Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 8 Janvier 2012
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


SANTE AU TRAVAIL

MON CORPS N’EST PAS

UNE BAGNOLE !
 

 

Il existe deux médecines : la médecine statutaire (rue Lobau) et la médecine du travail dite médecine préventive ( rue Moureu ).

  • La médecine statutaire est la médecine de contrôle, au service de l’employeur. C’est la médecine statutaire qui fait la visite médicale d’embauche et vérifie l’aptitude au poste (article 10 du décret n°87-602 du 30 juillet 1987).

  • La médecine préventive est au service des personnels. Elle prototège la santé des salariés par une démarche tout à la fois préventive et curative. Elle permet à chacun de travailler, quel que soit son état de santé. La médecine préventive n’est pas une médecine de sélection.

 

"Eviter toute altération de la santé du fait du travail"
est une obligation de votre employeur.

La cour de cassation considère que les visites de médecine du travail visent à protéger la santé des personnels et entrent dans le champ de l’obligation de sécurité et de résultats des employeurs.

La directive européenne n°89/391 du 10 juin 1989 concernant la mise en œuvre de mesures visant à promouvoir l’amélioration de la sécurité et de la santé des travailleurs consacre la volonté de trouver un équilibre entre le droit à la santé et le droit au travail.

Lorsqu’il apparaît que le poste ou les conditions de travail peuvent avoir des conséquences néfastes sur la santé des agents, le médecin du travail est habilité à proposer des mesures préventives et des aménagements de poste car c’est le poste qui doit s’adapter aux capacités physiques et non l’inverse.

 

LE MEDECIN DU TRAVAIL A UN STATUT DE SALARIE PROTEGE
Il bénéficie d’une protection particulière contre les licenciements

Théoriquement, le médecin du travail n’a de comptes à rendre à personne. Sa seule préoccupation est l’état de santé des agents. Dans la pratique, son statut précaire de contractuel pour 3 ans, permet à l’Administration de la DRH d’exercer sur lui des pressions fortes contraires à la déontologie, pour atténuer la portée de ses recommandations à l’employeur, et même de ne pas renouveler le contrat de travail pour des médecins “trop indépendants” et trop attachés à défendre la santé des salariés

La DRH plus préoccupée par la performance et la rentabilité des agents que par leur état de santé, veut placer les médecins du travail sous l’autorité d’un médecin totalement soumis aux ordres de la DRH. Si cette pratique était mise, c’en serait fini de l’indépendance de la médecine préventive, qui verrait dicter sa pratique par l’Administration de la DRH.

La CGT s’oppose à la mise sous tutelle de la médecine préventive. La seule préoccupation des médecins doit rester l’état de santé des salariés et pas la vision comptable du Maire de Paris qui veut garder son triple A, même si ses personnels doivent perdre leur vie à la gagner.

 

NON AU DEMANTELLEMENT DE LA MEDECINE PREVENTIVE

L’obligation de se partager des bureaux sans point d’eau pour se laver les mains, sans le matériel indispensable, sans pouvoir respecter la confidentialité des entretiens médicaux, etc… n’incite pas les médecins du travail à venir travailler à la Mairie de Paris.

Pour mieux externaliser la médecine préventive, la Ville de Paris organise la pénurie.

 

La CGT revendique :

  • Des médecins du travail en nombre réglementaire : au minimum 30 médecins du travail pour les 60 000 agents de la Mairie de Paris.

  • Des recrutements de SMS pour décharger les infirmières du travail administratif.

  • Une NBI de 200 euros pour les infirmières du travail.

  • Des locaux décents et de surface suffisante et accessibles même aux handicapés, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

  • Le respect du secret médical.

  • La gestion éthique des dossiers médicaux informatisée.

 


POUR DEFENDRE MA SANTE AU TRAVAIL !

Je me syndique à la C.G.T.
 

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page