en a écarté certaines comme l’avancement minimum. Nous ne les abandonnons pas pour autant !

Pour mémoire les 11 points de notre préavis de grève intersyndical :

  • Les ratios promus/promouvables portés à 100 %

  • De meilleurs déroulements de carrière grâce à la durée minimale des échelons

  • L'arrêt immédiat de toute suppression de postes

  • La création de postes pour les nouveaux équipements sans redéploiement

  • Un véritable plan de résorption de I'emploi précaire

  • L'amélioration des conditions de travail

  • L'augmentation de I'APS annuelle portée à un montant de 500 € pour tous

  • La poursuite des discussions sur I'amélioration des conventions AGOSPAP et ASPP dans le respect du paritarisme (CA de I'ASPP)

  • L'obtention d'un chèque déjeuner pour les personnels à horaires atypiques ou en cycle de travail spécifique ou bien dans l'impossibilité de se restaurer dans un établissement de l’ASPP

  • Le maintien du protocole ARTT et des cycles de travail actuels

  • La reprise des négociations sur la formation.

 

Comme en fait foi son communiqué du 24 décembre, la Municipalité en a retenu d’autres comme la formation, la résorption de l’emploi précaire, les questions d’emplois et de réorganisation de service, l’amélioration des conditions de travail, l’avenir de l’ARTT.

Pour l’intersyndicale, ces choix signifient que sur ces questions, la Municipalité accepte de bouger des positions qui sont les siennes jusqu’à ce jour. C’est la condition d’un dialogue social réel respectueux des organisations syndicales, qui ne se limite ni à la réunionite, ni à une simple information suivie d’un passage en force comme ce fut trop souvent le cas ces dernières années.

 

Pour l’intersyndicale, les discussions de janvier sur la formation et celles sur la restauration collective auront valeur de test pour savoir si le dialogue social a un avenir à la Ville de Paris. Si nous ne devions pas constater d’évolution, nous serions amenés à reprendre aussitôt le boycott des instances paritaires.

 

 


En décembre, le Maire de Paris nous a écoutés mais n’a pas voulu

nous entendre sur toutes nos revendications.


Les 11 et 12 janvier il veut nous présenter ses vœux,

Faisons lui entendre les nôtres !
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page