Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 25 Decembre 2012
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL,

UN MAL OUBLIE

DONT LA CGT SE SAISIT
 

 

Dépressions, burn-out, suicides… : les symptômes de la souffrance au travail, identifiés par les sociologues depuis vingt ans, se développent.

Tandis que les effets mortifères de l’idéologie managériale se perpétuent, la Ville de Paris prononce enfin le mot suicide.

Le travail tue, on le constate tous les jours (un suicide par jour à cause du mal-être au travail), on en mesure les causes et les mécanismes depuis une vingtaine d’années grâce aux travaux décisifs de sociologues comme Christophe Dejours, Danièle Linhart, etc…

 

LES SALARIES NE SONT PAS TOUS MORTS,

MAIS TOUS SONT FRAPPES.

Quelque chose de destructeur est à l’oeuvre dans toutes les branches professionnelles du privé ou du public (services, industrie, professions libérales…), toutes les catégories (cadres, employés, ouvriers, techniciens…). Partout se manifestent les mêmes symptômes : stress, perte de sens, dépression, désenchantement, épuisement, incompréhension…

Et pourtant tout continue, comme si de rien n’était. La souffrance au travail, noyée dans la masse des souffrances sociales qui l’englobent, ne forme pas le cadre d’une politique publique affirmée.

L’urgence de mener la guerre contre le chômage a permis qu’un président de la République se fasse élire en 2007 sur le slogan ‘travailler plus pour gagner plus’, à un moment où les pathologies de surcharge explosaient, de la dépression au burn-out.”. Soyez heureux de souffrir au travail, au moins vous avez un emploi…’ !

 

UNE SOUFFRANCE DONT LA CGT SE PREOCCUPE !

De plus en plus d’indices témoignent de cette déshumanisation du travail – suicides, dépressions, burn-out, troubles musculo-squelettiques et autres pathologies de la surcharge.

A la Ville de Paris, la consultation souffrance au travail a augmenté de 30% par rapport à 2010. Les demandes multiples de RV individuels d’agents issus d’une même équipe, révèlent une problématique commune.

La misère du raisonnement dominant épouse la misère de ceux qui crèvent de l’injonction qui leur est faite de se sentir heureux. “Vivre en niant ce qui nous angoisse est notre lot”, souligne Dejours.

Les nouveaux modes de « management » déshumanisent le monde du travail en isolant les individus, en imposant le management par objectifs (faire plus avec moins) ou l’évaluation individuelle des performances, dont les résultats ne reflètent pas l’ensemble du travail, mais seulement le travail quantifiable.

 

“Comment ne pas voir que le seul résultat

ne dit rien de la quantité de travail investie ?”

 

Ce n’est pas le harcèlement au travail qui est nouveau mais “le fait de devoir l’affronter seul”. “Le sentiment d’isolement au sein d’un environnement hostile, l’expérience de l’abandon, du silence, de la lâcheté des autres, voilà la marque de la nouvelle organisation du travail.”

Les personnels veulent être reconnus dans leur travail : le jugement d’utilité doit porter sur le travail et non sur la personne, sur la quantité de travail investit, sur la qualité du travail rendu.

La Ville de Paris applique le Nouveau Management Public (NMP), adaptant au secteur public des méthodes de management traditionnellement réservées au secteur privé : Ainsi les agents deviennent au gré du bon vouloir de la directrice adjointe de la DRH ‘des ressources, des collaborateurs, des viviers, des flux’ ……

La CGT se demande jusqu’à quel point le transfert des méthodes de management privé est soluble dans le secteur public et dans quelle mesure il participe à la satisfaction des usagers et à la qualité des services publics.

 

LES RESSOURCES SE REBIFFENT

La CGT revendique :

Renommer la DRH en Direction du Personnel.

L’arrêt de l’utilisation du vocabulaire des entreprises privées dans la Fonction Publique.

Respect et écoute de la part des encadrants, et notamment de la part de la nouvelle Direction des Personnels

L’arrêt du télétravail déguisé : sous couvert d’être connecté 24h sur 24h, via la messagerie professionnelle, les agents peuvent travailler de chez eux, vacances comprises, sans que ce soit compté dans le temps de travail.

 


POUR ADAPTER LE TRAVAIL A L’HOMME

Je me syndique à la C.G.T.
 

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page