Accueil
  Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 11 Septembre 2013
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


A la Mairie de Paris,

on veut faire baisser le coût du travail,

coûte que coûte !
 

 

Dans la capitale,

de nouveaux agents pour pas même un euro de plus !

 

On savait le Maire de Paris soucieux des deniers publics. Ses deux mandatures ont d’ailleurs été marquées du sceau d’une gestion minutieuse des dépenses municipales surtout en ce qui concerne les frais de personnel. Pas un centime pourtant qui ne soit justifié mais il semble que les agents coûtent encore trop cher malgré les fines astuces misent en place par les directions pour en limiter les coûts.

La première astuce consiste à multiplier les faisant fonctions et développer la polyvalence des tâches. Le bénéfice du stratagème saute aux yeux du premier malvoyant venu. On prend un agent de catégorie C, celui qui touche juste le smic grâce aux primes, et on le bombarde responsable de projet, chef d’établissement … Bref, toute tâche qui dépend d’un cadre B, voire parfois d’un cadre A. Première belle économie mais risque psycho-social assuré !

Pour la seconde astuce, le Maire de Paris, pourtant à cheval sur son indépendance s’est inspiré ….de l'Etat en multipliant les contrats divers et variés ! Contrats aidés, contrats de génération … On a toujours besoin d’un petit contrat chez soi ! Là aussi belles économies mais risques importants de finir devant les juges du tribunal administratif ou des prud’hommes qui ne plaisantent pas avec ces choses là. D'ailleurs, au vu des amendes que doit payer la Mairie, niveau économie, c’est raté.

N’arrêtons pas en si bon chemin car la troisième ruse pointe le bout de son nez. En profitant, comme dans le privé, de tous ces jeunes qui cherchent une première expérience pour gonfler leur CV et entrer enfin dans la vie active, pour la Mairie le stagiaire est toujours là. Payé au lance pièce uniquement si son stage dépasse trois mois, il est surqualifié - quelquefois, corvéable à merci – souvent - et ne connaît pas ses doits - toujours.

Mais toutes ces feintes sont déjà obsolètes car depuis quelques mois, certains établissements, souvent ceux qui avaient usé et abusé des subtilités évoquées ci-dessus, sont arrivés au plus haut degré de l’économie ménagère….ne plus payer du tout pour des prestations de qualité supérieure !

Eh oui, le bénévole vient de faire son entrée sur la grande scène parisienne. Souvent ancien agent de la ville à la retraite, jeune encore, formé, libre de son temps, le bénévole est ravi de revenir gratuitement sur son lieu de travail pour mener à leur terme les dossiers dont il avait la responsabilité et dont il estime être le seul à pouvoir les clore avec brio.

A la plus grande satisfaction de ses anciens supérieurs hiérarchiques qui n’ont plus besoin alors de publier de fiche de poste et font l’économie d’un recrutement.

L'équipe municipale va-t-elle continuer à piquer les bénévoles aux associations ?

La CGT bien évidement condamne cette dérive et réaffirme que tout poste qui correspond à un besoin permanent doit être un poste de titulaire, en activité, celà va de soi. Laissons aux associations le soin d’accueillir les retraités de la fonction publique parisienne. Sûr que l’équipe municipale ne voudra plus saper les fondements de l’économie solidaire.

 


POUR LE DROIT A UNE RETRAITE BIEN MERITEE

Je me syndique à la C.G.T.
 

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page