Accueil
  Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 15 Décembre 2013
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


Déclaration Préalable des Mandatés CGT

au CTP de la DASES

du Mardi 10 Décembre 2013
 

 

Madame la Présidente,

Madame la Directrice,

Mesdames, Messieurs les représentants de l’administration,

Chers Collègues,

 

La CGT tient à alerter les membres du Comité Technique Paritaire, une fois de plus sur la qualité médiocre du dialogue social qui s’installe à la DASES au fil des mois.

En effet, vous pourrez continuer à ne pas nous écouter en ce qui concerne les points que nous réclamons systématiquement, pour inscription à l’ordre du jour comme par exemple BSEH qui a suscité beaucoup d’énergie, de mails, de courriers, bref d’insistance pour que l’administration et vous-même Madame la Présidente, inscriviez ce point à l’ordre du jour de ce CTP. Mais nous y reviendrons.

Les réunions que nous réclamons, exemple sur les rémunérations et les primes, sont repoussées au prétexte que les agents ne sont pas mécontents de leurs primes, car peu de plaintes sont arrivées jusqu’à l’administration. Une blague.

Preuve que l’administration ne sait pas ce que le dialogue social veut dire. Le dialogue social, c’est dans les deux sens.

S’il est nécessaire de le re-re-re-redire : vous n’êtes pas importuné par les agents sur nombre de sujets, c’est bien parce que le rôle de la CGT et nous espérons, des autres organisations syndicales, est de donner des réponses aux interrogations des agents avant qu’ils n’envahissent votre temps, votre bureau, en bref votre lieu de travail.

Bien évidemment, si nous recevons de moins en moins de réponses cohérentes de votre part ou pas de réponse du tout quant à l’organisation du travail, la souffrance au travail, les conditions de travail, les effectifs, et plus largement la rémunération et les avancements de ratios de promotions etc.…

Les agents seront amenés à opérer de manières différentes et iront jusqu’au bout pour obtenir le plus pour eux et pour le bien fondé du service public à tous les Parisiens. Nous citerons un exemple pour étayer notre propos : l’occupation du garage de Romainville à la DPE par les agents qui ont obtenu des avancées dans leurs déroulements de carrières. `

Ainsi, le CTP du 17 octobre s’est déroulé, comme vous l’avez souhaité, et au mépris des agents grévistes du BSEH qui étaient sur place, bien que vous les ayez écoutés au travers d’une déclaration pendant le temps de la lecture de la déclaration, c’est-à-dire 5 minutes.

Oui, le CTP s’est déroulé normalement pour vous : mais pour nous, la CGT, il s’agit bien là d’une preuve de la volonté de l’administration d’éviter le dialogue social. Ainsi, nous ne vous remercions pas aujourd’hui d’avoir inscrit le point BSEH à l’ordre du jour, tout au plus, vous dire à tous que cela est bien normal au regard de la manière dont l’administration organise les réunions préparatoires du CTP au pas de courses.

Est cela le dialogue social ?

 

Vous pouvez continuer à répondre systématiquement négativement à nos demandes légitimes : NBI, déroulement de carrières, sous effectifs ; vous pouvez continuer à imposer des groupes de travail dans le cadre de réorganisation de service avec une constitution discutable en ce qui concerne leur fondement théorique sur la base du volontariat.

Vous pouvez, au mépris du règlement intérieur, convoquer le CHS-CT de la DASES au de-là du délai réglementaire d’un par semestre. Ce qui témoigne d’un attachement peu effectif à la santé et aux conditions de travail des agents. Nous en prenons acte et agirons avec les moyens à notre disposition pour le dénoncer.

Accorder des formations qui semblent uniquement faites pour bien préparer les agents aux réorganisations. Peu de place y est prévue pour la santé, la sécurité, ou tout simplement le travail, mais surtout l’accompagnement au changement. Sans parler du droit à la formation individuelle, totalement occultée.

Au vue de ce qui est soumis au vote sur ce point et du vocabulaire employés, la CGT se demande si le service public existe toujours à la Ville de paris ? Ou plutôt si les bases d’une forte réduction de celui-ci ne sont pas en train d’êtres posés. Comme, par exemple, la réorganisation de la fonction RH à la DASES ou l’orientation vers le fonctionnement en centre de gestion le laisse entendre.

Nous vous alertions hier sur la situation des agents des laboratoires (et à ce jour nous n'avons aucune réponse satisfaisante), nous vous alertons aujourd'hui sur la situation des agents des EI/CAPI (et espérons que vous prendrez rapidement en compte ces inquiétudes légitimes), et demain nous vous alerterons sûrement sur les agents des affaires juridiques de la SDAFE entre-autre, puisque de toute façon les réorganisations tombent à la DASES à une vitesse qui semble indiquer que rien ne fonctionnait convenablement avant la prise de poste de notre nouvelle directrice générale.

Voilà ce que la CGT vous dit au nom des agents de la DASES et vous pouvez continuer à ne pas écouter. Mais nous voulons vous prévenir qu’à ce jeu-là vous vous exposez à ce que les agents viennent vous adresser directement leurs colères.

Si la pression s'exerce à tout niveau à la DASES, des chefs de bureau aux emplois-aidés, nous vous informons que nous aussi à la CGT devons faire face à la pression des agents qui nous demandent ce qui se passe au sein de leur direction. Cette pression, après réflexion, n'est pas la notre mais elle vous revient de plein droit.

Peut-être devrions-nous expliquer aux agents de la DASES les moyens en leur possession pour que la pression change de camps :

Il y a maintenant un précédent à la Ville de paris : c’est l’occupation spontanée du garage de Romainville à la DPE, par les agents. Le risque est celui-là, vous n’aurez pas toujours à discuter, négocier avec les représentants du personnel à l’avenir. Et cela en conséquence de cette politique de réduction d’effectifs et des budgets à marche forcée.

Nous vous aurons prévenu. Vous vous exposez directement à la colère des agents et nous ne pourrons pas forcément intervenir comme pour Romainville où la CGT sera finalement intervenue dans ces négociations.

En post-scriptum, nous vous demandons pour faciliter notre travail d’établir en fin de document, un glossaire de toutes les abréviations et sigles utilisés à la ville et au département.

 

Les mandatés CGT au CTP de la DASES.

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page