Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 8 Décembre 2010
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


DECLARATION DE LA CGT A MADAME HIDALGO,

LORS DU CHS DE LA DIRECTION DE L’URBANISME
 

 

Faut-il craindre à nouveau un coup de balai

sur les agents de ménage de Morland ?

 

En mai 2010, nous avons sollicité votre intervention concernant la situation des agents de ménage de Morland. En effet, la D.I.L.T., pour répondre à des contraintes budgétaires, avait décidé de ne pas renouveler les contrats de travail de plusieurs agents non titulaires, affectés à Morland et dans les sites proches. Devenus variable d'ajustement du budget d'une Direction, ils étaient donc licenciés !!!

Pourtant, ces agents, dont la conscience professionnelle n’était pas contestée, sont indispensables au bon fonctionnement du Site Morland.

Le personnel de Morland et des Sites proches s’est par ailleurs mobilisé, en signant une pétition de soutien à nos collègues menacés de licenciement ( 645 signatures en deux semaines ).

La mobilisation de nos collègues, ainsi que votre intervention, ont permis d’obtenir le renouvellement des contrats de la quasi-totalité des agents concernés par les licenciements programmés.

Lors du CTP central de la Mairie de Paris du 1er juillet 2010, Madame Maïté ERRECART s’est par ailleurs engagée à ouvrir des négociations avec les organisations syndicales sur le dossier des agents non titulaires (environ 20% du personnel de la Ville), laissé en souffrance par la Municipalité depuis plusieurs années, et à ne procéder, au préalable, à aucun licenciement.

Pourtant, en septembre 2010, les agents de ménage ont du faire face à de nouvelles menaces de licenciement. Ils ont été reconduits grâce à l’intervention de la CGT, mais plusieurs d’entre eux ont été dispersés dans d’autres Sites. Ils ont été mutés d’office, alors que la plupart d’entre eux souhaitaient être maintenus à Morland.

Sans ces agents, l’effectif de l’Agence Morland, déjà insuffisant, s’est réduit de manière inquiétante, pour devenir rachitique. Désormais, l’entretien du Site et des bâtiments annexes relève de la Mission Impossible, et les agents encore présents s’épuisent à maintenir les locaux propres. La sécurité sanitaire des bâtiments n’est que partiellement assurée, et risque de se dégrader encore avec l’arrivée prochaine des virus hivernaux.

Aujourd’hui, à nouveau, les agents de ménage en CDD vivent dans l’angoisse du non renouvellement de leur contrat, donc du licenciement qui se rapproche.

Le licenciement sera-t-il le cadeau de Noël de la D.I.L.T. à des agents présents sur le Site Morland depuis plusieurs années, et dont le travail est irréprochable ?


Le Maire de Paris avait pourtant écrit dans Mission Capitale dès 2007 :

  • « Quand on sert le service public, on a droit au respect et à la sécurisation de son statut » ;

  • « Nous voulons maintenant régler la situation des vacataires employés de façon permanente sur des missions de service public durables en demandant aux directions de limiter le recours aux vacations pour des missions ponctuelles. Si la mission est permanente, le support d’emploi doit l’être aussi. ».*

Précisément, les agents de ménage de Morland sont des « contractuels employés de façon permanente « sur une « mission de service public durable », ayant droit au « respect et à la sécurisation » de leur statut.

 

La CGT vous demande donc, Madame la Maire, d'intervenir rapidement pour obtenir :

  • le renouvellement des contrats de la totalité des agents de ménage menacés de licenciement,

  • le retour à Morland des agents mutés d’office en septembre,

  • la déprécarisation de tous les agents de ménage ( CDD et CDI à temps partiel imposé ) par l’obtention, pour chacun d’eux, de CDI à plein temps.

 

Le scandale des agents en CDD de Morland et autres Sites,

sous-prolétaires de la Mairie de Paris, doit cesser.

Il entache la crédibilité de sa politique sociale.

 


POUR DEFENDRE L’EMPLOI,

LES SALAIRES ET LES RETRAITES !

Je me syndique à la C.G.T.
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page