Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 30 juin 2012
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


T8 : Révolte à Alcatraz

3 JUILLET - 9h15

PLACE DE L’HÔTEL DE VILLE
 

 

Suite à notre mobilisation,

l’intersyndicale a été reçue le 28 juin 2012.

 

Présents pour l’administration :

Philippe CHOTARD, Secrétaire général, chargé du pôle espace public, Philippe Bayet, Secrétaire général chargé du pôle support
Elisabeth BORNE directrice de l’urbanisme
Laurent MENARD directeur de la DVD
Régis GALON directeur de la DILT

 

L’éclairement et la résille du « nid de ptérodactyle » :

c’est pas gagné.

Nous avons demandé des visites sur place pour vérifier l’impact de la résille sur l’éclairement des locaux, et sa suppression, totale ou partielle au niveau de chaque fenêtre. Nous avons rappelé son effet carcéral, source de stress sur les agents.

L’Administration a présenté des études indiquant que la résille n’aurait pas d’impact sur l’éclairement des locaux, qui resterait conforme aux normes.

Elle entend l’appréhension des agents qui travailleront derrière les barreaux du nid, mais pense pouvoir résoudre ce problème en organisant des visites sur place. NEXITY, le maître d’œuvre, est plus préoccupé par l’éblouissement que produirait l’absence de résille et cherche à réduire l’éclairement naturel dans l’immeuble.

Nous avons fait part de notre étonnement et relayé que les agents préfèreraient des stores extérieurs, qu’ils manipuleraient eux-mêmes, plutôt que ce « pare soleil » imposé été comme hiver. Sans compter les difficultés d’entretien qu’elle posera (nids de pigeons…).

Toutefois, il n’est plus exclu, à l’issue des visites, de revoir à la baisse la résille (trous dans le « nid », à hauteur des fenêtres).

Les premiers résultats du questionnaire proposé par l’intersyndicale, déjà rempli par la moitié des agents, confirment que les agents rejettent majoritairement la résille (2,78% des agents trouvent la résille acceptable, et 8,46% n’ont pas d’opinion). Nous ferons entendre votre voix.

 

Les fenêtres non ouvrantes et le rafraîchissement d’air imposé :

l’Administration réfléchit.

L’Administration nous a exposé les performances de la climatisation prévue : 99 kwh/m²/an, et évoqué le fait que l’INRS préconise l’air filtré pour les bureaux.

Nous lui avons opposé l’article R4222-4 du code du travail, qui donne le choix entre ventilation mécanique ou naturelle.

Les agents sont massivement opposés au système retenu, et veulent pouvoir ouvrir leurs fenêtres, donc maîtriser et non subir leur environnement de travail.

Voici leurs réponses au questionnaire : moins de 5% sont indifférents au système de fenêtres non ouvrantes et de rafraîchissement d’air permanent. L’immense majorité y est opposée. Plus de 30 % craignent les effets de la climatisation sur leur santé.

Avancée : l’Administration va étudier l’impact juridique, technique et financier de l’ouverture partielle ou totale des fenêtres. Elle va également étudier le système de stores intérieurs retenu, qui soulève les interrogations des agents.

 

Surfaces et répartition des bureaux :

peu d’avancées
.

Réponses des agents au questionnaire : 1,83% des agents sont favorables aux open space, et 4,83% n’ont pas d’avis. Une forte majorité y est donc opposée.

Léger recul de l’Administration sur le concept des open space. Par ailleurs, un Service de la DVD ne viendra pas au T8, ce qui libère 10% des surfaces disponibles. Ce n’est pas suffisant !

Nous avons demandé de nouveaux efforts. C’est à la DVD de revoir « la jauge » pour redéfinir les services qui devront emménager dans T8. Laurent MENARD ne cache pas que sa conception de l’aménagement des espaces de sa direction va plutôt vers des espaces plus ouverts sans pour autant les appeler Open space.

Les conditions d’hébergement actuelles des agents correspondent à des nécessités de fonctionnement correct des Services et l’arrivée au T8 ne peut en aucun cas entraîner une dégradation des conditions de travail. Nous n’avons toujours pas de réponses claires sur le nombre d’agents par bureau, et la surface de chaque bureau.

L’administration souhaite faire valider le macro zoning par les élus avant de nous le soumettre ; mais alors quelle marge de manœuvre restera t-il aux agents pour le modifier ?

Le risque d’open space persiste, la promiscuité dans les bureaux, source de stress, menace toujours…

 

Temps de trajet des agents du domicile au lieu de travail :

SURPRISE

Les résultats du questionnaire proposé par l’intersyndicale, déjà rempli par la moitié des agents, contredisent radicalement les résultats de l’étude officielle commandée par la DILT à une agence extérieure : alors que l’étude officielle annonçait une diminution de temps de trajet pour les agents, 42 % d’entre eux déclarent dans le questionnaire une majoration moyenne de 20 mn du temps de trajet. Problème !!!!

Nous avons fait valoir que les agents n’accepteraient cet inconvénient non négligeable qu’à condition que leurs conditions de travail ne se dégradent pas au T8.

 

 

Locaux sociaux :

on piétine.

Restaurant :

Il comporte 260 places, soit 650 couverts. Nous avons évoqué le problème du restaurant du n° 103, non géré par l’ASPP, où les prix sont plus élevés, d’où un risque de trop grande fréquentation du restaurant T8.

L’Administration a évoqué la possibilité de renégocier la convention qui la lie avec le mandataire pour réviser les prix. Nous allons suivre cette proposition de près.

 

Infirmerie :

Malgré nos demandes insistantes aucune infirmière, dont l’utilité à Morland n’est pourtant plus à démontrer (soins quotidiens, aide à la gestion du stress des agents), n’est prévue à ce jour.

 

Motif invoqué :

La stratégie du service médical visant à regrouper les infirmières, pour « éviter l’éclatement et l’isolement des personnels » en concentrant les offres de soins à Charles Moureu. Ne serait ce pas plutôt pour mutualiser et pallier à la baisse des effectifs du personnel de la médecine préventive ?

 

Locaux syndicaux :

Aucun n’est prévu à ce jour au T8. Il n’y en a pas non plus au 103 avenue de France !

Alors que la ville regroupe son pôle espace public dans la ZAC Paris rive gauche, dans des conditions de travail que les agents dénoncent, elle n’envisage même pas de respecter les décrets qui obligent l’employeur à mettre à la disposition des locaux syndicaux.

 

L’audience de ce jour, obtenue grâce à la mobilisation des agents et de leurs organisations syndicales, a permis de constater que le projet de déménagement des agents de la DU et de la DVD, après avoir souffert d’un manque de communication de la Ville, source d’inquiétudes, fait maintenant l’objet d’une concertation avec l’intersyndicale.

Mais les avancées restent très limitées, voire insuffisantes. L’emménagement au T8 ne doit pas être un cauchemar pour les agents.

 

Seule votre mobilisation permettra

de faire avancer vos revendications !

A l’occasion du Comité d’hygiène et de sécurité de la Direction de l’Urbanisme, présidé par Madame HIDALGO, qui se tiendra le 3 juillet 2012 :

 


Rassemblement des agents de la Direction de l’Urbanisme

et de la Direction de la Voirie et des Déplacements,

devant l’Hôtel de Ville.

Nous vous attendons à 9h15
 

 

Ce rassemblement est couvert par un préavis de grève de 55 minutes à 24 heures.

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page