Accueil
  Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 8 Avril 2013
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


LEUR ANI C’EST LE MEDEF !

MOBILISONS NOUS
 

 

CONSTAT :

  • Cinq millions de chômeurs : certains s’immolent devant le pôle emploi dans l’indifférence des ANI du MEDEF.

  • Baisse du pouvoir d’achat de tous les salariés et des retraités.

  • Baisse des moyens des services publics.

  • Gel du point d’indice dans la fonction publique.

  • Redéploiement des effectifs qui induit son lot de souffrance au travail, et de suicides.

 

SOLUTION DE CE GOUVERNEMENT

ET DE SES ANI COLLABORATEURS

Le MEDEF et ses ANI considèrent comme les marchés financiers que les salariés sont responsable de la crise. Les salariés coûtent trop cher. Les travailleurs pauvres qui n’arrivent plus à se loger ni à se soigner apprécieront….

L’accord national interprofessionnel (ANI) signé le 11 janvier 2013, prévoit de baisser le « coût du travail » en réduisant les garanties collectives dans le secteur privé.

 

L’ANI C’EST :

  • « Les accords de maintien dans l’emploi » qui permettront de licencier les salariés refusant de voir baisser leur salaire. Par contre rien n’est prévu sur une éventuelle baisse temporaire des dividendes des actionnaires. Les ANI du MEDEF se sont bien gardés de revendiquer quoi que ce soit à ce sujet !

  • Les accords de « mobilité interne » qui autoriseront l’employeur à licencier le salarié pour motif personnel, si celui-ci refuse d’aller travailler à l’autre bout de la France.

  • La sécurisation de la délinquance patronale : Les salariés ont aujourd’hui le droit d’aller aux prud’hommes pour obtenir des dommages et intérêts en cas d’infraction de l’employeur au code du travail. D’ailleurs, la CGT a assigné à plusieurs reprises la Ville de Paris pour emploi abusif des contrats aidés et a gagné leur requalification en CDI.

 

Pour le MEDEF et ses ANI, c’est trop de droits pour les salariés. Donc,

  1. La réparation pour des faits remontant à plus de 3 ans ne sera plus possible. (Pour mémoire, les impôts peuvent vous imposer un contrôle fiscal sur les 5 années précédentes).

  2. l’indemnisation du préjudice subi par les salariés dépendra de l’ancienneté du salarié dans l’entreprise.

Les victimes de salaires non payés, de harcèlement, de discriminations ou de l’amiante apprécieront !

En instaurant des peines « plafond », cet accord fait des employeurs la seule catégorie qui échappe en France à la sanction proportionnelle au délit.

  • Faciliter les licenciements collectifs : 3 % des nouveaux chômeurs ont pu « bénéficier » d’un plan social, c’est encore trop pour le Medef et ses ANI.

    Ils veulent décider de la procédure de licenciement et du contenu du plan social par un simple accord d’entreprise. Cet accord impose le règne du gré à gré : come si un salarié était à égalité face à son employeur !

 

L’application de cet accord, augmentera la précarité et le chômage dans le pays. Mais les entreprises continueront à bénéficier de 192 milliards annuels d’exonérations sociales et fiscales sans contre partie.

Par contre, les ANI du MEDEF n’ont demandé aucun renforcement des moyens du Pôle Emploi.

 

TITULAIRES VOUS ETES CONCERNES PAR

CES ATTAQUES CONTRE LE CODE DU TRAVAIL !

  • Baisser les droits des salariés du secteur privé, c’est justifier la baisse des droits des personnels du secteur public et attaquer nos garanties statutaires. Exemple : jour de carence, recul de l’âge de la retraite.

  • Demain, avec la mise en place du Grand Paris, on vous licenciera si vous refusez d’aller travailler dans une banlieue lointaine.

D’autres solutions sont possibles : baisser les revenus des actionnaires et taxer les revenus du capital pour une vraie solidarité des acteurs de la vie économique.

 


POUR LUTTER CONTRE

UN ANI QUI NOUS VEUT DU MAL
 

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page