Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 30 Décembre 2010
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


Déclaration de la CGT

au CTP de la DASES

du 17 décembre 2010
 

 

Madame la Présidente,
Madame la Directrice,
Mesdames, Messieurs,

 

Avant d'entamer nos travaux en CTP, nous souhaitons réagir aux derniers événements qui sont survenus à la DASES et attirer par ailleurs votre attention sur deux points récurrents, les primes et les pauses méridiennes.

Nous avons pris connaissance avec beaucoup d’attention du courrier du 29 novembre 2010 suite au Comité Technique Paritaire du 26 novembre de la directrice de la DASES.

Vous indiquez déplorer que « certaines organisations syndicales n’aient pas souhaité poursuivre la discussion qui s’est engagée au CTP en se retirant en cours de séance, rendant impossible un échange de fond sur les perspectives des centres ».

Dès la présentation des projets de l’administration en juillet 2010, nous avons toujours estimé que la précipitation était le premier obstacle au dialogue social sur ce dossier.

En effet, le rétro planning proposé envisageait de trancher la question de la fermeture de 2 centres de santé et des modifications importantes de l’organisation du travail des personnels en l’espace de moins de 4 mois, dont les 2 mois de période estivale !

Pour notre organisation syndicale, c’est bien cette précipitation qui a empêché un dialogue social. Comment pouvoir imaginer qu’en 2 mois,

  • vous répondriez à nos interrogations sur l’audit et ses conclusions,

  • nous engagerions une discussion sur les projets médicaux indispensables de chaque centre,

  • nous vous proposerions les améliorations, portées par les agents, du service rendu au public,

  • et nous aurions négocier les compensations des conséquences engendrées par les évolutions des conditions de travail des agents de ces centres ?

 

Nous avons pour notre part l’impression d’un passage en force, dans la précipitation et l’urgence.

Par ailleurs, les organisations syndicales ont été particulièrement mobilisées durant cette période de rentrée et ont du faire face à un refus total de discussion, faisant passer dans l’urgence et la précipitation une réforme dramatique pour les salariés de ce pays.

Lors du CTP du 26 novembre, nous n’avons pas refusé de discuter, bien au contraire : nous avons demandé que l’administration sursoit au vote, tellement les tentatives de discussion préalable avaient été impossibles. Notre demande, qui nous semble légitime et responsable, n’ayant pas été entendue, nous avons estimé qu’il s’agissait bien d’un refus de discussion et de la volonté de l’administration et de l’exécutif d’en finir au plus vite sur ce dossier par un vote. C’est bien parce que nous sommes attachés au dialogue social que nous avons quitté cette instance que nous ne concevrons jamais comme une simple chambre d’enregistrement où nous nous contenterions de voter contre, CTP après CTP.

Notre organisation syndicale ne se dérobera pas à sa responsabilité et restera attentive aux conditions de travail des agents ainsi qu’au service public rendu aux parisiens. Vous aurez compris, Mesdames la Présidente et la Directrice, que notre décision, totalement assumée, de quitter le CTP n’est pas à analyser comme un abandon de nos responsabilités sur ce dossier.

Le dialogue social demande du temps, pour pouvoir se dérouler sereinement. Vouloir en faire l’économie et faire comme s’il y avait urgence, conduira systématiquement le dialogue social à une impasse.

Par ailleurs, nous avons été informés de la décision du Maire de Paris du 9 décembre de suspendre la fermeture de ces 2 centres de santé, décision que nous saluons comme une avancée certaine. Nous restons toujours disponible, pour entamer une véritable discussion sur l'avenir de ces services publics parisiens. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il faut changer la méthode au risque d'aboutir à la même impasse. Nous ne saurions nous contenter d'attendre et nous comptons bien que les paroles des agents et des organisations syndicales soient entendues.

 

Pour conclure, la question des primes et de la pause méridienne :

Comme chaque année, la fiche de paye du mois de décembre sera lue avec une grande attention par les agents de la DASES. Des rumeurs circulent, dans tous les services, sur le montant des primes de fin d'année. Ici et là, on parle de 10€, 20€, 0€ comme prime de fin d'année. Nous espérons bien qu'il s'agit de rumeur, sinon, il vous faudra vous armer de beaucoup de pédagogie pour expliquer aux agents les raisons de la faiblesse de ces primes, malgré un engagement constant des fonctionnaires de cette direction.

Madame la Présidente, sur un sujet que vous connaissez bien et sur lequel des engagements avaient été pris lors de notre dernier CTP, nous vous transmettons aujourd'hui une pétition de 120 agents de la DASES du 13ème arrdt à votre attention concernant la pause méridienne. Ce sujet va finir par devenir le fil rouge des CTP, tellement la situation devient kafkaïenne, sur le terrain. On voudrait vider les restaurants administratifs que l'on ne s'y prendrait pas autrement !

En vous remerciant de votre attention Madame la Présidente, Madame La Directrice.

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page