Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 14 Octobre 2010
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


NON À LA

CASSE ORGANISÉE

DES SERVICES PUBLICS PARISIENS :

 

REAGISSONS !

 

  • Elle ne remplace pas les départs en retraites ce qui contraint les salariés qui restent à prendre une charge supplémentaire de travail sans aucune compensation! Bien géré la Mairie !

Ce sont les salariés qui paient !

  • Le Bureau d’indemnisation chômage rue Audubon est en sous-effectif chronique. Des agents sont en souffrance. Certains ont dû prendre des arrêts de travail. Les contractuels dont on a rompu le contrat mettent plusieurs mois avant de toucher leur indemnisation chômage. Bien géré la Mairie !

Ce sont les salariés qui paient !

  • REFORME DE LA CATEGORIE B : Après avoir lanterné pendant des mois, la Ville de Paris se met en route au pas de charge. Elle décide d’un calendrier qui ne donne pas le temps de la concertation avec les élus en CAP et les organisations syndicales. Alors qu’il faut revoir les ratios de promotion au choix et le régime indemnitaire des agents, la Ville de Paris avance à grands pas sans discussions véritables. Bien géré la Mairie !

Ce sont les salariés qui paient !

  • Elle met en place le management France Telecom : Dans sa note du 8 juillet 2010, la Secrétaire Générale demande aux encadrants (A, B, ou C) en place depuis plus de 7 ans sur un même poste de faire valoir leurs droits à la mobilité. En effet, même si ce cadre donne encore satisfaction, il s’englue dans la routine et les mauvaises habitudes. Pire ce cadre ‘n’est plus en mesure de détecter les comportements anormaux de ses collaborateurs’. Préparez vous à subir une mobilité imposée. Bien géré la Mairie !

Ce sont les salariés qui paient !

  • Elle met en place les OPEN STRESS. Le dernier en date rue Regnault est un loft vitré dans lequel transpirent 40 agents assis côte à côte, sans cloison, sans plante verte. Bien géré la Mairie !

Ce sont les salariés qui paient !

  • Les salariés attendent une promotion qui n’arrive pas. Avec le nouveau ratio promus/promouvables ils n’ont, chaque année, que 15 % de chance de passer dans le grade supérieur. Autant dire qu’ils partiront en retraite sans jamais avoir atteint l’échelon maximum de leur grade.

Ce sont les salariés qui paient !

  • Les salariés espèrent une amélioration de leurs conditions de travail. Mais la mise en place du Document Unique d’évaluation des risques Professionnels a pris 8 ans de retard à la Mairie de Paris. Si le document unique n’avance pas, la privatisation de la médecine du travail avance à grands pas. Bonjour la santé au travail !

Ce sont les salariés qui paient !

  • La Mairie de Paris privatise une partie du nettoiement et supprime des postes pour faire des économies (120 postes d’éboueurs), dans les piscines (90 postes de caissiers), chez les chauffeurs d’élus (20 postes). Cela aggrave considérablement les conditions travail et diminue d’autant la fiabilité des services publics parisiens. Vive la privatisation !

Ce sont les salariés qui paient !

  • Les précaires sont nombreux à la Mairie de Paris (Plus de 11 000) et risquent d’être virés d’un moment à l’autre par le non renouvellement de leurs contrats. Ils doivent accepter tous les caprices de leur hiérarchie ou se retrouver chômeurs !

Ce sont les salariés qui paient !

 

Depuis des années les salariés subissent, de la part de la Mairie de Paris, des atteintes tous azimuts à leurs conditions de vie et de travail.

 

Cela suffit !!

Les salariés en ont raz-le-bol de payer sans contrepartie

 

Dans un pays démocratique,

le dialogue social est le garant de la paix sociale.

Mais à la Mairie de Paris le dialogue social a totalement disparu.

En pleine lutte contre le projet des retraites, la Mairie de Paris coupe la messagerie de certaines organisations syndicales. Est-ce un hasard, quand le FMI se déclare pour le projet de ce gouvernement ?

 


POUR DEFENDRE L’EMPLOI,

LES SALAIRES ET LES RETRAITES !

Je me syndique à la C.G.T.
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page