Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 15 septembre 2011
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


Tout augmente,

sauf les salaires
 

 

Pour la première fois depuis la Libération, les agents de la Fonction publique se voient imposer deux années consécutives de gel de la valeur du point d’indice. La perte de pouvoir d’achat s’élève désormais à 11% depuis 2000.

 

LA HAUSSE DE LA COTISATION RETRAITE

AMPLIFIE CETTE BAISSE DES SALAIRES

 

Evolution du pouvoir d’achat du point d’indice net majoré depuis le 1er janvier 2000

Valeur du point au 1er juillet 2010 = 4,6303 €

Perte de pouvoir d’achat depuis le 1er janvier 2000 du point sur l’indice des prix ( les pertes de pouvoir d’achat datent de la désindexation en 1983 ).

hors tabac avec tabac
- 10,99 % - 12,20 %

 

Evolution des prix depuis le 1/1/2000 :

hors tabac avec tabac
+ 21,04 % + 22,36 %

 

Evolution du point d’indice fonction publique depuis le 1er janvier 2000

+ 9,05 %

 

Pour suivre l’évolution de l’inflation depuis le 1er janvier 2000 le point d’indice de la fonction publique devrait s’élever aujourd’hui à :

hors tabac avec tabac
+ 5,139 + 5,195
- 0,509 - 0,565

Point virtuel indexé sur l’indice Insee Différence avec le point réel.

 

De 2000 à 2008, la part des traitements, primes et pensions des ayants droits de la fonction publique est en recul de 0,7% dans le PIB soit environ 13 milliards d’euros. On est donc loin de l’image d’Epinal d’une masse salariale qui plomberait l’économie nationale.

La valeur du point d’indice, qui représente plus de 80% des rémunérations, est en chute libre depuis 2000.

En juin 2011, la valeur du point, rapportée à l’inflation, est en baisse de 10,99% (hors tabac), par rapport à 2000, année du dernier accord salarial dans la Fonction publique.

En 2008, année de la mise en place de la Garantie Individuelle du Pouvoir d’Achat ( GIPA ), le salaire net moyen des agents territoriaux ( primes et promotions comprises ) a baissé de 0,6% ( – 1,6% en catégorie A, – 1,3% en B et – 0,4% en C ).

En 2008, l’inflation a été de 2,8% et la hausse de la valeur du point limitée à 0,8%.
Versée à 74000 agents, soit 4% des effectifs, la bien mal nommée GIPA n’a donc en rien enrayé la perte de pouvoir d’achat de l’ensemble des agents.

Le nombre de bénéficiaires de la GIPA constitue cela dit un indicateur des ravages de la politique salariale du gouvernement concernant la valeur du point d’indice.

En 2009, le nombre de bénéficiaires de la GIPA de la Fonction Publique, se chiffre à 91.000 (+ 23% par rapport à 2009), dont 60.100 en catégorie C (+ 69% par rapport à 2008).

 


 

Pertes de pouvoir d’achat sur le salaire indiciaire depuis le 1er janvier 2000

par catégorie pour les échelons de fin de grade.

 

Grille type catégorie C : Adjoint Administratif

  Valeur mensuelle point d’indice Valeur
point d’indice s’il avait suivi l’inflation
  2ème classe
(E3)
  1ère classe
(E4)
  Principal de 2ème classe
(E5)
  Principal de 1ère classe
(E6 adm.)
Echelon de fin de grade     11ème 11ème 11ème 7ème
Indices bruts     388 413 446 479
Indices majorés     355 369 392 416
Salaire indiciaire brut 4,63 5,14 1 644 € 1 709 € 1 815 € 1 926 €
Salaire indiciaire brut s’il avait suivi l’inflation     1 824 € 1 896 € 2 015 € 2 138 e
Perte mensuelle     - 181 € - 188 € - 200 € - 212 €

 

