Accueil
  Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 30 Mars 2013
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


Réforme des rythmes scolaires :

Une transformation en profondeur du fonctionnement

et de l’organisation du travail des agents
 

 

La réforme des rythmes scolaires constitue un sujet majeur de préoccupation des personnels des collectivités locales car elle conduit à une transformation en profondeur de leur fonctionnement et de l’organisation du travail de leurs agents.

Cette réforme est issue d’un décret du Ministère de l’Education nationale concernant l’organisation du temps scolaire à l’école élémentaire (maternelle et primaire).

Lors du Conseil supérieur de l’Education nationale sur ce décret, aucune organisation syndicale de l’enseignement n’a voté pour.

 

La CGT défend l’éducation nationale

et pas l’éducation Territoriale.

 

En fait, sous couvert de la nécessaire réforme des rythmes scolaires suite au décret Darcos de 2008 instituant la semaine des 4 jours, le Ministre de l’Education nationale organise un nouveau transfert de charges de l’Etat vers les collectivités locales et la casse du service public de l’Education nationale en territorialisant l’école.

Et ce au moment même où le gouvernement annonce toute une série de mesures affectant les collectivités locales : baisse massive de la dotation globale de fonctionnement, Modernisation de l’Action Publique, Acte III de la décentralisation.

Des pans entiers du service public local sont affectés par cette réforme : gestion des équipements, organisation du transport, de la restauration scolaire, bouleversement des missions de très nombreuses catégories d’agents qui interviennent en milieu scolaire dans le domaine du sport, de la culture, de la santé, de l’animation… c’est la porte ouverte à la déqualification, à la confusion des rôles, au recours à la privatisation des missions et à des personnels précaires.

Dans la situation actuelle, la CGT considère que l’exigence de report de la réforme des rythmes scolaires s’impose pour permettre la réécriture totale du décret en y associant l’ensemble des acteurs concernés :

  • En garantissant l’égalité d’accès à l’éducation nationale sur l’ensemble du territoire national et pour tous les enfants.

  • En séparant nettement ce qui relève de l’Education nationale et des missions de ses personnels et de ce qui relève des collectivités locales et de leurs agents.

  • En précisant les missions des personnels des collectivités locales et en garantissant au niveau national les qualifications et déroulements de carrière des agents en charge des activités culturelles, artistiques, sportives et d’animation. Celles-ci doivent être exercées par des personnels statutaires.

 

A Paris, malgré une opposition forte, le Maire a décidé de passer en force au détriment de l’intérêt des enfants.

Manque de locaux, manque d’enseignants : au collège Mozart dans le 19ème grève en raison du non remplacement d’un professeur absent, peu importe : Le Maire de Paris continue à apporter son soutien sans faille à M. Hollande. M. Delanoë a déjà annulé la dette de l’état de 1 milliard 300 millions d’euros.

La CGT porte une transformation en profondeur de l’organisation du temps scolaire en cohérence avec les évolutions des contenus et de la finalité de l’Education.

Il s’agit de prendre globalement en compte les moyens attribués et les synergies à déployer entre le système éducatif, les collectivités territoriales et les associations notamment d’Education populaire.

Favoriser la réussite de toutes et de tous à l’école suppose, au-delà des modifications du temps de classe, de prendre en considération à la fois l’amplitude et les conditions de travail dégradées des parents et les évolutions propres aux différents modèles familiaux.

Face à des parents salariés de plus en plus précarisés, mal payés, subissant le mal travail, les modifications d’horaires peuvent même amplifier les difficultés familiales.

Un autre rythme, nécessite également une redéfinition des attendus du système scolaire, des programmes à alléger, des acquisitions pédagogiques à assouplir, des passerelles à développer, du temps en classe pour prendre en compte les des difficultés de chaque élève ...

Pour mener à bien ces transformations, il faut un engagement de la Nation pour un projet éducatif portant des ambitions d’émancipation et donner du souffle à une future Loi d’orientation en rupture avec les années du gouvernement et de la Loi Fillon.

 


Pour la CGT, 2013 sera une année de lutte et de combats !

EN ROUTE VERS LA VICTOIRE !

Venez nous rejoindre, ensemble nous serons plus forts !
 

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page