Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 15 Novembre 2010
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


Quand la Mairie de Paris

rencontre

France Telecom-Orange…
 

 

Vous êtes cadres à la Ville de Paris. Vous pensiez travailler pour la plus grande collectivité locale de France, vous êtes attachés à un service public de qualité. Et puis vous avez découvert l’envers du décor…

  • Restructuration/déstructuration constante,

  • Restriction budgétaire cachée derrière les redéploiements,

  • Opacité des rémunérations,

  • Déroulement de carrière au compte-gouttes,

  • Ordre de faire appliquer les consignes venues d’en haut et surtout ne rien faire remonter des difficultés du terrain….

 

Et bien ce n’est pas fini !

Le 8 juillet 2010, dans une note adressée aux directeurs et leurs délégués, la secrétaire générale de la Ville donne encore de nouvelles consignes managériales aberrantes. Cette note est intitulée « Situation des cadres encadrants occupant le même poste depuis plus de 7 ans ».

Selon cette note sont concernés:

les cadres encadrants, en charge d'une équipe, en service centraux ou déconcentrés, ou en charge d'un établissement (Cat. A, B et C d'après la DRH)

 

Extraits de la Note de la Secrétaire Générale et L'Analyse de la CGT

 

« Cette situation (encadrant en poste depuis plus de 7 ans ndr ) se révèle souvent pénalisante pour la suite de leur carrière ».

Non Madame la secrétaire Générale, ce qui est pénalisant pour la carrière des agents, c’est l’avancement maximum, c’est les ratios promu/promouvable de 10%, c’est l’opacité des primes… Voila ce qui est pénalisant pour les encadrants !

 

« … même si un cadre dans cette situation donne toujours satisfaction (…), il en résulte souvent une forme de routine dans le management et la gestion. »

C’est bien mal connaître le travail réel des encadrants de la Ville : L'activisme réglementaire et législatif, se rajoutant aux changements organisationnels et restructuration interne rendent impossible toute routine.

Derrière cette idée, c'est peut être la chasse au temps pour respirer, réfléchir, dialoguer qui est à l'oeuvre.

 

« Plus gravement, la perte de vigilance sur les attitudes de certains collaborateurs conduit à ne plus voir les comportements anormaux. La responsabilité de la collectivité peut alors être engagée »

De quoi parlez vous ?

Pensez-vous vraiment que les cadres s’endorment sur leurs compétences au bout de 7 ans et qu’ils en oublient la gestion d’équipe malgré toute les procédures déjà à l'oeuvre (chronogestor la pointeuse à 20 millions d'euros, les entretiens d'évaluation, de notation, de formation, etc...)

Qu'entendez-vous par la responsabilité de la collectivité peut être engagée?

Pour la CGT, votre responsabilité est engagée quand vous soumettez l'encadrement à la double contrainte de « faire toujours plus à moyen constant ».

Les conditions de travail à la Mairie de Paris se dégradent, nous en sommes tous les jours témoins. C’est en accordant les moyens nécessaires, humains et matériels, au nom d’un service public ambitieux qu’elles s’amélioreront.

Ce n’est certainement pas en développant les opens spaces, en externalisant la médecine préventive comme vous le faites à la DASCO et à la DFPE, en mesurant l’activité des services avec des indicateurs de performances absurdes et l'obsession de la quantification.

 

« C’est pourquoi il m’apparaît indispensable que tous les encadrants qui sont sur le même poste depuis plus de 7 ans bénéficient d’un entretien destiné à leur faire prendre conscience de la spécificité de leur situation »

La chasse aux cadres stables est ouverte !

Ce type de démarche n’est pas une invention de Paris. Cela a déjà été réalisé dans d’autres organisations du travail. Ce qui est étonnant, c’est que malgré l’actualité récente, à France Télécom Orange (programme It’s time to move), à Pôle Emploi, à la PJJ, etc…

la Mairie de Paris face encore preuve d’un certain retard :

Partout où cela a été appliqué, on revient en arrière tellement le coût humain de ce type de management est élevé et contre-productif.

Il s’agit là d’un véritable programme de mobilité interne forcée. Démotivation, perte de savoir faire, explosion des collectifs, voila les vraies conséquences de ce type de démarches.

 

« Pour vous aider à identifier ces encadrants, la DRH vous adressera la liste des cadres affectés dans la même unité organisationnelle (UO) depuis plus de 7 ans. »

Attention, le fichier des encadrant visés va circuler, la DRH y veille.

L’encadrement est déjà débordé, maintenant des listes de noms vont circuler pour accentuer encore la pression : c’est INADMISSIBLE !

 

« Les agents qui sont à moins de 3 ans de leur retraite en seront dispensés »

Merci madame la secrétaire générale d’épargner la valse des cadres aux futurs retraités !

Il faudrait préciser si c'est 3 ans avant 62 ou 67 ans....

 

« Pour les cadres des filières administratives et techniques, une nouvelle affectation devra intervenir au terme du délai convenu lors de l’entretien »

On passe de l’incitation, dans l’intérêt de l’agent à la marche forcée. Mais on peut négocier les délais ! Il s’agit donc bien de mobilité forcée.

 

« Je souhaite que désormais toute prise de fonction à ce niveau s’accompagne d’un entretien destiné à expliciter les objectifs fixés au nouvel encadrant et à définir une durée prévisionnelle d’occupation du poste »

Qu’en est-il du statut de la fonction publique Madame la Secrétaire Générale ?

Que ferez vous si l’encadrant, qui se réalise dans son poste, connaît bien son service et son travail, ne souhaite pas en changer ?

Quels moyens de pressions autoriserez-vous, sans « engager la responsabilité de la collectivité parisienne » pour harcèlement organisationnel (concept juridique que la cour de cassation reconnaît désormais)?

Faudra-t-il que la Ville de Paris soit condamnée et obtenir une jurisprudence qui vous oblige à respecter le statut de la fonction publique attaquée par ce nouveau mode de gestion ?

 

LA CGT REVENDIQUE :

L’ensemble des agents de la Ville de Paris, encadrant ou non, est attaché à la mobilité interne.

La CGT est favorable à la mobilité choisie. Pour notre part les freins à la mobilité se situent ailleurs :

 

Formation :

L’offre de formation aux agents leur permet-elle de se former tout au long de leur carrière, quand il en ressentent la nécessité ou y a-t-il encore des formations refusées faute de place, reportées d’année en année malgré la volonté des agents ?

 

Statut :

La précarité (CDD, CDI, chargé de mission) permet elle à ce agents recrutés sous contrats de droits privés de participer à la mobilité ou leur impose-t-elle de ne surtout pas bouger de peur de perdre leur emploi ?

 

Égalité devant l’information :

L’ensemble des postes disponibles est-il accessibles par tous les agents, ou y a-t-il encore des phénomènes de cooptation sans publication ?

 

Horaires et conditions de travail :

Les conditions de travail permettent-elles une véritable conciliation de la vie familiale et de la vie personnelle ou est-ce que les horaires des encadrants de la Ville de Paris sont à rallonge, les Compte Épargne Temps plein à craquer de travail effectué faute de moyens humains suffisants ?

 

Pour la CGT, cette note est une attaque grave du statut de la fonction publique et une déclaration d’hostilité aux encadrants.

  • C’est la porte ouverte aux pressions individuelles,

  • C’est l’assurance d’une dégradation des conditions de travail des encadrants de la Ville de Paris.

Nous demandons, dans l’intérêt des agents et des services publics parisiens l’arrêt de cette logique dangereuse !

 


LA C G T C'EST VOUS

C G T   VOUS !
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page