Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 8 Novembre 2012
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


Lettre ouverte du

Syndicat CGT des Cadres

au Maire de Paris
 

 

OBJET :

Dégradation de la qualité des conditions de travail et du service public rendu des gestionnaires de paie du bureau des rémunérations.

 

Monsieur le Maire,

Suite à la restructuration du bureau des rémunérations en février 2012, une réorganisation totale des groupes comptables composant ce bureau, a été effectué. Ainsi, le Pôle Gestion (ex comptables) a vu ses effectifs réduits.

En conséquence, le nombre d’agents géré par gestionnaire a augmenté considérablement (900 agents en moyenne). A ce jour, la population de chaque gestionnaire est d’environ 2 700 agents. Cette charge de travail est telle qu’il nous est impossible d’assurer un service public de qualité.

Aux fonctions dévolues aux gestionnaires de paie (préparation de la paie, vérification, traitement des anomalies détectées en partie par le pôle contrôle, suivi des dossiers particuliers, etc.), s’ajoute la nouvelle procédure concernant la production des attestations Pôle Emploi dématérialisées qui s’avère plus longue et présente de nombreux problèmes techniques. De ce fait, un nombre considérable, plusieurs centaines d’attestations, sont en souffrance, notamment pour la Direction des Affaires Scolaires.

Quotidiennement, un public composé en partie de personnes en situations précaires nous rend visite dans l’espoir d’obtenir rapidement ces documents. Dans la plupart des cas, nous ne pouvons y répondre favorablement d’où un mécontentement traduit parfois par des agressions verbales et menaces.

Après avoir averti notre hiérarchie et malgré notre investissement, nous sommes démunis face à cette situation critique.

Souhaitant que notre courrier retienne toute votre attention, recevez Monsieur le Maire, nos salutations respectueuses.

Pour le Syndicat CGT des Cadres,
La Secrétaire Générale,

Ida COHEN.

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page