Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 26 Octobre 2012
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


SOUFFRIR AU TRAVAIL

N’EST PAS UNE FATALITE
 

 

Le travail devrait être une source d’épanouissement et de socialisation.

 

Mais les restructurations permanentes et les incitations à la mobilité transforment le travail en une source de souffrances pour certains.

 

Précarité : STOP !

Qu’elles soient physiques ou bien psychologiques, les causes de ces souffrances doivent impérativement être entendues et traitées, sous peine de voir les personnels basculer dans l’accident, la maladie ou encore l’invalidité.

La souffrance au travail touche aujourd’hui l’ensemble des secteurs professionnels, y compris la Fonction Publique qui n’est pas épargnée par les suicides.

Loin de constituer un phénomène de mode, comme l’avait dit cyniquement le PDG de France Télécom, la souffrance au travail correspond à une évolution durable du travail.

Le travail constitue une source permanente de décalages entre les attentes des salariés et les objectifs de l’entreprise.

Comprendre la souffrance au travail et les multiples facettes de ce qu’on appelle les risques psychosociaux, c’est d’abord remettre en cause l’organisation du travail.

Les facteurs à l’origine sont malheureusement multiples : manque de personnels, charge de travail, rendement, pression temporelle, masse d’informations à traiter, fortes exigences quantitatives, absence de contrôle sur la répartition et la planification des tâches, imprécision des missions confiées, les nouveaux modes d’organisation et la précarité.
Pour mémoire, la précarité concerne 20% des personnels à la Mairie de Paris.…

 

PREVENIR LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL :

L'AFFAIRE DE TOUS !

Existe-t-il un bon et un mauvais stress ?

Cette expression largement répandue a pour effet de dédramatiser des situations potentiellement dangereuses pour la santé des travailleurs. Il n’existe pas un bon stress.

 

J’estime être victime de harcèlement, que dois-je faire ?

Il convient de ne pas rester isolé. Le silence et la peur sont vos pires ennemis.

  • Parlez à votre entourage : famille, amis, collègues.

  • N’hésitez pas à saisir la CGT.

  • Remplissez le registre Hygiène et Sécurité pour décrire les faits.

  • Consulter un médecin qui vous délivrera un certificat médical. Gardez votre ordonnance.

  • Vous pouvez également déposer une main courante au commissariat de police.

  • Notez soigneusement les faits, gardez les mèls ou les écrits qui contiennent des injonctions paradoxales ou des propos malveillants.

 

AGIR AVEC LA CGT

Votre délégué CGT saisira votre responsable pour entreprendre une médiation
Si cette démarche n’aboutissait pas, la CGT mettra ce point à l’ordre du jour de la Commission en charge d’examiner les conditions de travail : CHSCT.

Le CHSCT demandera une expertise sur les conditions de travail (à la charge de l’employeur) et proposera de lancer des actions de prévention.

Si vous témoignez en faveur d’un agent victime d’une situation de souffrance au travail, la loi vous protège des représailles de votre employeur, en l’occurrence la Mairie de Paris.

 


Convaincus, ÉnerGiques , DéTerminés

Pour que le Travail s’adapte à l’Homme

Je me syndique à la C.G.T.
 

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page