Grille nouvel espace statutaire B : Secrétaire Administratif

    Valeur mensuelle point d’indice Valeur point d’indice s’il avait suivi l’inflation   De classe normale   De classe supérieure   De classe exceptionnelle
Echelon de fin de grade     13ème 13ème 11ème
Indices bruts     576 614 660
Indices majorés     486 515 551
Salaire indiciaire brut 4,63 5,14 2 250 € 2 385€ 2 551 €
Salaire indiciaire brut s’il avait suivi l’inflation       2 498 €   2 647 €   2 832 €
Perte mensuelle     - 247 € - 262 € - 280 €

 

Grille type Catégorie A :

  Valeur mensuelle point d’indice Valeur point d’indice s’il avait suivi l’inflation  Attaché   Attaché principal
Echelon de fin de grade     12ème 10ème
Indices bruts     801 966
Indices majorés     658 783
Salaire indiciaire brut 4,63 5,14 3 047 € 3 626 €
Salaire indiciaire brut s’il avait suivi l’inflation       3 382 €   4 024 €
Perte mensuelle     - 335 € - 399 €

 

Administrateur :

    Valeur mensuelle point d’indice Valeur point d’indice s’il avait suivi l’inflation   De classe normale   De classe supérieure
Echelon de fin de grade     9ème 7ème
Indices bruts     966 HEB3
Indices majorés     783 1 058
Salaire indiciaire brut 4,63 5,14 3 626 € 4 899 €
Salaire indiciaire brut s’il avait suivi l’inflation       4 024 €   5 347 €
Perte mensuelle     - 399 € - 538 €

 


 

PRIMES, REMUNERATION AU MERITE :

LA DECONSTRUCTION DE LA FONCTION PUBLIQUE

 

Le Statut vise à assurer l’égalité de traitement entre agents exerçant les mêmes fonctions et à mettre les personnels à l’abri des pressions partisanes dans l’exercice de leurs missions de service public.

Le Statut est une garantie pour les usagers tant en terme de qualité du service public que d’égalité de traitement.

Les évolutions des dernières décennies vont à l’encontre de ces principes républicains.
Dans la Fonction publique territoriale, le développement des primes et mécanismes de rémunération au mérite (PFR) aggrave les inégalités de rémunération.

Le développement du salaire variable soumet l’agent aux pressions de son employeur puisque cette part de rémunération est par définition facultative. Le ‘salaire au mérite’ contrevient à l’un des fondements du service public : le traitement égalitaire de l’usager.

Comme le souligne une étude de l’EDHEC Business School, « payer à la performance revient à inciter les agents de l’Etat à différencier leur effort suivant l’usager qu’ils rencontrent ».

Notant que « les primes à la performance incitent les fonctionnaires à se concentrer sur des tâches quantifiables » et « à exclure certains usagers », la même étude relève que « la spécificité des services publics est dans le souci d’égalité entre les citoyens. On ne saurait importer sans discernement les outils de gestion du privé dans le public sans mettre à mal cet objectif égalitaire ».

Cette offensive contre l’emploi statutaire vise clairement à glisser de la notion égalitaire d’usager à celle marchande de client, client qui bénéficie d’un service en fonction de ses ressources. Elle est cohérente avec un des objectifs de fond des tenants du libéralisme : l’ouverture au marché des missions de la fonction publique.

 

La CGT revendique :

  • L’augmentation du point d’indice,

  • Le rattrapage des pertes accumulées et la valeur du point comme élément essentiel du pouvoir d’achat avec le retour à un système d’indexation sur l’inflation.

  • La fin des inégalités salariales femmes/hommes.

  • L’arrêt des politiques d’individualisation des rémunérations et la transformation de toutes les primes ayant un caractère de complément salarial en rémunération indicée.
    - Un salaire minimum de 1 700 €.

  • La refonte ambitieuse de la grille avec une amplitude de 1 à 4,6 et la reconnaissance des qualifications.

  • Une amplitude minimale de carrière de 1 à 2, garantie à tout agent individuellement, pour une carrière complète.

 


POUR DÉFENDRE VOTRE SANTE AU TRAVAIL,

ET VOTRE POUVOIR D’ACHAT

Je me syndique à la C.G.T.
 

 

 

REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER

 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page