Accueil
  Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 16 Mars 2013
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


Paris-Musées :

Banquier, votre argent nous intéresse !
 

 

BNP-Paribas à la rescousse des musées parisiens

avant qu’il ne soit trop tard !

 

Après avoir été sauvé de la faillite, les banques vont elles maintenant voler au secours des musées municipaux parisiens ?

C’est en tout cas l’obsession de la direction de « Paris-Musées », cette nouvelle structure qui sous forme d’établissement public, regroupe depuis le début de l’année les musées de la Ville de Paris !

Les musées parisiens crient tellement misère, qu’ils sont à le recherche de mécènes à tout prix pour couvrir tous leurs frais. Mais il faut faire vite avant qu’il ne soit trop tard car le mécénat à du plomb dans l’aile d’après un article du Figaro paru en juin dernier (et oui, nous lisons aussi Le Figaro).

"Les avantages fiscaux des donateurs pourraient être révisés à la baisse. Le mécénat a-t-il du plomb dans l'aile ? Bercy s'apprêterait à réduire de moitié les avantages fiscaux accordés aux entreprises qui jouent les mécènes dans la culture.....Évidemment, cette méthode à succès se paie...... Si Bercy estime qu'il faut revoir cette niche fiscale, c'est bien qu'elle a fini par peser lourd en moindre rentrée fiscale...", car le mécénat à du plomb dans l’aile" rapporte le quotidien de la rue du Louvre.

C’est pourquoi Paris-Musées s'empresse, avant qu'il ne soit trop tard, de confier à BNP-Paribas la restauration des œuvres d'Eugène Leroy, propriétées du Musée d’Art Moderne.

En contrepartie, bien sûr, le musée s'engage à faire une publicité d'enfer à la banque, en rappelant sa marque sur les publications, les affiches, les murs, les communiqués de presse, les dossiers de presse, le site internet du musée…. .

C’est en tout cas l’annonce qui a été faite lors du dernier Conseil d’Administration de l’établissement auquel la CGT avait assisté (au titre d’observateur seulement, rassurez vous)
Notre syndicat avait dénoncé, dès le début, la création de cet établissement et ses perspectives de dérives mercantiles.

Maintenant on y est ! Même certains élus dans l'assistance étaient choqués.

Dans cette logique, à l’avenir sont ce les œuvres elles mêmes qui serviront d’espace publicitaire?

Et puis ensuite pourquoi pas, les logos d’entreprises tatoués sur le front des agents, ou bien seront-ils revêtus d’un nouvel uniforme sponsorisé ?

En tout cas quand nous avons déclaré qu'à long terme, nous redoutions que les sponsors influent sur le choix des expos...en précisant par exemple, que l’exposition « L’art en guerre » actuellement au Musée d’Art Moderne ne serait pas "hors sujet" à être parrainé par Dassault. Inutile de vous dire que la direction était furieuse. Visiblement on est pas prêt, contrairement à certains autres, à se faire la bise ni à se tutoyer avec la direction de "Paris-Musées".

Il est vrai que lors de ce même conseil d’administration nous avons mis les pieds dans le plat, expression qui n’a jamais aussi bien porté son nom. Au menu, si l’on peut dire, le fait d’étendre les notes de restaurant aux collaborateurs de la direction de « Paris-Musés » lors des déjeuners avec des mécènes.

Choqués par cette proposition, nous faisions, aimablement remarquer, que les personnels des musées, qui eux travaillent le week–end réclament depuis toujours une prime panier ou l'attribution de Ticket-restaurant.

Comme nous insistions, avec la ferme courtoisie qui nous caractérise, la directrice de « Paris-Musées » Delphine Lévy a clos ce qui s'apparentait - mais de très loin - à une conversation : "les agents peuvent déjeuner sur place". On l'entendait presque dire: "S'ils n'ont pas de pain, donnez leur de la brioche" !

Il faut aussi faire remarquer que la Directrice, a osé dire, avec aplomb, qu'il n'y avait pas eu de problèmes pour la paie de janvier ! Personne ne l’avait informé. Elle était probablement partie déjeuner.

Bon, ce n’est pas grave on sait maintenant, en sortant de cette réunion, que telle Marie-Antoinette, la direction des musées parisiens va aller dans mur. Mais toujours avec aplomb !

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page