Accueil
  Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 16 Novembre 2013
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


DRAME A JEAN BOUIN

ET DEMAIN

AU T8 DE L’AVENUE DE FRANCE ?
 

 

Dans la nuit du 25 au 26 septembre 2013, un employé de la société de gardiennage en service au nouveau stade Jean Bouin a été victime d’un accident qui lui a coûté la vie :

Peu après minuit, M. Dany EVRARD, chef de la sécurité incendie, a été amené, au cours d’une tournée d’inspection qu’il effectuait seul, à manipuler une grille dans l’enceinte de l’établissement.

Celle-ci, intégralement déployée, est tombée sur lui et l’a écrasé mortellement. Pesant une tonne et demie, et mesurant 6 mètres de long sur 2 mètres de haut, elle n’était maintenue que par un rail au sol, et devait vraisemblablement être motorisée à la fin du chantier…qui n’était probablement pas terminé, malgré l’ouverture du stade, un mois plus tôt.

L’agent n’a été découvert qu’au matin par les agents venus prendre leur service.

Cet événement tragique pose la question des travailleurs isolés que la CGT a dénoncé à plusieurs reprises, notamment au CHS de la DJS. La présence d’un collègue auprès de cet agent aurait-elle permis d’éviter ce drame ?

Agé de 39 ans, et père de 2 enfants, il était considéré comme un chef de sécurité professionnel et très prudent. Alors, comment un tel drame a-t-il pu se produire ?

Le nouveau stade Jean Bouin ( 20 000 places ) a été sujet, dès sa conception, à de nombreuses controverses entre la majorité PS d’une part, qui en faisait un projet emblématique, et l’UMP et Europe Ecologie les Verts d’autre part.

Ces derniers lui reprochent son coût, qu’ils estiment exorbitant : 157 millions d’euros ( 200 millions selon les Verts et l’UMP ), engagés sur financement public, et dédiés au seul club de rugby du Stade Français.

Balayant ces considérations bassement matérialistes, la Mairie de Paris a ordonné sa construction, et l’a inauguré en grandes pompes le 31 août 2013. Peut-être trop hâtivement, élections municipales obligent.

Il a été ouvert après passage de la commission de sécurité. Mais l’agent avait indiqué à sa famille que le stade n’était pas complètement terminé, et que des ouvriers y travaillaient toujours.

Ce stade est l’œuvre de RUDY RICCIOTI, également connu pour avoir commis le très controversé T8 de l’avenue de France, triste établissement muni de barreaux de bois, où sont censés venir s’entasser en 2014 les agents des directions de l’urbanisme et de la voirie et des déplacements, dans des bureaux trop petits pour les accueillir.

Sans parler des conditions juridiquement floues dans lesquelles la mairie de Paris a acquis les locaux en question…

 

Durant la construction de T8, la Mairie de Paris a connu quelques déboires :

  • Au cours d’une opération de contrôle effectuée sur le chantier en avril 2013, le comité opérationnel anti-fraude de Paris, ayant identifié 27 ouvriers non déclarés, a épinglé 11 employeurs sous-traitants. Pas sérieux tout ça…

    La Ville a décliné toute responsabilité, renvoyant la patate chaude à NEXITY, maître d’ouvrage à ce stade du chantier, lequel a renvoyé la patate bouillante aux sous-traitants.

    En plus, les ouvriers contrôlés se trouvaient sur la partie habitation privée de l’immeuble. Ouf !!! L’honneur de la Ville était sauf !


  • Quant à RUDY RICCIOTTI, architecte des deux opérations T8 et Jean Bouin, il a été placé en garde à vue à l’hôtel de police de Marseille, puis mis en examen en mai 2013 pour recours au travail dissimulé ( 5 ouvriers non déclarés, encore… dont certains sans papiers ) et travaux sans autorisation dans sa maison. Il déclare ne pas avoir eu connaissance des emplois non déclarés...

 

Cette suite de regrettables incidents, ayant débouché sur l’accident mortel d’un vigile, on est en droit de s’interroger sur la sécurité et la fiabilité des deux établissements T8 et Jean Bouin :

  • Le stade Jean Bouin aurait-il été mis en service alors que l’établissement n’était pas encore sécurisé, comme le laisse supposer le décès de ce vigile ?

    Et maintenant, quelles mesures vont être prises pour assurer la sécurité de ce bâtiment ?


  • Le T8 est-il fiable, et construit dans les règles de l’art ? Si la Mairie persiste, malgré l’opposition des agents concernés, à les y installer, devront-ils, avant d’y mettre les pieds, se munir d’une assurance vie ?

 

Nous rappelons que la Ville est juridiquement responsable de la sécurité de ses personnels, y compris des prestataires de service.

 

La CGT exige l’ouverture d’une enquête du CHS

pour déterminer les responsabilités et la

communication du rapport fait par la commission de sécurité

venue inspecter les lieux avant l'inauguration.

La CGT demande l’organisation d’une visite du site par le CHS.

 


POUR LE RESPECT DES REGLES DE SECURITE

Je me syndique à la C.G.T.
 

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page