Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 26 juin 2012
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


PARTICIPEZ SANS ENTRAVE :

DEVENEZ BENEVOLE !
 

 

« Devenez bénévoles pour les 24h de Vélib' ! La Mairie de Paris célébrera les 5 ans de Vélib’ autour d’un événement gratuit et solidaire les 23 et 24 juin prochains, participez au succès de cet événement en devenant bénévole. » Ce message incroyable est parvenu sur l’ensemble des messageries des agents municipaux parisiens.

Après avoir été sollicité (à maintes reprises) à participer à la désormais célèbre « Parade de nuit blanches », le personnel de la Ville de Paris doit désormais célébrer sans retenue, et bénévolement, les 5 ans de Vélib, pendant 24 heures qui plus est !


Voilà qui est intéressant ! On peut juste se demander si « pour « participer au succès de cet événement » on n’est pas en train de friser le délit d’abus de bien social au service de la promotion exclusive de l’idéologie municipale. A cette opération commerciale, la Mairie de Paris ne peut s’empêcher d’ajouter le terme de « solidaire », manière de se donner bonne conscience, comme toujours. Solidaire pour la société Decaux ?

Car désormais plus un jour ne se passe sans que Monsieur Bertrand Delanoë propose à son personnel d’œuvrer au rayonnement mondial de Paris, en dansant, pédalant, pianotant, dessinant car un bon fonctionnaire de la ville se doit de participer, mais attention dans un esprit des plus purs, en étant « bénévole »:

Si tout ça n’était finalement que le dernier symptôme d’une dérive apparue ces dernières années ? En tout cas il y en a au moins un qui est " vachement content " !

M. Delanoë, il veut du « free » parce que qu’il n’a pas bien compris.
L’objectif ultime de la Ville de Paris est d’inventer une nouvelle forme d’employé : L’agent « free » qui en anglais signifie aussi bien « gratuit » que « libre»

Pour animer ce grand terrain de jeux qu’est devenu Paris, en plus d’être « gratuit » car bénévole, l’agent municipal se doit d’être « libre » et affranchi des syndicats ou des corps intermédiaires devenus trop encombrants pour nos bienfaiteurs municipaux.

Libre et investi, il doit participer aux « chats » en discutant sur internet avec quelques directeurs ou membres de la DRH triés sur le volet. Oh, bien sûr les questions sont soigneusement filtrées, faudrait pas gâcher l’ambiance ! Et puis ça permet d’évincer les représentants des personnels. On le sait bien, les syndicalistes ne sont que d’infâmes râleurs qui osent contester la munificence de la municipalité.

Après avoir fini de « chater », notre agent doit se dépêcher de contribuer à un questionnaire pour savoir si les personnels sont satisfaits de leur sort. La Mairie de Paris effrayée par les affirmations de tous les syndicats ( oui tous, pas seulement la CGT ) a décidé de les contourner pour obtenir en direct les remerciements de ses employés aux bienfaits de leur employeur.

Pas de chance ceux-ci ont massivement boudé cette quinzaine commerciale, malgré la mobilisation des directions pour les faire participer. Les ingrats ! C’est vrai quoi, cette opération baptisée affectueusement « Paris et moi » n’a coûté que la modique somme de 150 00 euros (un million d’anciens francs). Chez Ipsos, l’heureux prestataire, on peut vouloir la « liberté », on semble avoir oublié la « gratuité » ! Faut pas pousser, non plus.

La Mairie de Paris veut fabriquer un agent municipal qui soit « corporate ». Celui qui s’identifie à toutes les belles réalisations municipales et développe ainsi un esprit d’entreprise.

Sauf que, léger détail, l’esprit d’entreprise est bien sur incompatible avec l’esprit du lucre. La satisfaction ne peut être que personnelle et favoriser la réalisation du « Moi » !

Mais ne nous moquons pas trop car la municipalité tient peut être là le moyen de réduite le déficit budgétaire de la France et redonner à Paris son triple A. : Elle va bientôt lancer des recrutements pour….. des postes de fonctionnaires volontaires bénévoles !!! Avec un oral sur les compétences festives du candidat, attention c’est quand même sérieux le volontariat ! Et là c’est vraiment « free, j’ai pas tout compris »


« Je me donne comme objectif de redonner un caractère festif à Paris » déclarait en 2001 Christophe Girard. L’objectif est il en passe d’être atteint ?

Pour ne pas qu’on lui reproche ne serait ce qu’un début de mauvais esprit, la CGT a décidé de s’investir dans ce nouveaux concept festif de liberté gratuite et propose à la DRH d’organiser une grande tombola pour les passages aux choix et les promotions.


C’est simple, il faut juste s’inscrire ( sur internet, of course ) et dans la joie et la bonne humeur attendre les résultats de cette roue de la fortune qui sera installée comme il se doit sur le parvis de l’Hôtel de Ville. C’est-y pas Free-Free ça !

Ah ! Un agent nous signale qu’une grande tombola sur les passages aux choix et les promotions ça existe déjà, ça s’appelle une CAP (Commission Administrative Paritaire). On se disait aussi que le très faible taux de promotions devait bien cacher quelque chose Ah zut, la Mairie de Paris nous a déjà piqué l’idée.

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page