Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 5 Février 2012
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


DERNIERE MINUTE :

LA VILLE DE PARIS SUBIT

TROIS DEGRADATIONS A LA SUITE
 

 

Après avoir perdu son triple A démocratique en refusant d’organiser les élections professionnelles, la Ville de Paris vient de perdre aussi, et sans appel, son triple A financier.

 

LE THERMOMETRE QUI DONNE LA FIEVRE

 

Pourtant, pour plaire aux marchés financiers, notre Maire avait fait sienne la formule de Laurence Parisot ‘la Vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail ne le serait-il pas ?’.

Exploiter 25% de non titulaires, redéployer les effectifs, budgets con-traints, notre Maire n’en finissait pas d’envoyer des signes aux agences de notation ! Eh, ben c’est raté !

 

DIS MOI QUI TU FREQUENTES, JE TE DIRAI QUI TU ES !

 

Même les amis de la Ville de Paris étaient triés sur le volet :

Connaissez vous M. Joël Marias ? Ce Monsieur, Directeur des Services Généraux de la société Philips a licencié en mars 2010, 216 employés à Dreux juste pour optimiser ses coûts de production.

Malgré cela ou à cause de cela, il a été l’invité spécial de la Ville de Paris à deux reprises, juste pour expliquer comment parquer les agents dans des OPEN STRESS dans un éclairage tamisé.

Cette personnalité haute en couleur vantait les mérites de l’externalisation. Aussitôt dit, aussitôt fait :

  • La Direction de l’Urbanisme externalise son Bureau de la Topo-graphie.

  • La Direction des Affaires Sociales Et Sanitaires ferme des centres de santé et le laboratoire Saint Marcel (c’est l’effet deux en un !).

  • La Direction Informatique, quant à elle externalise les dévelop-pements à des sociétés de service qui ruinent les parisiens. Il est vrai que quand on aime, on ne compte pas.

 

Mais externalisation et flexibilité n’ont pas suffit a convaincre Stan-dard and Poor’s. Quelle ingratitude, vraiment.

La CGT, soucieuse des finances publiques, propose que les Direc-teurs, sous Directeurs, et Secrétaires Général-aux, abandonnent leur prime départementale pour économiser entre 1 et 2 millions d’euros et redonner le moral à Standard and Poors.

Mais la municipalité parisienne traverse vraiment une mauvaise passe en ce moment, car après la condamnation de la Mairie de Paris et de Mme Hidalgo à 40 000 euros d’amende pour infraction au droit du travail, voilà qu’elle se retrouve dégradée dans un troisième domaine.

 

Exclusif :

La Ville de Paris perd (aussi) son Triple A Social

 

C’est dans ce douloureux contexte, que la Mairie de Paris veut faire signer aux organisations syndicales un accord cadre sur la Santé et Sécurité au Travail.

Mais cet accord refuse d’inscrire dans le document, les propositions de la CGT :

  1. La reconnaissance de la précarité comme facteur de souf-france au travail.

  2. La dégradation des conditions de travail qui conduisent au ‘burn out’, voire au suicide comme à l’APUR (celle là même qui a conduit aux plaintes de l’inspection du travail et la condamnation de la Mairie).

  3. Le lien entre effectifs et conditions de travail, le lien entre organisation du travail et souffrance au travail. Par contre, ‘l’accord’ individualise et psychiatrise la souffrance au travail, se dédouanant d’une organisation du travail toxique.

  4. La suppression du CPAHD (la commission sur le harcèlement) et son remplacement par un organisme fonctionnant avec la participation active des organisations syndicales.

  5. Un plan de recrutement des médecins du travail.

  6. La garantie de l’indépendance de la médecine préventive.

  7. Des mesures concrètes prises pour lutter contre la surmortalité des agents dans les métiers à risque (éboueurs, égoutiers, etc….).

 

Monsieur le Maire, précarité et sous-effectifs, sont les 2 mamelles de la souffrance au travail.

La dégradation des conditions de travail poussent des agents au sui-cide : « Ils ne meurent pas tous, mais tous sont frappés ».

 

C’est pourquoi la CGT dégrade définitivement

la note sociale de la Mairie de Paris.

 


POUR SAUVEGARDER MA SANTE AU TRAVAIL

Je me syndique à la C.G.T.
 

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page