Accueil
  Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 28 Novembre 2013
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


Déclaration du Syndicat CGT des Cadres et Techniciens

au CSAP du 26 Novembre 2013

sur le statut des CAPS
 

 

LA CGT réaffirme avec force l’obligation de l’égalité de traitement pour tous les fonctionnaires de la Ville de Paris.

Le corps des CAPS est injustement traité par l’administration parisienne.

Leur régime indemnitaire est l’un des plus bas de tous les corps de catégorie A. La CGT demande donc un régime indemnitaire au moins égal à celui des attachés, avec une partie fixe sécurisée.

Il est donc impératif de convoquer immédiatement avant le prochain conseil de Paris une réunion avec les organisations syndicales de corps pour négocier le régime indemnitaire.

La Ville de Paris a créé ce corps avec 12 ans de retard sur la Fonction Publique Territoriale.

LA Ville de Paris ne prévoit aucun ratio pour ce corps pourtant des agents remplissent les conditions pour être promu.

Le corps des CAPS ne doit pas être un corps de catégorie A au rabais. Ils doivent bénéficier d’un déroulement de carrière identique à celui des autres corps de catégorie A et pouvoir accéder au corps des CSA.

Les CAPS parisiens n’ont pas vocation à être les subordonnés d’autres CAPS promus attachés dans la FPT et qui viennent à la Ville de Paris. La CGT n’attaque pas les personnes mais un système qui rabaisse les titulaires de la Ville de Paris et qui a été dénoncé par la CRC.

La CGT note qu’au sein de la DJS, tous les corps de catégorie B encadrés par les CAPS ont un régime indemnitaire mérité bien supérieur à celui des CAPS.

Depuis des années, l’administration prétexte la transposition des mesures statutaires et indemnitaires de la FPT pour ne rien faire et continuer à sous payer ses agents gérés par le Bureau de l’encadrement supérieur de la DRH.

Aujourd’hui, pour des raisons d’accompagnement de l’ARE décidé précipitamment par le Maire de Paris, à quelques mois des élections municipales, une transformation subite du statut devient possible.

En conséquence, la CGT demande qu’une fois pour toute, l’administration instaure une réelle égalité de traitement entre ses personnels.

La CGT vous demande également de créer une CAP spécifique pour les CAPS.

D’autre part la CGT constate qu’à la DJS 29 EAPS principaux sont inscrits pour 6 postes mis à l’examen professionnel, soit 20% de reçus possibles et 80% d’échecs.

Par contre, à la DASCO, les 10 chefs de projet ARE actuellement en fonction, seront promus dans le corps des CAPS, soit 100% de nominations. C’est l’égalité de traitement à la sauce parisienne !

Les EAPS terrestres et aquatiques ont seuls vocation à intégrer le corps des CAPS.

Comme lors de la mise en place de la réforme de la catégorie B, la CGT demande la création d’une véritable filière animation.

Pour mémoire, ce sont ceux qui aujourd’hui veulent intégrer le corps des CAPS avaient refusé la création de cette filière avec un talent certain pour les virages à 180°qui traduit leur absence de vision.

Lors de la réforme de la catégorie B, l’administration nous a expliqué la nécessaire fusion entre le corps des SA et celui des SSE.

Aujourd’hui, l’administration reprend les arguments de la CGT pour expliquer qu’il faut un corps spécifique de catégorie B pour les animateurs.

Dans le CR du CSAP du 25 juin 2013, Madame Errecart dit elle-même que le débouché en catégorie A des Chefs de projet ARE est le corps des attachés filière animation, comme dans la FPT.

La CGT s’oppose fermement aux distorsions statutaires mises en place par la Ville de Paris et demande le retrait de cette délibération.

SI cette délibération devait être maintenue, la CGT et FO saisiront le contrôle de légalité et utiliseront tous les moyens légaux pour l’abroger.

 


 

Lors du CSAP du 26 avril 2013, la CGT avait fait une déclaration que la Présidente avait jugé politiquement déplacée. La CGT faisait allusion à la République de copains et des coquins dénoncée dans les années 70 par un célèbre journal satirique.

Nous y sommes, à la veille des élections, l’administration confond vitesse et précipitation pour obliger certains soutiens.

A tel point que la délibération a corrigé le mauvais statut des CAPS.

La CGT peine à croire qu’il s’agit d’une erreur.

La CGT réitère ses propos : la République irréprochable a bien volé en éclats !!

Aujourd’hui, le même journal satirique dénonce la cour du Roi Soleil avec sa pléthore de chargés de mission grassement payés quand 70% des agents sont en catégorie C recrutés en dessous du SMIG et que la catégorie B est maintenant en dessous de la catégorie C.

Pour y remédier, vous êtes obligés de voter en urgence des mesures de rattrapage, quelques miettes.

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page