Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 16 Décembre 2010
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


Dépossession

du Travail
 

 

Le capitalisme a inventé le taylorisme

dont la forme aboutie est le toyotisme.

 

L’idée patronale de base

est de faire plus à effectifs réduits.

 

L’analyse des effectifs de la Ville nous conforte dans cette analyse : Lorsque la Ville crée des nouveaux équipements, elle redéploie ses effectifs, aggravant de fait, les conditions de travail des agents. La DRH admet elle-même que ce sont les “gains de productivité” obtenus par la mise en œuvre des projets de modernisation l’administration qui le permettent.

Le taylorisme découpait le travail en tâches. (Les CSP comptables sont un retour au taylorisme).

Le toyotisme fait adhérer le travailleur à la politique managériale : l’agent fait lui-même des propositions pour améliorer la sécurité et la rentabilité de son poste de travail. Les agents deviennent des acteurs de l’augmentation de leur efficacité. On leur demande de se dépasser continuellement.

Dans cette situation, l’ergonome sert d’alibi à une optimisation des postes de travail pour une minimisation des déplacements et un gain de productivité.

Ces nouvelles méthodes de travail exigent des personnels des efforts importants. Après le simple mal-être, on assiste à une recrudescence de TMS. En effet, le stress au travail engendre une souffrance physique au travail chez de nombreux agents, se traduisant par des lésions articulaires et musculaires (TMS) trop souvent définitives. Arrêts de maladie, demandes de mutation, autant de preuves de la souffrance des agents.

Le travail en équipe dans des OPEN SPACE, présenté comme un progrès, fonctionne en fait comme un redoutable mécanisme de pression mentale exercé sur eux-mêmes par les agents. Les espaces dits de convivialité sont ouverts. Chacun mesure la durée de votre pause.

Les changements de poste fréquents, décrits comme un élargissement des compétences, alimentent le stress et empêchent de nouer des liens avec les collègues.

La titularisation éventuelle des non titulaires, sert de levier pour réduire leurs protestations.

Pour la CGT, la Ville de Paris met en place le management “à la France Telecom”. La note de la Secrétaire Générale préconisant la mobilité forcée des cadres tous les 7 ans en est une preuve manifeste. La cotation des postes, les primes au mérite, l’intéressement collectif par équipe, les plans de performance des Directions sont autant de moyen de mettre les salariés en concurrence. Ce sont ces méthodes qui ont poussé les fonctionnaires au suicide chez France Télécom.

La Ville de Paris refuse de communiquer le nombre de suicides annuel sur les lieux de travail. C’est pourtant une de ses obligations légales. Pourtant, chaque organisation syndicale connaît des agents malades du travail, ou pire décédés de manière suspecte.

Pour l’instant, par égard pour les familles, on se tait.

Pour la CGT, ce n’est pas le développement qui doit être durable, mais les êtres humains.

 

La CGT revendique :

  • La mise en place d’un CHS CT (Comité d’hygiène et de sécurité et des conditions de travail).

  • Le respect par la Mairie de Paris du Décret réglementant le fonctionnement des CTP et des CHS (Décret n°85-565 du 30 mai 1985) et notamment son article 24.

 


POUR DEFENDRE L’EMPLOI,

LES SALAIRES ET LES RETRAITES !

Je me syndique à la C.G.T.
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page