Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 19 Mai 2011
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


Augmenter les salaires

Une Urgence sociale
 

 

En France...en un an :

  • Le pain + 7%

  • Les pâtes + 17 %

  • Les légumes + 11 %

  • Le gaz + 21 %

  • Le gazole + 30 %

  • L’essence + 33 %

  • Le fuel domestique + 21 %

  • Les assurances + 5.6 %

  • Le péage des autoroutes +7.8 %

  • Le forfait hospitalier + 26 %

 

MARDI 31 MAI 2011

L’ensemble des organisations syndicales

appelle à une journée d’action

sur la revalorisation de nos salaires

 

Le gouvernement a décidé de geler le point d’indice jusqu’en 2013. En 10 ans, notre pouvoir d’achat a baissé de 10%.

Le Maire de Paris, conscient de son rôle social, a décidé en décembre 2010 de revaloriser les bas salaires de 8 euros par mois.

Cette mesure de rattrapage concernait 62% des agents, ce qui en dit long sur le salaire des personnels à la Ville de Paris.

Pourtant la flambée de l’immobilier a permis à la Ville de Paris d’engranger 920 millions d’euros.

 

Prendre aux pauvres pour donner aux riches

 

D’après le rapport de la Cour des comptes, au mois de février la Secrétaire Générale aurait touché une prime départementale de 40.000 euros, et les Directeurs 30.000 euros.

Dans le même temps, la prime départementale d’un adjoint administratif s’élève à 250 euros. Soit un écart salarial de 1 à 160. On est loin de l’écart salarial de 1 à 20 préconisé par certains candidats à l’élection présidentielle.

Ces hauts fonctionnaires parisiens qui gagnent en un mois ce que les adjoints administratifs ne gagnent pas en un an, nous expliquent pourquoi nous devons être ‘raisonnables’ sur nos revendications salariales !

 

La Mairie de Paris produit de l’injustice sociale

qu’elle a le devoir et les moyens de réparer.

 

HALTE AU DECLASSEMENT

 

Un tassement des salaires

De plus en plus la masse salariale se concentre vers le bas. Le salaire médian tend à se rapprocher du Smic alors même que le niveau des qualifications s’élève.

16,8 % des salariés étaient en 2005, payés au Smic dont 80 % de femmes. La proportion de salariés payés au salaire minimum est la plus élevée de l’Union européenne.

Cette situation traduit la faiblesse d’ensemble des rémunérations et la tendance à ne pas reconnaître la qualification des personnels et en multipliant de façon abusive les emplois faiblement rémunérés tels que contrats aidés et les emplois précaires (contrats à durée limitée).

 

Des menaces sur les salaires : individualisation et annualisation

 

Individualisation des salaires.

Dans le salaire, la part fixe a tendance à se réduire au profit d’éléments individualisés tels que les primes. Individualiser revient à rémunérer chaque salarié non seulement en fonction du travail fourni mais également en fonction d’éléments liés à la personne même de l’agent : prétendu mérite individuel, comportement, performance...

L’équilibre entre les différents types de prime se modifie : la part des primes de performance augmente au détriment des primes fixes mensuelles. Et bien évidemment, ces primes ne sont pas prises en compte dans le calcul de la retraite.

Les politiques de rémunérations individualisées injustes sont, très largement, utilisées par l’administration en tant qu’outil de gestion des agents pour les mettre en concurrence.
C’est cette politique qui a produit une souffrance au travail sans précédent aux conséquences dramatiques chez France Telecom.

 

LA CGT REVENDIQUE :

  • L’augmentation du point d’indice de 2 %,

  • La carrière linéaire pour tous avec des ratios à 100%,

  • La durée minimale pour l’avancement dans l’échelon,

  • Une prime de panier pour les agents en horaire atypique ou trop éloignés d’un restaurant administratif,

  • La promotion des agents de catégorie C en catégorie B pour ceux qui exercent des missions d’encadrement ou d’expertise technique,

  • Un CTP central ayant pour objectif l’harmonisation des primes,

  • La résorption de la précarité par des créations de postes de titulaires en nombre suffisant.

 


POUR DEFENDRE L’EMPLOI, LES SALAIRES, LES RETRAITES !

POUR LUTTER CONTRE LA PRECARITE !

Je me syndique à la C.G.T.
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page