Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 26 Mars 2011
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


Augmenter les salaires :

Une urgence économique et sociale
 

 

RASSEMBLEMENT

LUNDI 28 MARS 12H – 14H

PLACE DE L’HÔTEL DE VILLE

Un préavis de grève est déposé entre 12H et 14 Heures

 

Si vous faites grève, il vous en coûtera 1/210ème de votre salaire mensuel par heure de grève.

Prenons des exemples :

  • Pour un salaire de 1300 euros, une heure de grève = 6 euros,

  • Pour un salaire de 1800 euros, une heure de grève = 10 euros,

  • Pour un salaire de 2500 euros, 1 heure de grève = 12 euros,

 

Le niveau de salaire des agents de la Fonction Publique est historiquement bas et indécent.

Comme les autres salariés du privé, nous connaissons une baisse significative et régulière de notre pouvoir d’achat.

L’individualisation des rémunérations et l’introduction de plus en plus massive des augmentations au mérite, ne garantissent plus une véritable progression de nos rémunérations.

Malgré l’intensification du travail, malgré l’accroissement des responsabilités, malgré la hausse des qualifications, la reconnaissance individuelle et collective est rarement au rendez-vous.

 

LA SOLUTION DURABLE :

AUGMENTER LES SALAIRES POUR RELANCER L’ECONOMIE !

 

La loi de 1984 a mis en place le statut de la Fonction Publique. Ce statut garantit l’égalité de traitement entre les fonctionnaires grâce à une grille indiciaire commune à l’ensemble des agents de même catégorie.

Depuis cette loi, bien des modifications statutaires allant à l’encontre de cette égalité de traitement ont été mises en place : Ex : la PFR, prime en fonction du résultat.

La logique du marché fondée sur la rentabilité au détriment de la qualité du service public est désormais appliquée, y compris à la Ville de Paris.

 

AU BOUT DU ROULEAU, A BOUT DE PATIENCE !

 

Au nom de cette rentabilité les agents subissent :

  • Le gel du point d’indice jusqu’en 2013. Alors que la perte du pouvoir d’achat accumulé depuis 2000 est de près de 9%, le gel du point d’indice sur 3 ans entraînera une baisse de 16%. Du jamais vu depuis 1984.

  • Le tassement des grilles : les différentes mesures salariales améliorant les grilles des catégories A, B et C ne sont qu’un leurre puisque dans tous les cas nous sommes en dessous de la perte du pouvoir d’achat accumulée.

  • La GIPA (garantie individuelle du pouvoir d’achat) : prime versée annuellement aux agents ayant perdu du pouvoir d’achat. Cette prime n’est pas versée en cas d’avancement de grade ou d’échelon, ce qui signifie que l’ancienneté ne permet plus d’améliorer sa condition de vie mais juste de rattraper une partie de la perte du pouvoir d’achat.

  • L’augmentation constante de la part aléatoire du traitement : les primes sont attribuées, ou pas, de manière arbitraire et dans la plus parfaite opacité. Bref, à la tête du client. Ces primes participent à la mise en concurrence des agents entre eux.

  • La distinction de rémunération entre les agents créant ainsi la compétition et donc une atmosphère détestable génératrice de souffrance au travail et nuisant de fait à la qualité du service public.

 

Le 7 mars, nous étions plusieurs centaines Place de l’Hôtel de Ville pour revendiquer une augmentation de salaire via la mise en place de nominations au choix portées à 100%.

Cette mobilisation a permis d’arracher des nominations supplémentaires lors du CSAP du 15 mars. Mais c’est encore insuffisant !

 

GAGNER SUR LES SALAIRES,

C’EST POSSIBLE !


 

LA CGT REVENDIQUE UNE AUTRE REPARTITION DES RICHESSES.

 

Dans le cadre de la réforme de la catégorie B, le Maire de Paris a le pouvoir de prendre un arrêté qui fixe des avancements de grade à 100%.

Lors des négociations on a pu entendre dire :

A la Ville on n’est pas à la mine. Lorsqu’un Directeur touche une prime départementale égale à deux fois le salaire annuel d’un adjoint administratif, il n’est pas à la mine !

 

LE TRAVAIL N’EST PAS UN COUT,

LE TRAVAIL EST UNE RICHESSE

(SURTOUT POUR LES PATRONS)



POUR DÉFENDRE VOTRE SANTE AU TRAVAIL,

ET VOTRE POUVOIR D’ACHAT

Je me syndique à la C.G.T.
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page