Accueil
Vers PDF IMPRIMER Mis en ligne le 12 Decembre 2007
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 

CGT   FO  Supap-FSU

 


Une première avancée significative !

Maintenant, 500 €

POUR TOUTES ET TOUS !
 

 

Le Maire de Paris a décidé de ne pas transposer à Paris le décret gouvernemental visant à grignoter la réduction du temps de travail et à nous faire travailler plus pour gagner moins.
Nous nous félicitons de cette décision qui fait suite à l’opposition manifestée par les organisations syndicales majoritaires à la Ville de Paris et à leur mobilisation avec les personnels.

Nous avons été et restons fermement opposés à la mesure gouvernementale de « rachat » de 4 jours de RTT ou des congés :

  • Ce décret est la 1ère pierre des projets du Gouvernement visant la suppression de la RTT. Si on l’écoute, demain, combien faut-il sacrifier de JRTT ou de CA pour faire face à l’augmentation du coût de la vie ?

  • La mesure basée sur le « volontariat » exclut d’emblée la majorité des agents qui n’ont pas de compte épargne temps (seuls 6 600 agents ont ouvert un CET, et parmi ceux-ci, 11% seulement de catégorie C).

  • Pour la majorité des agents des catégories C, B et A (à l’exception de ceux qui sont entre les échelles 1 et 3) l’indemnité par jour de RTT travaillé est inférieure au coût réel d’une journée de travail. C’est de l’escroquerie pure et simple !

  • Et surtout, avec ce décret, le gouvernement veut nous faire croire que l’augmentation de nos rémunérations est de notre responsabilité et non plus de la sienne !

 

La décision de la Mairie est donc positive, mais elle est insuffisante.
 Les agents demandent une prime de fin d’année de 500 € pour toutes et tous !

 

Dans son communiqué, le Maire de Paris en reconnaît la nécessité et annonce qu’il proposera dès la prochaine séance du Conseil de Paris, « un dispositif significatif et opérationnel en faveur du pouvoir d’achat des personnels parisiens, fondé sur une tout autre logique et motivé par un vrai souci de justice sociale. »


À l’approche de cette fin d’année, il y a urgence sociale

Nous avons subi depuis l’année 2000 une perte de pouvoir d’achat de 7% : hausses de loyers, de transport, de chauffage et dernièrement des produits alimentaires de première nécessité. Les dépenses contraintes d’un foyer atteignent en région parisienne près de 750 € sans la nourriture ! Or le salaire net de la moitié des agents de catégorie C qui représentent plus de 75% des agents de la Ville de Paris ne dépasse pas 1 250 €. Que leur reste-t-il pour vivre ?
Certes, une prime de fin d’année ne réglera durablement ni le problème de notre pouvoir d’achat, ni celui de nos futures pensions.

 

Mais c’est un petit coup de pouce très bienvenu
à la veille des fêtes de fin d’année !

 

C’est possible !

Nos organisations, conscientes des attentes fortes des personnels, ont fait des propositions aux représentants du Maire de Paris : versement d’une prime exceptionnelle de fin d’année, comme au Ministère de la justice ; abondement des différents régimes indemnitaires pour un même résultat ; prestation sociale spécifique pouvant être versée sous différentes formes (prestation exceptionnelle de fin d’année, chèque vacances, prestation AGOSPAP…)…

Dans des administrations d’Etat, dans de nombreuses collectivités territoriales, les personnels disposent de compléments de salaire en fin d’année, et parfois même avant les vacances d’été.

 

Illusoire ?

On ne baisse pas les bras avant de proposer et d’agir ! Une prime exceptionnelle de fin d’année est une réponse mille fois plus juste que de ne laisser d’autre choix à certains que de travailler plus pour gagner moins ! Ne pas le reconnaître et s’obstiner à défendre une mesure dangereuse et injuste, c’est cela qui constitue une obstruction idéologique contraire à l’intérêt des personnels.

 


Un premier pas a été fait en refusant la transposition à la Ville de la mesure gouvernementale de vente à très bas prix de nos jours de RTT.

Maintenant, toutes et tous ensemble,
Rassemblons-nous rue Lobau

le jeudi 13 décembre à partir de 10h jusqu’à 14h

pour que le dispositif annoncé soit
 une prime de 500 € pour tous
 

 


 

Point d’indice, Grilles indiciaires…

Les négociations nationales commencent… Soyons vigilants !

 Plutôt que de baisser les bras, le 20 novembre des milliers d’agents de la fonction publique ont manifesté pour exiger l’augmentation du point d’indice et  un vrai déroulement des carrières par la revalorisation des grilles  indiciaires.

La réussite de cette action nationale  a contraint le gouvernement à accepter le principe d’une négociation (refusée jusqu’à ce jour !) sur :

  • Les salaires dans la fonction publique,

  • Les grilles indiciaires en reconnaissant le tassement vers le bas depuis des années.

Les négociations commencent le 17 décembre. C’est un premier pas. Mais restons vigilants ! En fonction des réponses, les fédérations de la fonction publique détermineront les suites à donner à la mobilisation pour janvier 2008.

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page