Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 30 Décembre 2011
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


PLAN SOCIAL

A LA DU
 

 

La DU a décidé d’externaliser le bureau de la topo (service cartogra-phique de Paris).

Pour prendre cette décision inique, la DU a lancé un audit qui a coûté la bagatelle de 85.000 euros. En cette période de ‘budget contraint’, les agents apprécieront ! D’autant plus que cet audit n’a pas mis en lumière, que l’externalisation coûterait moins cher que le service public.

L’administration décide unilatéralement de redéployer des postes de TS. Pour justifier sa décision elle lance un pseudo audit. C’est le dialogue social à la sauce Mairie de Paris !

MERCI PATRON

Il fallait bien un audit pour mettre en lumière le coût d’un agent : Son salaire, les charges sociales, mais aussi l’électricité qu’il utilise, l’espace pris par son bureau, le remboursement de son titre de transport, la subvention de la Ville à l’ASPP, la gestion DRH de son dossier, mais aussi sa messagerie et le travail des agents de la DSTI pour entretenir le réseau qu’il consomme.

J’AI MAL A MON TRAVAIL

Cette réorganisation de service menée sans ménagement conduit à une souffrance généralisée des personnels :

  • Nous sommes face à de la maltraitance institutionnelle.

 

L’administration monte les agents les uns contre les autres qui se regar-dent en chiens de faïence tout en se demandant sur qui le couperet va tomber.

Nous sommes face à un plan social au même titre que ceux conduits dans les entreprises privées.

Après la RGPP, la Ville de Paris se conduit comme un patron du CAC 40.

Que vont devenir les agents qui font partie de la charrette de licencie-ments ? Leur avenir est en jeu.

La Direction doit assumer ses responsabilités. Elle ne doit pas espérer demander à la CGT de participer au tri entre les personnels qui partiront et ceux qui resteront.

La forte mobilisation des personnels a permis de boycotter le CTP qui devait valider la mobilité forcée des agents.

Si la Ville de Paris ouvre le décret de 1994, cette situation aboutirait à des licenciements secs.

Les syndicats qui ont demandé l’ouverture de ce décret ne verseront pas des larmes de crocodiles.

 


POUR LUTTER CONTRE

L’EXTERNALISATION DES SERVICES PUBLICS

Je me syndique à la C.G.T.
 

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page