Accueil
Vers PDF IMPRIMER Mis en ligne le 19 Novembre 2007
 
Union Syndicale CGT
des Services Publics Parisiens
logo Union Syndicale
 


DERNIERE MI-NUTE !

Le 20 novembre 2007

TOUS EN GREVE ET EN MANIFESTATION
A 13 h 30 Place d’Italie (vers Invalides)

Rendez vous à l’angle entre l’Avenue des Gobelins
et la Mairie du 13ème.
 

 

Les organisations syndicales de la fonction publique : CGT, CFDT, FO, FSU, UNSA, SOLIDAIRES, CFTC, et CGC ont déposé en Octobre un préavis de grève pour la journée du 20 Novembre 2007.

A ce jour, le Gouvernement refuse toujours de recevoir les organisations syndicales de la fonction publique, maintien que le pouvoir d’achat des fonctionnaires a augmenté, confirme son projet de réduction tout azimuts des effectifs et de précarisation  de notre statut.

Le 26 Octobre, des mesures ont été présentées par le ministre de fonction publique, pour « améliorer le pouvoir d’achat ».

Elles ne concerneront qu’une très faible minorité des agents.
Une prime aux agents  de la catégorie A et B en sommet de grade depuis 5 ans.
Le paiement de 4 jours travaillés de RTT en 2007 aux possesseurs d’un Compte Epargne Temps.

Quelques heures supplémentaires pour peu d’agents et  à la demande de l’employeur.

 

Les agents ont perdu 7% de leur pouvoir d’achat depuis 2000
et leur carrière est bloquée.

 

A la Ville de Paris le reclassement de la catégorie C a apporte une amélioration seulement à une minorité d’agents et les conditions de travail se dégradent. Il est grand temps d’ouvrir les portes de la négociation.

 

Nous voulons :

  • Le rattrapage du pouvoir d’achat et l’ouverture immédiate de négociations salariales.

  • Une véritable refonte des grilles indiciaires.

  • Des effectifs nécessaires dans tous les services.

  • Le maintient du départ en retraite pour tous à 60 ans et le retour à 37.5 annuités à taux plein c'est-à-dire à 75 % du traitement calculé sur les six derniers mois et non pas comme on nous le propose à 41 ans en 2012 puis à 42 ans dés 2020.

 

Malgré la campagne médiatique d’une rare violence envers les agents de la SNCF, RATP, EDF, GDF, …, en lutte pour sauvegarder leur régime de retraite, ces salariés tiennent bon. Il vient démontrer combien le monde du travail doit rester soudé, malgré les difficultés de transport, face à ce gouvernement de plus en plus audacieux pour enrichir les plus fortunés. Le gouvernement accepte enfin certaines conditions posées par les salariés de transports pour ouvrir les négociations. La détermination des salariés, leur unité, commence à débloquer la situation.

 

Demain, à notre tour,  agissons tous ensemble
pour l’ouverture des négocions.

 

En cas de blocage persistant du gouvernement, les organisations syndicales ont décidé de se retrouver le 21 novembre afin d’examiner des suites à donner à ce mouvement.

 


Toutes et tous mobilisés pour
l’augmentation du point d’indice,
la titularisation des précaires,
le développement du service public territorial !
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page